Valériane officinale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Valériane officinale ou Valériane des collines ou Valériane à petites feuilles (Valeriana officinalis L.), connue aussi sous les appellations vernaculaires d’Herbe-au(x)-chat(s), d’Herbe de Saint-Georges, ou d’Herbe à la meurtrie[1] est une plante herbacée vivace de la famille des Valerianaceae. Elle est utilisée depuis l'Antiquité pour favoriser le sommeil, diminuer l'anxiété et atténuer la nervosité.

Alors que les linguistes voient dans le nom de cette plante un dérivé du verbe latin valere (être fort), le Trésor informatisé de la langue française[2] précise que le nom de valériane vient " du latin médiéval valeriana, d'après le latin Valeria " province romaine de Pannonie (...) où cette plante était très répandue. »

Description[modifier | modifier le code]

Aspect général

La valériane possède un rhizome vertical gris-jaune, recouvert de longues racines épaisses. La tige, qui peut atteindre 1 mètre, est cylindrique, creuse, cannelée, dressée, un peu rameuse au sommet. Les feuilles, opposées, sont profondément divisées en un nombre variable selon la sous-espèce, impair, de folioles oblongues, pointues, largement ciselées.
Les fleurs, irrégulières, sont petites et de couleur blanc rosé. Elles sont visibles de mai à août, groupées en corymbes à l'extrémité de la tige.

Le fruit est un akène ovale, surmonté d'une aigrette plumeuse.

La valériane a la réputation d'attirer les vers de terre, ce qui améliore le sol, et pulvérisée, elle constitue un excellent tonique pour les végétaux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Inflorescence

Hippocrate, Dioscoride et d'autres auteurs anciens recommandaient la valériane dans diverses indications. Le recensement des usages de la plante qui n'a cessé d'être utilisée au cours des siècles est difficile tant on lui a attribué de “ vertus ” : un survol rapide des ouvrages de matière médicale et de thérapeutique — ou de botanique médicale — publiés pour le seul XIXe siècle (en ligne sur Gallica), montre que les médecins lui attribuaient des propriétés variées, souvent contradictoires — un véritable "“ guérit-tout ”, une herbe de tous les maux. Il semble malgré tout que ses indications majeures aient été l'épilepsie, la chorée de Sydenham, l'hystérie, etc. Cela étant, il semble que les doutes sur son réel intérêt ne sont pas le seul fait des praticiens contemporains adeptes de la médecine fondée sur les faits (Evidence Based Medicine) : en 1889, la question était déjà posée : « Son utilité réelle répond-elle à la fréquence de son emploi ? Nous croyons pour notre compte qu'elle est entièrement superflue[3]. »
Autrefois Valeriana officinalis était également considérée comme un puissant philtre d'amour[4].


Dans la campagne de Bologne (Italie), on croyait autrefois qu'il y avait une valériane mâle (valérien) et une valériane femelle[réf. nécessaire]. On attribuait aussi à la valériane le pouvoir de chasser les elfes.
La valériane a été très consommée au cours des deux guerres mondiales, pour traiter les différents traumatismes nerveux subis par les combattants [réf. nécessaire].
Jadis, la Valeriana officinalis, était considérée comme une plante magique associée à la magie blanche. Autrefois puissant philtre d'amour, l'herbe aux chats est désormais surtout employée dans les tisanes soporifiques[5].

Son appellation d'“herbe aux chats” est due à l'attirance de ces animaux pour son odeur : alors qu'elle semble agir comme un calmant sur l'homme, son influence est inverse sur les chats. En fait, elle provoquerait un état proche de l'euphorie éthylique ou cannabique chez ces félins[6].

Parties utilisées[modifier | modifier le code]

La « racine de valériane » est inscrite à la pharmacopée européenne (6e éd., 2008). Il s'agit des organes souterrains, c'est-à-dire du rhizome, des racines et des stolons de l'espèce prise dans son sens large. La même Pharmacopée décrit les spécifications de l'extrait hydro-alcoolique, de l'extrait aqueux sec et de la teinture de valériane. Les feuilles sont utilisées pour faire du purin[7]. Les fleurs entrent dans la composition de la préparation 508 utilisée par les agriculteurs biodynamistes[8].

Production : culture et récolte[modifier | modifier le code]

Très commune en Europe tempérée et en Asie du nord, la valériane préfère les sols frais, presque humides, perméables, profonds. Sa multiplication peut s'effectuer par semis des graines au printemps, ou par division des souches à l'automne. Après la récolte, les racines, éventuellement divisées, sont séchées à basse température (< 40 °C) pour éviter les pertes en acide valérénique, puis conservées en emballage fermé, au sec et à l'abri de la lumière[9].

Les besoins en valériane sont essentiellement couverts par la culture de la plante. Actuellement, 1200 tonnes de racines sèches sont produites en Europe, sur environ 400 hectares. Les deux tiers des 50 à 80 hectares cultivés en France sont situés en Anjou (variété Valia)[10]. La teneur en acides sesquiterpéniques de la valériane améliorée par l'Institut technique interprofessionnel des plantes à parfum, médicinales et aromatiques (ITEIPMAI) a été augmentée de 28 % depuis le début des années 1990.

Composition chimique [11][modifier | modifier le code]

Les principaux constituants isolés de la racine sont les suivants :

  • acides sesquiterpéniques. On considère aujourd'hui que les composants les plus importants de la valériane sont des sesquiterpènes non volatils, acides : acide valérénique, acide acétoxy-valérénique, etc. Pour entrer dans la composition de médicaments à base de plantes, la racine de valériane et ses préparations doivent contenir une quantité minimale de ces acides sesquiterpéniques, teneur fixée par la Pharmacopée européenne (par exemple, 0,10 % pour la racine coupée) ;
  • valépotriates. On désigne sous ce terme des esters de l'acide isovalérique et d'un trialcool de structure monoterpénique. Ces composés sont très instables et sont généralement absents des préparations à usage pharmaceutique. C'est l'acide isovalérique libéré par l'hydrolyse des valépotriates qui est responsable de l'odeur désagréable des organes souterrains de cette plante ;
  • huile essentielle. Cette fraction volatile de la racine renferme des monoterpènes (acétate de bornyle, camphène)) et de nombreux sesquiterpènes (valérénal, valéranone, esters, etc.). Sa composition est très variable (facteurs génétiques et environnementaux) ;
  • lignanes, flavonoïdes, acide gamma-aminobutyrique, etc.

La composition des extraits de valériane dépend étroitement du mode de préparation, en particulier de la teneur en alcool du mélange hydro-alcoolique utilisé pour l'extraction. Les teintures contiennent des valépotriates (mais ils se dégradent vite), alors que les extraits aqueux ou hydro-alcooliques de titre alcoolique faible renferment de l'acide valérénique (il est donc souvent difficile de confronter les données de la pharmacologie dans le cas de cette espèce...).

Propriétés médicinales[modifier | modifier le code]

Feuilles caulinaires

Pharmacologie. La racine de valériane est réputée sédative. Une majorité d'auteurs attribue actuellement cette activité aux acides sesquiterpéniques : divers travaux montrent l'affinité, in vitro, des extraits de valériane pour les récepteurs au GABA. Les données recueillies chez l'animal montrent une activité sédative, anxiolytique, potentialisatrice des barbituriques. La signification clinique de ces données est discutée et une synergie de différents constituants est aussi postulée[12]. La biodisponibilité des constituants des extraits n'est pas connue.

Données chez l'humain. De nombreux essais cliniques versus placebo ont été réalisés avec des monopréparations de valériane. Les experts du domaine les jugent, très majoritairement, de faible qualité méthodologique. Une méta-analyse de 6 essais a, en 2006, montré que la valériane améliore de façon statistiquement significative la perception de la qualité du sommeil par les patients, mais cette conclusion, affaiblie par les carences méthodologiques, est contredite par une analyse critique publiée en 2007[13]. L'action, quand elle est observée, n'est pas obtenue avec une prise unique, mais par un traitement d'environ deux semaines. Elle n'apparaît pas différente de celle de benzodiazépines administrées à faible dose (essais comparatifs, mais sans bras placebo). Les essais les plus récemment publiés alimentent la controverse : l'un montre un effet favorable[14], l'autre non[15]. De fait, la valériane n'agit pas (ou très peu ?) sur les paramètres électrophysiologiques du sommeil, mais sa prise aurait une incidence sur le ressenti (subjectif) du patient, difficile à différencier de celui d'un placebo. L'usage de la valériane comme anxiolytique ne s'appuie pas sur des éléments de preuve incontestables.

En 2005, une revue de formation médicale indépendante connue pour sa rigueur concluait à propos de la valériane que, dans le domaine, très subjectif, de la plainte d'insomnie sans cause organique ou psychiatrique, « quelques résultats favorables sont modestes et méritent d'être confirmés » ajoutant, en citant d'autres plantes sans danger (tilleul, mélisse, oranger), que « la prise d'une infusion vespérale [...] en soutien aux actions comportementales, peut favoriser la transition vers l'endormissement[16]. »

Effets indésirables. La toxicité chez l'Animal est négligeable et il n'a pas été rapporté d'effet indésirable notoire chez l'humain (l'imputabilité de quelques cas d'hépatite est douteuse). Le caractère mutagène et cytotoxique des valépotriates est bien établi. L'instabilité des valépotriates conduit à leur absence de la plupart des préparations. Toutefois leurs produits de dégradation conservent une cytotoxicité résiduelle : il existe donc, en théorie, un risque résiduel au niveau digestif. Les valépotriates étant absents des extraits aqueux et hydro-alcooliques de titre faible, certains estiment logique de leur accorder la préférence. (A priori, les valépotriates sont présents dans la poudre de plante). Il n'a pas été signalé d'interaction médicamenteuse avec la valériane et ses préparations.

Indications thérapeutiques[modifier | modifier le code]

En France, la seule indication qui peut être officiellement revendiquée pour un médicament à base de plantes contenant de la valériane est « traditionnellement indiqué dans le traitement symptomatique des états neurotoniques des adultes et des enfants, notamment en cas de troubles mineurs du sommeil[17]. » Le Comité chargé par l'Agence européenne du médicament (EMEA) d'élaborer des monographies communautaires distingue, lui, les extraits obtenus par des mélanges contenant de 40 à 70 % d'alcool — d'usage « bien établi » —, et l'extrait sec aqueux et autres préparations — d'usage « traditionnel ». Les deux types d'extraits sont utilisés, chez l'adulte et l'adolescent de plus de 12 ans, en cas de nervosité ou de troubles du sommeil. L'usage de la valériane n'est pas recommandé en cas de grossesse ou d'allaitement[18].
La valériane est fréquemment employée en association avec d'autres espèces végétales réputées sédatives : aubépine, passiflore, mélisseetc.[19].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Truelle, A. (1926). Valériane officinale, Supplément à La Nature n° 2710 - 13 mars
  2. Définitions lexicographiques et étymologiques de « valériane » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales .
  3. Nothnagel, H. et Rossbach, M.-J. (1889). Nouveaux éléments de matière médicale et de thérapeutique, p. 539, J.-P. Baillière, Paris
  4. Les plantes magiques, guide de visite du jardin des neuf carrés de l'abbaye de Royaumont
  5. guide de visite, les plantes magiques, du jardin des neuf carrés de l'abbaye de Royaumont
  6. Pelt, J.-M. (2004). Les vertus des plantes, p. 13, Éd. du Chêne ISBN 2-8427-7508-2
  7. homejardin.com
  8. Pierre Masson, Guide pratique de la bio-dynamie à l'usage des agriculteurs
  9. Filière des plantes médicinales biologiques du Québec (2009). La valériane officinale — Guide de production sous régie biologique, 17 p., Magog.
  10. ITEIPMAI Résultats sur la valériane
  11. Wichtl, M. et Anton, R. (2003). Plantes thérapeutiques : tradition, pratique officinale, science et thérapeutique, 2e éd. (trad. française de Teedrogen und Phytopharma, par Anton, R. et Bernard, M., XCVI - 692 p., Tec & Doc - Éditions médicales internationales. ISBN 2-7430-0631-5
  12. EMEA/HMPC (2007). Assessment report on Valeriana officinalis, Radix, 22 pages
  13. Travaux de Bent et al. (2006) et Taibi et al. (2007), cités par Bruneton, J., Pharmacognosie - Phytochimie, plantes médicinales, 4e éd., revue et augmentée, Paris, Tec & Doc - Éditions médicales internationales,‎ 2009, 1288 p. (ISBN 978-2-7430-1188-8)
  14. Oxman, A.D., Flottorp, S., Håvelsrud, K. et al. (2007). A televised, web-based randomised trial of an herbal remedy (valerian) for insomnia, PLoS One, 2, e1040]
  15. Taibi, D.M., Vitiello, M.V., Barsness, S. et al. (2009). A randomized clinical trial of valerian fails to improve self-reported, polysomnographic, and actigraphic sleep in older women with insomnia, Sleep Med., 10, 319-328.
  16. Prescrire Rédaction (2007). Plainte d'insomnie - Une place pour la phytothérapie traditionnelle, Rev. Prescrire, 25, 110-114
  17. Agence du médicament (1998). Médicaments à base de plantes - Les cahiers de l’Agence n°3, 81 p. Saint-Denis
  18. EMEA/HMPC (2006). Community herbal monograph on Valeriana officinalis L., Radix.
  19. Vidal en ligne - fiches médicaments Valériane

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Taxinomie:

Autres sites: