Nadia Tuéni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nadia Tuéni est une poétesse libanaise d'expression française née à Baakline au Liban en 1935 et morte à Beyrouth en 1983.

Fille d'un diplomate et écrivain de religion druze, et d'une mère française, elle était bilingue et se réclamait ainsi naturellement de deux cultures. Elle se destina d'abord au barreau et s'inscrivit à la faculté de droit de l'université Saint-Joseph de Beyrouth, mais interrompit ses études quand elle épousa, en 1954, Ghassan Tuéni, journaliste et député de Beyrouth, qui fut plus tard ambassadeur du Liban à l'ONU de 1977 à 1982.

Ils eurent deux garçons, Gébrane, journaliste qui fut assassiné le 12 décembre 2005 à Beyrouth et Makram, disparu dans un accident automobile et une fille, Nayla, dont la mort à l'âge de sept ans d’un cancer affecta profondément Nadia Tuéni et l'amena à la composition de son premier recueil, Les Textes blonds, paru en 1963. En 1965, Nadia Tuéni est atteinte elle aussi d'un cancer. En 1967, elle devient rédactrice littéraire au journal libanais de langue française, Le Jour, et collabore à diverses publications arabes et françaises.

Prix de l'Académie française (1973).

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Textes blonds, 1963
  • L'Âge d'écume, 1965
  • Juin et les Mécréantes, Seghers, 1968
  • Poèmes pour une histoire, 1972, Seghers, prix de l'Académie française en 1973
  • Le Rêveur de Terre, 1975, Seghers
  • Liban : vingt poèmes pour un amour, 1979, Beyrouth
  • Archives sentimentales d'une guerre au Liban, 1982, Beyrouth
  • La Terre arrêtée, recueil posthume, 1984, Belfond.
  • Une guerre pour les autres, Lattès, 1985
  • De ma fenêtre sans maison, Le Chêne, 1996
  • Jardinier de ma mémoire, Flammarion, 1998
  • Nadia Tueni, Les œuvres poétiques complètes. Éditions Dar An-Nahar, 1986
  • Nadia Tueni, La prose. Éditions Dar An-Nahar, 1986

Liens externes[modifier | modifier le code]