Unité de compte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une unité de compte est une unité standardisée qui permet de mesurer la valeur des flux et des stocks de biens, de services ou d'actifs. On parle de calcul économique quand cette évaluation est faite a priori et de comptabilité quand elle est faite a posteriori. C'est une des trois fonctions principales de la monnaie. En effet la monnaie est une unité de compte mais il existe également des unités de compte qui ne sont pas de la monnaie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de la monnaie .

L’humanité a représenté la valeur économique d’un bien ou d’un revenu sous forme abstraite depuis la plus haute antiquité. Le bœuf ou le blé ont été des repères fréquents. Ces repères servaient dans presque toutes les sociétés antiques pour fixer l’étagement des compensations, par exemple pour payer les amendes, répartir les productions, évaluer les rapports de troc, et fixer les rémunérations en nature.

Le faible nombre de produits disponibles et la tradition fixaient le rapport de valeur entre les biens d’une façon presque constante. Il y eut donc dans le passé de nombreuses unités de compte qui n'étaient pas des monnaies circulantes. Ce fut notamment le cas de l'Égypte des Pharaons, de la civilisation aztèque, des formes primitives des sociétés grecques et romaines (la tête de bœuf) ou des formes féodales au haut Moyen Âge après la dislocation de l'Empire romain[1]. Leur organisation sociale hiérarchisée et le caractère primitif des productions permettaient des modes de production, de distribution et d'échange reposant sur la contrainte et limitaient l'échange libre au troc.

Une des monnaies circulantes (il y a généralement plusieurs monnaies qui circulent en même temps : monnaies locales de différents métaux, monnaies étrangères acceptées…) devient naturellement l’unité de compte qui sert à exprimer les prix. Dans un contexte où les biens sont très nombreux et où les prix relatifs peuvent varier fréquemment sur des marchés libres, l’expression monétaire du prix est la plus pratique. Les agents ajustent leur consommation et fixent le prix de leurs propres productions en unités monétaires, arbitrent leur consommation en fonction des prix des produits constatés sur les marchés. C'est l'existence des autres monnaies circulantes qui justifie la différence entre la fonction d'unité de compte (assurée par une seule monnaie : la livre tournois par exemple) et les autres fonctions de la monnaie (assurées par toutes les monnaies en circulation : par exemple écu, ducat, florin, doublon, etc.).

Il arrive que des populations persistent à exprimer des prix dans des monnaies qui n'ont plus cours depuis longtemps (le sou, le franc français depuis le passage à l'euro et l'ancien franc avant lui, la guinée dans les magasins de luxe britannique[N 1], etc.). Ces exemples anecdotiques montrent l'emprise psychologique forte des monnaies de compte et la rémanence des prix exprimés dans les anciennes monnaies, l’absence de connaissance des prix dans la nouvelle empêchant « de se rendre compte » de l’importance d’un prix ou d’un revenu annoncé, faute d’échelles familières. Un changement de l’unité nominale d’une monnaie est toujours un traumatisme pour les populations comme on l’a vu lors du passage à l’euro.

Utilisation dans les contrats financiers[modifier | modifier le code]

Une unité de compte désigne aussi un support d'investissement (fonds d'actions, fonds obligataire, etc.) sur un contrat d'assurance-vie mono ou surtout multisupport. Dans ce cas le risque est, sauf cas particuliers, porté par l'assuré qui doit en être spécifiquement informé.

Les investissements faits sur un contrat d'assurance-vie étant généralement contractés pour une somme donnée, les unités de compte peuvent être en nombre non entier. Par exemple, un contrat peut contenir 4,4567 parts d'une SICAV.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le sou valait 5 centimes de francs, « 100 sous » désignant la pièce de 5 francs ; 100 anciens francs valaient 1 « nouveau » franc, dont il fallait 6,55957 pour faire un euro ; la guinée vaut toujours 105 pence, soit une livre et 1 shilling (shilling = sou)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dans les colonies britanniques nord américaines, la peau de castors ou le tabac a longtemps représenté l'unité de compte

Article connexe[modifier | modifier le code]