Tonio Borg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tonio Borg
Image illustrative de l'article Tonio Borg
Fonctions
Commissaire européen à la santé
En fonction depuis le 1er juillet 2013
(1 an, 5 mois et 19 jours)
Président José Manuel Durão Barroso
Prédécesseur Lui-même (Santé et politique des consommateurs)
Commissaire européen à la santé et à la politique des consommateurs
16 octobre 20121er juillet 2013
(8 mois et 15 jours)
Président José Manuel Durão Barroso
Prédécesseur John Dalli
Successeur Lui-même (Santé)
Neven Mimica (Protection des consommateurs)
Biographie
Date de naissance 12 mai 1957 (57 ans)
Lieu de naissance Floriana (Malte)
Nationalité Maltaise
Parti politique Parti nationaliste
Diplômé de Université de Malte
Religion Catholique romain

Biographie[modifier | modifier le code]

Tonio Borg (né le 12 mai 1957 à Malte), est un homme politique maltais. Vice-premier ministre de Malte du 23 mars 2004 au 28 novembre 2012 et ministre des Affaires étrangères du 12 mars 2008 au 28 novembre 2012.

Il fut ministre de l'Intérieur d'avril 1995 à octobre 1996 et du 8 septembre 1998 au 12 mars 2008. Il devient ministre de la Justice en avril 2003 jusqu'au 12 mars 2008.

Il est élu en mars 2004, vice-président du Parti nationaliste. Le 23 mars 2004, il est nommé vice-premier ministre.

Il devient le 28 novembre 2012 commissaire européen à la santé et à la politique des consommateurs en remplacement de John Dalli, démissionnaire. Le 1er juillet 2013, suite à l'entrée de la Croatie dans l'Union européenne, il devient Commissaire européen à la santé (la Protection des consommateurs revenant au croate Neven Mimica).

Prises de position et controverses[modifier | modifier le code]

Tout en reconnaissant la compétence des États membres en la matière et en répétant sa volonté de vouloir respecter les traités existants[1], Tonio Borg a été remarqué pour ses prises de position conservatrices sur différentes questions de société, notamment:

  • Avortement: Tonio Borg et Lawrence Gonzi ont affirmé que l'avortement ne serait jamais légal à Malte tant qu'ils dirigeraient le pays[2].
  • Divorce: Tonio Borg a voté contre la légalisation du divorce à Malte en 2011 (le texte a finalement été approuvé à 52 contre 11 voix[3])
  • Droits des couples homosexuels: Tonio Borg "considuère qu'en tant que politique, il n'a aucune responsabilité dans la protection des couples de même sexe." [4]

Ces prises de position ont été à l'origine de polémiques chez les socialistes européens[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]