Stávros Dímas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stávros Dímas
Σταύρος Δήμας
Stávros Dímas, le 23 juin 2009.
Stávros Dímas, le 23 juin 2009.
Fonctions
Ministre grec des Affaires étrangères
11 novembre 201117 mai 2012
Premier ministre Loukás Papadímos
Gouvernement Papadímos
Prédécesseur Stávros Lambrinídis
Successeur Pétros Molyviátis
Commissaire européen à l'Environnement
22 novembre 20049 février 2010
Président José Manuel Durão Barroso
Gouvernement Commission Barroso I
Prédécesseur Margot Wallström
Successeur Janez Potočnik
Commissaire européen à l'Emploi, aux Affaires sociales et à l'Insertion
18 février22 novembre 2004
Président Romano Prodi
Gouvernement Commission Prodi
Prédécesseur Anna Diamantopoulou
Successeur Vladimír Špidla
Biographie
Date de naissance 30 avril 1941 (73 ans)
Lieu de naissance Athènes (Grèce)
Parti politique ND
Diplômé de Université d'Athènes
Université de New York
Profession Avocat

Stávros C. Dímas (en grec : Σταύρος Δήμας), né le 30 avril 1941 à Athènes, est un homme politique grec.

Commissaire auprès de l'Union européenne pour son pays entre 2004 et 2010, il fut chargé des portefeuilles de l'Emploi, puis de l'Environnement, sous les présidences successives de Romano Prodi et de José Manuel Durão Barroso. En 2011, il est nommé ministre des Affaires étrangères de la Grèce, au sein du gouvernement d'union nationale de Loukás Papadímos, portefeuille dont il est chargé jusqu'en 2012.

Au mois de décembre 2014, Stávros Dímas est désigné candidat à l'élection présidentielle anticipée par la coalition gouvernementale dirigée par le conservateur Antónis Samarás ; il n'est cependant pas élu au premier tour de scrutin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et carrière de juriste[modifier | modifier le code]

Après des études de droit et d'économie de l'université d'Athènes, Stávros Dímas est parti à la New York University School of Law, qu'il quitte diplômé d'un master en droit. Juriste pour la Banque mondiale, il part travailler pour Sullivan & Cromwell, un cabinet américain.

Une rapide ascension politique[modifier | modifier le code]

C'est en 1977 qu'il commence sa carrière politique : membre du parti conservateur Nouvelle démocratie, il est élu au Parlement hellénique. La même année, il est nommé vice-ministre de la Coordination économique dans le sixième gouvernement de Konstantínos Karamanlís, puis, en 1980, ministre du Commerce dans le cabinet de Geórgios Rállis, avant de se voir confier un ministère sans portefeuille quelques semaines plus tard. Du fait de la victoire du PASOK, de gauche, aux élections législatives de 1981, il quitte le gouvernement tout en demeurant parlementaire.

Secrétaire du groupe parlementaire de la Nouvelle démocratie d'octobre 1985 à juin 1989, Dímas retrouve un portefeuille ministériel dans le gouvernement de Tzannís Tzannetákis : il est nommé ministre de l'Agriculture. Quelques semaines durant, entre les mois d'octobre et de novembre 1989, il quitte le gouvernement, avant de retrouver le ministère de l'Agriculture, que lui propose Xenophón Zolótas. En 1990, après la nomination de Konstantínos Mitsotákis, il est chargé du portefeuille ministériel de l'Industrie, de l'Énergie et de la Technologie, jusqu'en 1991.

Cadre de la ND[modifier | modifier le code]

Stávros Dímas à la tribune du Parlement grec, le 16 novembre 2011.

Dépourvu de toutes fonctions gouvernementales, Stávros Dímas poursuit son travail de député tout en devenant l'un des cadres de la Nouvelle démocratie : en 1995, il se voit confier le secrétariat général du parti jusqu'en 2000, lorsqu'il entre au comité des analyses politiques, qu'il quitte trois ans plus tard.

Commissaire européen[modifier | modifier le code]

Au mois de février 2004, il est désigné commissaire européen pour la Grèce, pour remplacer la socialiste Ánna Diamantopoúlou ; il hérite du portefeuille de l'Emploi, des Affaires sociales et de l'Insertion dans la commission sortante dirigé par Romano Prodi.

Cependant, après les élections européennes, il reste à Bruxelles, où siège la Commission, car il est confirmé par le gouvernement grec dans ses fonctions de commissaire européen ; néanmoins, il est nommé pour l'Environnement dans la commission de José Manuel Durão Barroso. Il quitte ses fonctions en 2010, quelques semaines après la constitution de la nouvelle commission.

Un recours pour la Nouvelle Démocratie[modifier | modifier le code]

Le 1er juillet 2010, il est nommé vice-président de la Nouvelle Démocratie sur la proposition d'Antónis Samarás. Il reste cependant en retrait de la politique active jusqu'au mois de novembre 2011, lorsqu'il est nommé ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de l'économiste indépendant Loukás Papadímos. Il n'est pas reconduit au mois de mai 2012.

Candidat à la présidence de la République[modifier | modifier le code]

Le 9 décembre 2014, après avoir annonce l'anticipation de l'élection présidentielle qui devait initialement se tenir au mois de février 2015, le Premier ministre conservateur, Antónis Samarás annonce soutenir la candidature de Stávros Dímas, que le chef du gouvernement présente comme le « meilleur candidat possible » pour la présidence de la République hellénique[1],[2]. L'ex-commissaire européen acceptera finalement de se présenter devant les députés qui doivent lire le chef de l'État.

Le 17 décembre suivant, jour du premier tour de scrutin, le candidat soutenu par la Nouvelle démocratie, le PASOK et les partis constituant la coalition d'union nationale ne recueille que 160 voix sur 295 grands électeurs, bien que la majorité des voix soit de 200 voix. Vaincu au premier tour de ce scrutin, la candidature de Dímas est cependant maintenue, pour les deux tours de scrutin suivants[3],[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]