Thomas et ses amis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thomas.

Thomas et ses amis

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Des locomotives à l'image de Thomas et ses amis au parc Kidderminster.

Titre original Thomas the Tank Engine and Friends
Thomas and Friends
Genre Série d'animation
Création Britt Allcroft
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Chaîne d'origine ITV
Nb. de saisons 16
Nb. d'épisodes 401
Durée 4 minutes (saisons 1 à 7)
7 minutes (depuis la saison 8)
Diff. originale 9 octobre 1984 – en production
Site web thomasandfriends.com

Thomas et ses amis (Thomas le petit train au Québec ; Thomas the Tank Engine and Friends, puis Thomas and Friends dans la version originale) est une série télévisée britannique, créée par Britt Allcroft (en) d'après les livres de Wilbert Vere Awdry et diffusée depuis le 9 octobre 1984 sur le réseau ITV.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Cette série pour enfants met en scène les aventures de Thomas, une locomotive anthropomorphe et de ses amis, trains et véhicules divers, sur l'île imaginaire de Sodor (Chicalor en français[1]). Thomas et les autres locomotives parlent et communiquent avec les humains, auxquels ils obéissent tout en prenant parfois des initiatives dont les conséquences imprévues constituent autant de rebondissements. Fondamentalement, Thomas, le personnage principal, illustre les qualités de gentillesse, de dévouement, d'amour du travail bien fait et d'obéissance qui sont valorisées dans chaque épisode. Les livres sur lesquels se base la série sont eux-mêmes tirés d'histoires que l'auteur, Wilbert Vere Awdry, aurait créées à l'intention de son fils Christopher, alors que ce dernier était convalescent à la suite d'une rougeole. Les deux premières saisons de la série sont directement adaptées des ouvrages d'Awdry.

Production[modifier | modifier le code]

Précurseurs[modifier | modifier le code]

Bien avant la diffusion initiale du premier épisode de Thomas et ses amis le 9 octobre 1984, il existait déjà de nombreuses tentatives d'adaptation des histoires de Awdry[2]. La première tentative date de 1953, lorsque l'éditeur de Railway Series, Eric Marriott, est contacté par British Broadcasting Corporation (BBC) qui souhaitait utiliser des modèles de trains afin d'adapter sur écran le premier ouvrage de Awdry originellement intitulé The Three Railway Engines[2]. Des modèles de Hornby Dublo à échelle 00 sont d'abord utilisés, et les scènes authentiques tirées du livre sont produites ; le premier épisode, inspiré de The Sad Story of Henry, est diffusé en direct le soir du dimanche 14 juin 1953, depuis Lime Grove Studios[2],[3],[4]. Néanmoins, la diffusion n'est pas un grand succès : une mauvaise manipulation de trajet cause le déraillement de Henry et les téléspectateurs assistent en direct à des remaniements manuels des rails, à des mouvements irréalistes, et à des effets sonores et musiques superposées[2],[3],[4]. Le 23 février, cette diffusion fait la une des couvertures du Daily Telegraph et du Daily Mail ; Awdry en personne qualifie cet épisode d'« amateurisme »[2],[3],[4]. De ce fait, la diffusion du second épisode programmée pour le 28 juin 1953 est repoussée, puis par la suite annulée[2],[3],[4]. Après l'échec engendré par The Sad Story of Henry, la BBC propose en dernier recours à Awdry et aux éditions Railway Series une plus grande prise en main de la production des épisodes, mais les éditeurs déclinent l'offre, et préfèrent se focaliser sur la vente d'ouvrages[2].

Les histoires de Awdry reviennent une fois de plus sur la BBC : quatorze ans avant la diffusion de Thomas the Tank Engine & Friends, Ted Ray, assis dans un bureau de contrôleur, s'adonne à la lecture des ouvrages Railway Series entre le 20 septembre et le 2 octobre 1970 dans la célèbre émission de comtes pour enfants, Jackanory (en)[2],[5].

Thomas the Tank Engine & Friends[modifier | modifier le code]

En 1979, la productrice britannique Britt Allcroft réalise un documentaire sur la Bluebell Railway (en)[2],[3], un chemin de fer touristique localisé dans le Sussex, un endroit ayant inspiré les ouvrages Railway Series[6]. Pendant ses recherches précédant le tournage, Allcroft s'adonne à la lecture des ouvrages The Railway Series ; elle est amusée et grandement impressionnée par les histoires illustrées par Awdry, et remarque en ses termes : « il y a quelque chose dans ces histoires que j'étais persuadée pouvoir développer auprès des enfants » ; « J'ai ressentie une véritable émotion que je pouvais exploiter pour les tout petits[3]. » Allcroft tente alors de convaincre Awdry de sa capacité, contre rémunération, à adapter ses histoires en une série télévisée - ses efforts sont récompensées, et elle acquiert les droits auprès des éditeurs de The Railway Series pour un coût estimé à £50 000[2],[3]. Mais Allcroft se devait de travailler encore plus afin de récolter des fonds pour la production tout en essayant de garder le contrôle créatif ; plus tard, après plusieurs années de recherche et une seconde hypothèque sur sa maison, Allcroft parvient à récolter suffisamment d'argent après de sa banque[2],[3],[7],[8].

La production de la série est lancée en 1983 par Britt Allcroft Productions, Clearwater Features Ltd (la société de David Mitton et Robert D. Cardona) et la compagnie d'ITV Central Independent Television[9]. La série est originellement tournée et produite par Clearwater à Londres, puis aux Shepperton Studios, dans le Middlesex. La première saison (1984) s'inspire des huit premiers ouvrages, et d'une illustration hors-série de Rev. W. Awdry, Thomas's Christmas Party. La seconde série (1986) s'inspire des histoires illustrées du neuvième ouvrage (Edward the Blue Engine) au trentième (More About Thomas the Tank Engine). Cet ouvrage est spécial car spécifiquement rédigé par Christopher Awdry pour son adaptation télévisée. La seconde saison se compose de 27 épisodes, sous le titre de Thomas, Percy and the Coal[10]. Entre la production des seconde et troisième saisons, l'équipe de production se concentre sur deux autres séries en parallèle : dont TUGS, qui sera diffusée entre 1989 et 1990 sur Television South (TVS)[11]. Bien avant la production de la troisième saison, Clearwater ferme en 1990, et The Britt Allcroft Company en devient l'unique héritier. La série est diffusée entre 1991 et 1992 en deux parties, (la première composée de 16 épisodes, et l'autre de 10) pour un coût de £1,3 million[12]. La quatrième saison est diffusée en deux parties également (la première composée de 10 épisodes, et l'autre de 16) entre 1994 et 1995. Les producteurs prévoient l'introduction de nouveaux personnages féminins Caroline, Nancy, et The Refreshment Lady[13], en réponse à des accusations sexistes contre la série deux ans auparavant[14],[15]. La cinquième saison (1998) est un changement radical, du fait que tous les épisodes sont illustrés par Britt Allcroft et David Mitton sans histoires supplémentaires adaptées de Railway Series. Thomas & the Magic Railroad est diffusée en juillet 2000 au Royaume-Uni.

Hit Entertainment[modifier | modifier le code]

La Britt Allcroft Company (plus tard renommée Gullane Entertainment en 2000) est acquise par HiT Entertainment en septembre 2002[16],[17], une société spécialisée dans le divertissement pour enfants. Les sixième et septième saisons intronisent de nouvelles histoires et de nouveaux personnages, ainsi qu'une équipe de scénaristes. La sixième saison en 2002 est notable pour la création d'un spin-off inspirée des ouvrages Bob le bricoleur. En 2003, Britt Allcroft quitte sa fonction de producteur exécutif, laissant Peter Urie le seul producteur exécutif chez Gullane Entertainment, et Jocelyn Stevenson chez HiT Entertainment.

La huitième saison (2004) intronise un changement significatif de la série. La majeure partie de l'équipe de production de 1983 est dissoute, comme notamment Britt Allcroft, le réalisateur et scénariste David Mitton, et les compositeurs Mike O'Donnell et Junior Campbell[18],[19]. Steve Asquith endosse le rôle du réalisateur, tandis que Simon Spencer remplace Phil Fehrle comme producteur. Les génériques sont composés par Ed Welch et Robert Hartshorne, respectivement. Hit Entertainment est plus tard acquis par Apax Partners, une société privée, en mars 2005[20]. Un téléfilm, Calling All Engines! est diffusée peu après en 2005[21].

En septembre 2010, Apax se prépare à vendre HiT Entertainment et ses franchises, dont Thomas – considéré comme la plus rentable – afin d'éponger les dettes accumulées par HIT[22],[23],[24], en vend la compagnie en février 2012, ainsi que Thomas, au géant de jouets américain Mattel[25]. À la 16e saison (2012), Sharon Miller démissionne de son rôle de scénariste.

Épisodes[modifier | modifier le code]

Au Royaume-Uni, la série est originellement diffusée sur ITV jusqu'en 2004 lorsque la série change de format pour être diffusée sur la chaîne Channel 5. En France, la série est initialement connue sous le nom de 'Thomas, la locomotive. Depuis les années 2000, elle est en partie diffusée sur la chaîne Playhouse Disney[26], ainsi que sur France 5 dans Les Zouzous depuis le 6 septembre 2011 sous le nom de Thomas le petit train[1]. Au Québec, elle est diffusée sur Yoopa[Quand ?].

Distribution[modifier | modifier le code]

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

  • Thomas (numéro 1)
  • Édouard (numéro 2)
  • Henry (numéro 3)
  • Gordon (numéro 4)
  • James (numéro 5)
  • Percy (Pierre dans les premières saisons et la traduction est Perceval) (numéro 6)
  • Toby (numéro 7)
  • Duck (numéro 8)
  • Donald (numéro 9)
  • Douglas (numéro 10)
  • Emily (non numeroté)

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

  • Ringo Starr : le narrateur (1984-1991)
  • Michael Angelis : le narrateur (depuis 1991)
  • Pierce Brosnan : le narrateur (2008)

États-Unis[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

La série est moralisante : chaque situation rencontrée par Thomas ou l'un de ses amis relève d'un cas de conscience. Pour trouver une solution, ou réparer une bêtise, les locomotives disposent certes d'une certaine liberté mais dans les limites étroites imparties aux enfants d'une famille patriarcale, symbolisées par les rails qu'on ne peut quitter : leur qualité première doit être l'obéissance et non la capacité à l'apprentissage du libre-arbitre. Les locomotives sont avant tout serviables, gentilles, obéissantes, et ne remettent jamais en cause l'ordre établi. Elles craignent toutes d'être sanctionnées. La plupart du temps, Thomas, qui est la plus frondeuse des locomotives, et qui prend la plupart des initiatives malheureuses, finit par regretter amèrement sa désobéissance.

Pour Shauna Wilton, politologue et enseignante à l'université d'Alberta, au Canada, Thomas et ses amis illustre un monde sexiste, fondé sur une hiérarchie sociale stricte (celle du chemin de fer, dont le Gros contrôleur qui le dirige est une sorte de dictateur qui d'ailleurs utilise le train public à des fins personnelles, et dont les employés en uniforme bleu sont tous exactement semblables)[14]. Elle relève, en ce qui concerne le sexisme, que la place laissée aux femmes est marginale et dévalorisante[14].

Médias[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Thomas le petit train » (consulté le 13 octobre 2014).
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k « The TV Series - A History of Thomas on Screen », Sodor Island,‎ 17 février 2014 (consulté le 17 février 2014).
  3. a, b, c, d, e, f, g et h Michael Mallory et Natalie Whitlock, « Thomas the Tank Engine and TV », Ultimate Guide to Thomas the Tank Engine, TLC,‎ 17 février 2014 (consulté le 17 février 2014).
  4. a, b, c et d Rhodri Clark, « Still Building Steam at 60 », The Journal, Trinity Mirror, Newcastle-upon-Tyne,‎ 19 mai 2005 (consulté le 17 février 2014).
  5. « The Storytellers », Sodor Island,‎ 17 février 2014 (consulté le 17 février 2014).
  6. « Bluebell Railway - FAQ », Bluebell Railway,‎ 19 février 2014 (consulté le 19 février 2014).
  7. « Thomas the £1billion Tank Engine », Daily Mirror,‎ 23 janvier 2010 (lire en ligne).
  8. (en) 1995. Television production. Thomas & Friends.] 60 Minutes.
  9. « Bfi | Film & Tv Database | Thomas The Tank Engine And Friends », Ftvdb.bfi.org.uk (consulté le 5 mai 2014).
  10. « The Case for the Missing Coach » (consulté le 28 novembre 2010).
  11. « Who Drove Thomas To Success? », sodor-island.net (consulté le 17 juin 2010).
  12. (en) Brian Sibley, The Thomas the Tank Engine Man, Heinemann,‎ 1995 (ISBN 0-434-96909-5), p. 318.
  13. (en) Brian Sibley, The Thomas the Tank Engine Man, Heinemann,‎ 1995 (ISBN 0-434-96909-5), p. 320.
  14. a, b et c (en) « Thomas the Tank Engine attacked for 'conservative political ideology' », sur The Telegraph (consulté le 2 mars 2011).
  15. (en) Brian Sibley, The Thomas the Tank Engine Man, Heinemann,‎ 1995 (ISBN 0-434-96909-5), p. 309.
  16. « FE Investegate |Gullane Ent. PLC Announcements | Gullane Ent. PLC: Offer by HIT Entertainment », Investegate.co.uk (consulté le 5 mai 2014).
  17. « HIT TAKES OVER GULLANE. | News | Broadcast », Broadcastnow.co.uk,‎ 5 septembre 2002 (consulté le 5 mai 2014).
  18. « Barbara Dohmann QC », Blackstone Chambers (consulté le 1er octobre 2011)
  19. « Tom Hickman », Blackstone Chambers,‎ 31 mars 2009 (consulté le 1er octobre 2011).
  20. « Apax buys Hit for £490m | News | Broadcast », Broadcastnow.co.uk,‎ 21 mars 2005 (consulté le 5 mai 2014).
  21. « Pierce Brosnan Announced As New Narrator For Thomas & Friends » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Press Release, 19 juillet 2007. Consulté le 29 octobre 2007.
  22. « Bob the Builder owner prepares for a disposal », Business-sale.com (consulté le 1er mars 2011).
  23. « "Thomas the Tank Engine sale steaming ahead", Daily Mail Online, 19 September 2010 », Daily Mail,‎ 19 septembre 2010 (consulté le 5 mai 2012).
  24. « Thomas The Tank Engine’ For Sale Cheap », Deadline London,‎ 20 septembre 2010 (consulté le 5 mai 2012).
  25. « Barbie maker Mattel to buy Thomas the Tank Engine owner », BBC Online, BBC News,‎ 13 février 2014.
  26. « Le meilleur de playhouse disney » (consulté le 13 octobre 2014).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :