Thomas et ses amis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la série télévisée d'animation. Pour le jeu vidéo, voir Thomas the Tank Engine & Friends.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thomas.

Thomas et ses amis

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Des locomotives à l'image de Thomas et ses amis au parc Kidderminster

Titre original Thomas the Tank Engine and Friends
Thomas and Friends
Genre Série jeunesse
Création Britt Allcroft
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Chaîne d'origine ITV
Nb. de saisons 16
Nb. d'épisodes 401
Durée 4 minutes (saisons 1 à 7)
7 minutes (à partir de la saison 8)
Diff. originale 9 octobre 1984 – en production
Site web http://www.thomasandfriends.com

Thomas et ses amis (Thomas le petit train au Québec, Thomas the Tank Engine and Friends puis Thomas and Friends dans la version originale) est une série télévisée britannique, créée par Britt Allcroft (en) d'après les livres de Wilbert Vere Awdry et diffusée depuis le 9 octobre 1984 sur le réseau ITV.

En France, cette série a été en partie diffusée sur la chaîne Playhouse Disney ainsi que sur France 5 dans Zouzous depuis le 6 septembre 2011 sous le nom de Thomas le petit train. Au Québec, elle est diffusée sur Yoopa.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Cette série pour enfants met en scène les aventures de Thomas, une locomotive anthropomorphe et de ses amis, trains et véhicules divers, sur l'île imaginaire de Sodor (Chicalor en français). Thomas et les autres locomotives parlent et communiquent avec les humains, auxquels ils obéissent tout en prenant parfois des initiatives dont les conséquences imprévues constituent autant de rebondissements. Fondamentalement, Thomas, le personnage principal, illustre les qualités de gentillesse, de dévouement, d'amour du travail bien fait et d'obéissance qui sont valorisées dans chaque épisode.

Les livres sur lesquels se base la série sont eux-mêmes tirés d'histoires que l'auteur, Wilbert Vere Awdry, aurait créées à l'intention de son fils Christopher, alors que ce dernier était convalescent à la suite d'une rougeole. Les deux premières saisons de la série sont directement adaptées des ouvrages d'Awdry.

Critique[modifier | modifier le code]

La série est moralisante : chaque situation rencontrée par Thomas ou l'un de ses amis relève d'un cas de conscience. Pour trouver une solution, ou réparer une bêtise, les locomotives disposent certes d'une certaine liberté mais dans les limites étroites imparties aux enfants d'une famille patriarcale, symbolisées par les rails qu'on ne peut quitter : leur qualité première doit être l'obéissance et non la capacité à l'apprentissage du libre-arbitre. Les locomotives sont avant tout serviables, gentilles, obéissantes, et ne remettent jamais en cause l'ordre établi. Elles craignent toutes d'être sanctionnées. La plupart du temps, Thomas, qui est la plus frondeuse des locomotives, et qui prend la plupart des initiatives malheureuses, finit par regretter amèrement sa désobéissance.

Pour Shauna Wilton[1], politologue et enseignante à l'université d'Alberta, "Thomas et ses amis" illustre un monde sexiste, fondé sur une hiérarchie sociale stricte (celle du chemin de fer, dont le "Gros Contrôleur" qui le dirige est une sorte de dictateur qui d'ailleurs utilise le train public à des fins personnelles, et dont les employés en uniforme bleu sont tous exactement semblables). Elle relève, en ce qui concerne le sexisme, que la place laissée aux femmes est marginale et dévalorisante.

Réalisation[modifier | modifier le code]

Si certains épisodes sont de simples dessins animés, d'autres en revanche sont tournés à l'aide de maquettes et de décors d'un réalisme remarquable. La qualité des techniques de modélisme ferroviaire utilisées, qui n'empêchent pas de fournir des images riches et structurées contrairement à ce qui est généralement le cas avec des maquettes, donne à la série un attrait supplémentaire, et en fait un spectacle très supérieur à celui de la version dessinée. Les mouvements de caméra utilisent toutes les techniques classiques du cinéma, avec beaucoup de sûreté. La densité et la complexité des animations sont souvent étonnantes : outre les trains, très nombreux, sont mis en scène des bateaux, avions, hélicoptères, autobus, grues, etc, d'une manière extrêmement convaincante et avec un remarquable soin du détail et de la vraisemblance.

Le matériel ferroviaire est typiquement britannique, notamment les wagons très courts à deux essieux. Les locomotives ne cherchent pas à être des copies conformes de machines réelles mais font plutôt allusion à des locomotives ayant circulé à différentes époques, leur dessin relevant davantage du jouet.

Fiche Technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

  • Thomas (numéro 1)
  • Édouard (numéro 2)
  • Henry (numéro 3)
  • Gordon (numéro 4)
  • James (numéro 5)
  • Percy (Pierre dans les premières saisons et la traduction est Perceval) (numéro 6)
  • Toby (numéro 7)
  • Duck (numéro 8)
  • Donald (numéro 9)
  • Douglas (numéro 10)
  • Emily (non numeroté)

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]