Thomas Randolph (1er comte de Moray)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thomas Randolph.

Thomas Randolph († 20 juillet 1332, Musselburgh), 1er comte de Moray (1312-1332), est un aristocrate et soldat écossais qui est régent d'Écosse de 1329 à 1332.

Biographie[modifier | modifier le code]

Parenté[modifier | modifier le code]

Thomas Randolph, que le roi Robert Ier d'Écosse désignait comme « Thoma Randulp comte Moraviae nepote nostro », est considéré comme le fils de Thomas Randolph de Stichill dans le Roxburghshire, chambellan d'Écosse, et d'une fille putative de Margaret de Carrick et de son premier époux Adam de Kilconquhar, un arrière-petit-fils de Donnchad II de Fife[1],[2],[3].

Une ancienne hypothèse en faisait le fils du même Thomas Randolph et d'Isabelle Bruce une fille de Robert VI Bruce et d'une seconde épouse inconnue[4]. Toutefois une naissance aussi tardive, après 1292, n'est guère cohérente avec son activité ultérieure.

Guerre d'indépendance[modifier | modifier le code]

Thomas Randolph est un des fidèles de la première heure de Robert Ier Bruce. Présent à son couronnement à Scone, le 25 mars 1306, il devient seigneur de Nithsdale (1306-1312). Le roi lui délègue ses pouvoirs dans le nord de l'Écosse d'abord comme lieutenant avant de l'établir comme grand baron régional en le nommant entre le 12 avril et le 29 octobre 1312 comte de Moray. Ce nouveau fief intègre les seigneuries de Badenoch et de Lochaber confisquées à la famille Comyn[5]. L'année suivante Thomas Randolph reçoit également le titre de seigneur de l'Île de Man[6]. Le 14 mars 1314 il prend d'assaut la citadelle d'Édimbourg[7].

Lors de la bataille de Bannockburn, il commande l'aile gauche de l'armée de Robert Ier. Son action pendant le combat à la tête des piquiers est décisive[8] Les deux années suivantes en 1315/1317 il participe à l'expédition d'Edouard Bruce en Irlande[9] et revenu en Écosse il capture Berwick par surprise le 1er avril 1318[10].

Le 12 avril 1316 il est le témoin de la donation du roi des revenus d'une ferme du Perthshire aux franciscains de Perth. En juin 1318, Thomas Randolph est avec le roi Robert Ier et James Douglas excommunié lorsque le royaume d'Écosse est mis en Interdit par le pape[11].

Après la mort de l'héritier présomptif de la couronne Édouard Bruce tué en Irlande, Thomas Randolph comme James Douglas deviennent les principaux lieutenants du roi dans les opérations militaires. Le 3 décembre 1318 il est désigné comme futur Régent pour le compte du jeune Robert Stuart le petit-fils du roi en cas d'extinction en ligne masculine de la Famille Bruce[12].

Le 12 septembre 1319 toujours associé à James Douglas il ravage le Northumberland et met en fuite les troupes de l'archevêque d'York[13].

Comme James Douglas il fait partie du premier cercle des fidèles du roi qui bénéficie de ses largesses et on le retrouve parmi les signataires de la Déclaration d'Arbroath du 6 avril 1320[14]. Le 26 octobre 1322 il participe à la bataille de Byland qui chasse définitivement les forces anglaises d'Écosse[15]

Pendant l'été 1325, il est à Paris pour négocier les termes du traité de Corbeil qui sera approuvé par le roi Charles IV de France en mai 1326 et par Robert Ier en juillet suivant[16]. Fort de cet appui de la cour capétienne il se rend également auprès du pape Jean XXII à Avignon pour négocier la réhabilitation de Robert Ier.

Pendant l'ultime campagne de Robert Ier Bruce en Northumberland à Pâques 1327, Thomas Randolph, James Douglas et Donald, comte de Mar, pénètrent dans le nord de l'Angleterre. Le gouvernement d'Édouard III d'Angleterre humilié par cette action accepte de composer et le 17 mars 1328 le traité d'Édimbourg-Northampton, reconnaît enfin la souveraineté de l'Écosse et la légitimité de Robert Ier[17].

Régent d'Écosse[modifier | modifier le code]

Avant de mourir en 1329 Robert Ier le désigne comme régent de son jeune fils David II Bruce avec comme successeur éventuel James Douglas. Malheureusement ce dernier est tué en Espagne à Tena de Ardales en 1330 pendant qu'il était en route pour transporter selon son vœu le cœur du défunt roi Robert Bruce en Terre sainte[18].

Thomas Randolph meurt le 20 juillet 1332 à Musselburgh alors qu'il établissait les plans de défense du royaume contre l'invasion d'Édouard Balliol[19] et des héritiers des seigneurs dépossédés[20].

Union et postérité[modifier | modifier le code]

Thomas Randolph avait épousé Isabelle Stuart, dame de Gailies, fille de John Stuart de Bonkyl, dont[21] :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) G.W.S Barrow, Robert Bruce and the Community of the Realm, E.U.P, 4e réédition, (Edinburgh 2005) (ISBN 9780748620227) « Some of the family relationships of king Robert Ier » Table II p. 495.
  2. A. A. M. Duncan, « Randolph, Thomas, first earl of Moray (d. 1332) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004.
  3. A.A.M. Duncan n'utilise pas de conditionnel
  4. T. F. Henderson, « Randolph, Sir Thomas, first Earl of Moray (d 1332), companion of Robert Bruce and regent of Scotland », Dictionary of National Biography, (Londres 1896), vol. XLVII, p. 275.
  5. , (en) Michael Brown « The Wars of Scotland 1214-1371 », The New Edinburgh History of Scotland Volume IV, E.U.P (Edinburgh 2004) (ISBN 0748612386).
  6. L'Île de Man est en fait aux mains des anglais depuis son occupation par Édouard Ier d'Angleterre en 1290.
  7. G.W.S Barrow Op.cit, p. 501.
  8. John L. Robert, Lost Kingdom Celtic Scotland and the Middle Ages E.U.P (Edinburg 1997) p. 146-147
  9. (en) G.W.S. Barrow Op.cit p. 410
  10. Michael Brown Op.cit p. 349.
  11. Michael Brown Op.cit p.  216.
  12. G.W.S Barrow Op.cit p. 501.
  13. Michael Brown Op.cit p. 217.
  14. Michael Brown Op.cit p.  216-218
  15. Michael Brown Op.cit p. 221
  16. Michael Brown Op.cit p.  282
  17. Michel Brown, Op.cit, p. 229.
  18. Michael Brown, Op.cit, p.  288.
  19. Michael Brown Op.cit p. 234
  20. Les « Disinherited » étaient les nobles privés de leurs domaines par Robert Bruce à la tête desquels se trouvaient Henry de Beaumont époux d'Alicia l'ainée des nièces et héritière de John Comyn comte de Buchan, David III de Strahbogie, prétendant au comte d'Atholl et Gilbert d'Umfraville, prétendant au comte d'Angus
  21. G.W.S Barrow, Op.cit, p.495.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) G.W.S. Barrow Robert Bruce and the Community of the Realm E.U.P 4e réédition (Edinburgh 2005) (ISBN 9780748620227).
  • (en) Michael Brown The Wars of Scotland 1214-1371 E.U.P (Edinburgh 2004) (ISBN 0748612386).
  • (en) John L. Roberts Lost Kingdoms. Celtic Scotland and the Middle Ages E.U.P (Edinburgh 1997) (ISBN 0748609105).