The Curse of Monkey Island

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
The Curse of Monkey Island
Éditeur LucasArts
Développeur LucasArts
Concepteur Jonathan Ackley
Larry Ahern
Musique Michael Land

Date de sortie AN : 31 octobre 1997

EU : 20 février 1998

Genre aventure
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme PC
Média CD-ROM
Contrôle Souris

Moteur SCUMM, iMUSE

The Curse of Monkey Island (La Malédiction de l'Île aux Singes) est un jeu d'aventure graphique de type pointer-et-cliquer développé et publié par LucasArts en le 31 octobre 1997 en Amérique du Nord et le 20 février 1998 en Europe. C’est le troisième volet de la série Monkey Island et fait suite à The Secret of Monkey Island et à Monkey Island 2: LeChuck's Revenge publiés respectivement en 1990 et 1991. Le jeu se déroule dans une version imaginaire des Caraïbes pendant la grande époque de la piraterie. Le joueur incarne le personnage de Guybrush Threepwood et doit explorer des îles imaginaires du jeu et résoudre des puzzles pour avancer. Le jeu a été conçu par Jonathan Ackley et Larry Ahern. Comme les premiers épisodes de la série, il est basé sur le moteur SCUMM et bénéficie des améliorations apportés à celui-ci lors du développement de Full Throttle. Il utilise également le système audio iMUSE permettant de synchroniser la musique avec les évènements du jeu. À sa sortie, il est très bien accueilli par les critiques qui mettent en avant son humour, ses effets sonores et son système de jeu.

Trame[modifier | modifier le code]

Après la fin surréaliste de Monkey Island 2: LeChuck's Revenge, Guybrush Threepwood se retrouve inexplicablement en train de naviguer à bord d’une auto tamponneuse. Alors qu’il cherche à se souvenir des évènements l’ayant amené dans cette situation, il dérive jusqu’à l’île de Plunder. Il retrouve alors Elaine Marley, le gouverneur de l’île, ainsi que le pirate zombie LeChuck qui tente de s’en emparer. Après un court échange lors duquel LeChuck est à nouveau éconduit par Elaine, Guybrush est à nouveau capturé par LeChuck. En tentant de s’enfuir, il découvre une bague de diamant avant de malencontreusement faire couler le bateau de son ennemi. Il retrouve alors Elaine qu’il demande en mariage avant de lui offrir la bague qu’il vient de trouver. Le bijou se révèle malheureusement maudit et Elaine est transformée en une statue d’or qui est rapidement volée par des pirates.

Afin d’annuler la malédiction, Guybrush contacte Lady Vaudou qui lui conseil de se rendre à l’île de Blood afin de trouver une bague de diamant non-maudite permettant de dissiper le sort. Pour cela, il doit d’abord réunir un équipage, trouver un bateau, récupérer la statue d’Elaine et trouver une carte indiquant la position de l’île de Blood. Après diverses épreuves, Guybrush récupère la carte, un bateau et la statue de sa fiancée avant prendre la mer avec son nouvel équipage. Au cours du voyage, le capitaine Rottingham aborde le navire en profitant d’un moment d’inattention de l’équipage et défie Guybrush dans un duel d'insultes au sabre. Rottingham l’emporte facilement et récupère ainsi la carte indiquant la position de l’île de Blood. Guybrush parcourt alors les mers pour apprendre de nouvelles insultes puis retourne défier Rottingham. Il récupère alors la carte mais suite à une terrible tempête, son navire s’écrase sur l’île de Blood, propulsant la statue dans les terres et poussant son équipage à se mutiner. Sur l’île, il parvient à gagner la bague de diamant qu’il recherche en pariant avec des contrebandiers puis ramène Elaine à son état normal. Les deux amoureux ne profitent malheureusement pas longtemps de cette situation, LeChuck ne tardant pas à se manifester. Après une longue conversation avec LeChuck, Guybrush est à nouveau transformé en enfant et renvoyé dans le parc d’attraction Big Whoop. En utilisant un remède contre la gueule de bois qu’il a découvert sur l’île de Blood, il redevient adulte et monte à bord des montagnes russes de la mort pour affronter LeChuck. Guybrush parvient finalement à réunir les objets nécessaires à la fabrication d’un tonneau explosif qu’il utilise pour projeter du poivre sur LeChuck. Les éternuements de celui-ci déclenchent une avalanche qui ne tarde pas à l’ensevelir sous son propre parc.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

The Curse of Monkey Island est un jeu d'aventure en 2D se jouant en vue à la troisième personne. Via une interface en pointer-et-cliquer, le joueur dirige Guybrush Threepwood et doit résoudre des puzzles pour avancer dans le jeu. Comme dans Full Throttle[1], le joueur peut interagir avec son environnement en utilisant différentes commandes accessible via trois icones – représentant une main, un crâne et un perroquet – correspondants chacun à certains types d’action. La main permet par exemple de ramasser un objet ou d’activer un mécanisme alors que le crâne peut être utilisé pour regarder ou examiner quelque chose[2].

Développement[modifier | modifier le code]

Conception[modifier | modifier le code]

Ron Gilbert, créateur de la série Monkey Island, quitte Lucasfilm Games en 1992. Lorsque le studio décide de créer une suite à Monkey Island 2, le développement est donc confié à Jonathan Ackley et Larry Ahern qui avaient précédemment travaillé sur Full Throttle. Bien que la fin de Monkey Island 2 soit relativement abstraite, les deux concepteurs choisissent de ne pas l’ignorer et se retrouvent donc dans une situation compliqué. Ils décident donc qu’au début de la nouvelle aventure, Guybrush ne se souvient pas de ce qui s’est passé et qu’il pense avoir été victime d’une malédiction[3]. Alors qu’ils commencent à travailler sur les puzzles du jeu, Jonathan et Larry se rendent compte qu’ils souhaitent inclure dans le jeu plus d’éléments liés à la piraterie. Ils décident par exemple de renforcer le coté « film de cape et d'épée » du jeu et de permettre au joueur de tirer au canon sur d’autres navires, notant que certaines choses n’avaient pas pût être inclus dans les premiers épisodes à cause de limitations liées à la technologie disponible à l’époque. Ils décident également de conserver le coté non-linéaire des précédents épisodes afin de donner la possibilité au joueur de se focaliser sur d’autres puzzles lorsqu’il est bloqué[3].

Version française[modifier | modifier le code]

  • Paolo Domingo double Guybrush dans la version française. Il avait aussi doublé le héros-titre du film d'animation Disney Aladdin. Certains emballages du jeu en VF ont mis en avant la participation de Domingo.
  • Une scène du jeu original où Guybrush chante avec les barbiers pirates a été supprimée de la version française car la traduction était impossible: Guybrush somme à son équipage de se mettre au travail, ceux-ci répondent en chantant en rimant sur ce qu'il dit, puis Guybrush parle d'"orange", ce qui laisse les pirates sans voix car il n'existe presque pas de mots en anglais qui puisse rimer avec "orange". Cependant, grâce à l'émulateur SCUMMVM, il est possible d'accéder à cette scène (où l'on voit d'ailleurs quelques lignes du dialogue traduites).
  • Une erreur de traduction se trouve dans la version française; il est dit que la carte de Stan est « laminée »; elle est en réalité « plastifiée » (laminated en anglais). À cause de la traduction également et contrairement à ce que dit Rotthingham, les réponses ne riment pas nécessairement avec les insultes prononcées lors des combats d'insultes.

Anecdotes, références et autres détails[modifier | modifier le code]

  • Les options permettent d'activer « une accélération 3D Scumm »... le jeu étant en 2D, il s'agit bien sûr d'un gag, et si on cherche à l'activer, un message précise que ce n'est qu'une plaisanterie. On peut cliquer plusieurs fois dessus, et le message dit de ne pas insister.
  • Le personnage de Wally B. Feed de LeChuck's Revenge refait une apparition remarquée. Dans une scène coupée du jeu précédent, Wally était censé mourir noyé.
  • Manny Calavera du jeu Grim Fandango fait une apparition comme pirate-squelette dans le restaurant de l'île de Plunder et porte un badge, « demandez-moi tout sur le fandango ». C'est non seulement une publicité pour le jeu Grim Fandango (dans la version originale, le badge précise bien qu'il s'agit du jeu vidéo, pas de la danse), mais aussi une référence à The Secret of Monkey Island où un personnage du Scumm Bar fait de la publicité pour le jeu Loom. Dans le coffret trilogie Monkey Island on pouvait trouver la bande-annonce de Grim Fandango.
  • On peut apercevoir Max du jeu Sam and Max Hit the Road à deux reprises : une première fois en jouant avec les projecteurs du théâtre de l'île de Plunder, une seconde fois là où se trouvait Van Helgen (il faut le défier au banjo puis revenir au salon de coiffure quand il fait son solo démentiel).
  • En regardant par une fissure de la crypte de l'île du sang, on aboutit à la souche du gag de la « disquette 22 » de The Secret of Monkey Island. Sur la même île, si on prend 25 fois de l'eau dans la crique, on reverra la scène de la noyade du premier jeu.
  • Les contrebandiers de l'île du crâne peuvent vendre à Guybrush une poupée de LeChuck qui reprend le sprite du pirate-zombie de Monkey Island 2. Cette dernière est parlante et animée... « viens jouer avec moi », « soyons amis » et « je vais te trancher la langue et te la faire avaler dans un sandwich » sont ses répliques favorites. Lors de la poursuite en train vers la fin, on peut la donner à LeChuck lui-même, qui, bien que trouvant le jouet mignon, le réduira en cendres.
  • L'horloge de Plunder Town donne l'heure exacte (elle est réglée sur l'heure du PC) en opposition avec l'horloge de la ville de l'île de Mélée dans The Secret of Monkey Island qui indique constamment 10h (et selon Guybrush, cela n'augure rien de bon). Par ailleurs le carillon de ladite horloge sonne le thème musical de LeChuck.
  • Le personnage de Van Helgen fait référence au fameux guitariste Van Halen.
  • Le scénariste avec la carte tatouée dans le dos qui "bronze" sur la plage dira qu'il bronze depuis le mois 6 mois avant le mois en cours, lui aussi réglé sur le calendrier du PC.

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes obtenues
The Curse of Monkey Island
Média Nat. Notes
Adventure Classic Gaming US 5/5[2]
Computer Gaming World GB 5/5[4]
GameSpot US 90 %[5]
Gen4 FR 5/5[6]
Rétrospective
Adventure Gamers US 3.5/5[7]
Allgame US 4/5[8]
Jeuxvideo.com US 80 %[9]

Ce volet est considéré par certains fans comme le plus techniquement réussi de la saga des Monkey Island. L'humour y est toujours présent (le fait d'avoir terminé les précédents épisodes est d'ailleurs un plus pour en saisir toute l'essence) et le jeu est techniquement une réussite. La bande-son ne se résume plus à des pistes MIDI, mais elle laisse place à de vrais enregistrements studio. Les décors de Bill Tiller apportent quant à eux une dimension différente, plus « dessin animé », à l'univers d'origine de Monkey Island.

D'autres fans, par contre, ont trouvé l'humour moins réussi et les énigmes moins intéressantes que dans les deux volets précédents. Le départ de Ron Gilbert, le créateur de la série, est le plus souvent cité comme raison principale de cette déception. Le changement d'interface n'a pas non plus fait l'unanimité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) John Walker, « Retrospective: The Curse of Monkey Island Fresh bananas for the whole crew! », sur Eurogamer.net,‎ 10 octobre 2010.
  2. a et b (en) Joonas Linkola, « Test de The Curse of Monkey Island », sur Adventure Classic Gaming,‎ 10 janvier 1998.
  3. a et b (en) « Interview With Jonathon Ackley and Larry Ahern On Monkey Island 3 », sur tripod.com,‎ 1998.
  4. (en) Jeff Green, « Test de The Curse of Monkey Island », sur Computer Gaming World,‎ 14 janvier 1998.
  5. (en) Michael E. Ryan, « Test de The Curse of Monkey Island », sur GameSpot.com,‎ 25 novembre 1997.
  6. « Test de The Curse of Monkey Island », Gen4, no 105,‎ décembre 1997.
  7. (en) Tamara Schembri, « Rétrospective de The Curse of Monkey Island », sur Adventure Gamers,‎ 20 mai 2002.
  8. (en) Michael L. House, « Rétrospective de The Curse of Monkey Island », sur Allgame.com.
  9. (en) Firefox, « Rétrospective de The Curse of Monkey Island », sur Jeuxvideo.com,‎ 01 juillet 2010.

Lien externe[modifier | modifier le code]