Stéphane Breitwieser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stéphane Breitwieser lors du salon du livre de Colmar, le 26 novembre 2006

Stéphane Breitwieser (1er octobre 1971 à Mulhouse en France - ) est un escroc et un voleur d'art français surnommé « l'Arsène Lupin des musées ».

Il a notamment dérobé 239 œuvres d'art en 7 ans dans un grand nombre de musées d'Europe (France, Suisse, Allemagne, Belgique, Danemark, Pays-Bas et Autriche). Il a affirmé n'avoir jamais revendu une seule œuvre, bien que certains indices[réf. nécessaire] laissent supposer qu'il ait été en cheville avec plusieurs mafias d'Europe de l'Est. Les vols étaient selon lui effectués dans le but de se constituer une collection personnelle, en tant qu'amateur. Stéphane Breitwieser était surtout intéressé par des œuvres flamandes du XVIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Petit-neveu du peintre alsacien Robert Breitwieser, il nait à Mulhouse le 1er octobre 1971.

Son premier vol a lieu en 1995 pendant une visite d'un château médiéval à Gruyères en Suisse avec sa compagne Anne-Catherine Kleinklauss. Passionné par une peinture de Christian Wilhelm Dietrich, il affirme : « J'étais fasciné par sa beauté, par la mise en valeur de cette femme sur le portrait et par ses yeux. Je croyais que c'était une imitation de Rembrandt. » Avec l'aide de sa compagne, qui assure la surveillance comme elle le fera pour de nombreux vols ultérieurs (elle sera d'ailleurs inculpée pour complicité), il sépare la peinture de son cadre et la dissimule dans sa veste[1].

Dans la longue liste des œuvres volées, celle ayant la plus grande valeur financière est probablement La Princesse Sybille de Clèves, de Lucas Cranach l'Ancien, dérobée en 1995 dans un petit musée de Baden-Baden. L'œuvre est estimée à 5 millions de livres.

En novembre 2001, il est arrêté à Lucerne en Suisse. Il était revenu sur les lieux deux jours après son vol avec sa compagne afin d'effacer ses empreintes. Comme il était le seul visiteur le jour de son vol, la responsable du musée l'a immédiatement reconnu et a tout de suite alerté la police.

Stéphane Breitwieser est condamné à 4 ans de prison ferme en Suisse puis 2 ans de prison ferme en France[1].

Début avril 2011 il est à nouveau arrêté en France suite à une enquête de la gendarmerie de Strasbourg et de l'office central de lutte contre le trafic des biens culturels. Les perquisitions à son domicile de Marmoutier et dans son entourage ont permis de saisir plusieurs dizaines d’œuvres ainsi que d'importantes liquidités issues de la revente de ces œuvres [2]. Mis en détention provisoire à Strasbourg il est libéré en 2012 et placé sous contrôle judiciaire en attente de son procès. Le 3 juin 2013 il est condamné à trois ans d'emprisonnement ferme pour vol en état de récidive légale et organisation de son insolvabilité. Il a été écroué à l’issue de l’audience[3].

Disparition des œuvres[modifier | modifier le code]

Les œuvres volées avant 2001 étaient toutes entreposées à Mulhouse, dans deux chambres spécialement dédiées. Il apprend huit mois après le début de son incarcération que sa mère a décidé de se débarrasser de toutes ces œuvres pour détruire les preuves de culpabilité de son fils. Certaines ont été tout simplement jetées dans le canal Rhin-Rhône[1].

Environ 110 œuvres de sa collection ont été retrouvées, mais 60 sont restées introuvables, sûrement détruites. Parmi les œuvres disparues, on dénombre des peintures de :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Karin Müller, 100 crimes contre l’art, L'Écailler,‎ 2012 (ISBN 9782364760219), p. 104
  2. http://www.liberation.fr/societe/01012330489-breitwieser-le-voleur-d-art-en-serie-auraite-ete-place-en-garde-a-vue Breitwieser, le voleur d'art en série, aurait été placé en garde à vue, Libération.fr, 7 avril 2011
  3. http://www.lalsace.fr/actualite/2013/06/04/le-pilleur-de-musees-breitwieser-retourne-en-prison, Trois ans de prison pour Breitwieser, l'Alsace.fr, 4 juin 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vincent Noce, la Collection égoïste: la folle aventure d'un voleur d'art en série et autres histoires édifiantes. – Paris: Jean-Claude Lattès, 2005. – 327 p., 23 cm. – ISBN 2-70962-441-9
  • Stéphane Breitwieser, Confessions d'un voleur d'art, Paris, Anne Carrière, 2006. 363pp - ISBN 978-2-84337-410-4

Liens externes[modifier | modifier le code]