Gruyères (Fribourg)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gruyères et Gruyère.
Gruyères
Blason de Gruyères
Héraldique
La cité et le château de Gruyères
La cité et le château de Gruyères
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Fribourg
District Gruyère[1]
Localité(s) Pringy, Epagny, Moléson-Village
Syndic Jean-Pierre Doutaz
NPA 1663
N° OFS 2135
Démographie
Gentilé Gruérien
Population 2 042 hab. (31 décembre 2012)
Densité 72 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 35′ 01″ N 7° 04′ 55″ E / 46.583608, 7.081948 ()46° 35′ 01″ Nord 7° 04′ 55″ Est / 46.583608, 7.081948 ()  
Altitude 1 174 m (min. : 739 m) (max. : 2 002 m)
Superficie 2 838 ha = 28,38 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Fribourg

Voir sur la carte administrative du Canton de Fribourg
City locator 14.svg
Gruyères

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Gruyères

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Gruyères
Sources
Référence population suisse[2]
Référence superficie suisse[3]

Gruyères (prononcé [gry.jɛʁ ] ou [grɥi.jɛʁ ] ; Grevire Écoutez en patois fribourgeois[4]) est une ville et une commune suisse du canton de Fribourg, située dans le district de la Gruyère.

Géographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Gruyères a une superficie de 2 838 ha[3]. 5,5 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 40,5 % à des surfaces agricoles, 49,9 % à des surfaces boisées et 4,1 % à des surfaces improductives[3].

Situation[modifier | modifier le code]

Les murs de la ville

Gruyères est située à 33 km de la ville de Fribourg et à 5 km de Bulle, à l'entrée de la vallée de l'Intyamon. À l'instar de la ville de Bulle, elle occupe une position de contact entre le Plateau suisse et les Préalpes fribourgeoises. La commune comprend, outre la ville de Gruyères, les villages de Pringy et Epagny, les hameaux du Pont et de Saussivue ainsi que la station de Moléson-Village. Elle est limitrophe des communes de Broc, Charmey, Bas-Intyamon, Haut-Intyamon, Semsales, Vaulruz, Vuadens, Bulle et Le Pâquier.

Site[modifier | modifier le code]

La ville de Gruyères occupe une position remarquable sur un éperon rocheux qui domine la vallée de la Sarine. Son altitude moyenne est d'environ 800 mètres tandis que les villages de Pringy et d'Epagny, situés dans la plaine au pied de la colline, ont une altitude de 750 mètres et 715 mètres respectivement. La station de Moléson-Village culmine à environ 1130 mètres d'altitude, au pied du Moléson. Le point le plus bas de la commune, la Sarine près de Broc, est situé à 693 mètres d'altitude; le point le plus haut, le sommet du Moléson, culmine à 2002 mètres.

La commune est traversée d'ouest en est par le torrent de l'Albeuve qui prend sa source sur les flancs du Moléson et se jette dans la Trême non loin d'Epagny. La Sarine la traverse également du sud vers le nord sur quelques centaines de mètres. Un pont couvert, le Pont qui Branle, la franchit dans son tracé gruyérien.

Transport[modifier | modifier le code]

Gruyères possède une gare ferroviaire située sur la ligne à voie métrique Palézieux - Bulle - Montbovon des Transports Publics Fribourgeois. Côté Bulle, on peut rejoindre Romont et Fribourg par les TPF et côté Montbovon, on peut rejoindre Montreux ou Château-d'Œx via le MOB. La commune est traversée du nord au sud par la route principale 190.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Gruyères possède 2 042 habitants en 2012[2]. Sa densité de population atteint 72 hab./km².

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Gruyères entre 1850 et 2008[5] :

Histoire[modifier | modifier le code]

Gruyères, ville de marché en 1195, s'est développé sous le comte Rodolphe Ier de Gruyère non loin d'une villa et d'une nécropole romaine du IIIe siècle situées à Épagny (Fribourg). Elle succède à Château-d'Œx comme chef-lieu d'un comté. La ville s'articule alors autour de son château et d'un bourg qui s'agrandit grâce au comte Rodolphe III de Gruyère, ce dernier fonde aussi l'église Saint Théodule en mai 1254. En 1397 la ville bénéficiera de franchises sous le comte Rodolphe IV de Gruyère.

Article détaillé : Comté de Gruyère.
Article détaillé : Liste des comtes de Gruyère.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Juchée sur sa colline, la ville de Gruyères dispose d'un remarquable patrimoine médiéval et Renaissance. Les villages et hameaux de la commune abritent quant à eux quelques autres bâtiments historiques.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église dédiée à saint Théodule, consacrée en 1254 sous le comte Rodolphe III de Gruyère. Orgue historique Scherrer. Sonnerie de 8 cloches, sur sib2, coulée au XIX siècle par Constant et Charles Arnoux de Morteau, puis complétée en 2004 par Paccard d'Annecy.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

La ville possède un château médiéval, un ensemble de fortifications (remparts et belluard) et quelques édifices remarquablement conservés.

Musées[modifier | modifier le code]

Entrée du musée HR Giger Museum de Gruyères.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. [xls] « Liste officielle des communes de la Suisse - 01.01.2008 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13/01/2009)
  2. a et b « Population résidente permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2012 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 16 décembre 2013).
  3. a, b et c « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  4. Dikchenéro dou patê gruvèrin è di j'alintoua : patê - franché = Dictionnaire du patois gruérien et des alentours : patois - français. Société des patoisants de la Gruyère, 1992. Fribourg : Fragnière)
  5. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13/01/2009)
  6. "Tibet Museum"
  7. Produits du terroir du pays de Fribourg, « Crème double »

Sur les autres projets Wikimedia :