Souffleur de feuilles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Souffleur de feuilles
Version Backpack.

Un souffleur de feuilles est une machine qui projette de l'air pour éloigner les feuilles mortes. Son utilisation consiste à pousser les feuilles dans un tas qu'une machine aspirante doit éventuellement recueillir plus tard. Il fonctionne avec un moteur à deux temps ou un moteur électrique. Des versions plus récentes sont équipées de moteur à quatre temps. On peut le considérer comme un balai fonctionnant à l'essence.

Il se présente en général sous la forme d'une unité portative tenue à la main mais existe également en version portée sur le dos.

Historique[modifier | modifier le code]

L'objet aurait été inventé au Japon dans les années 1950 d'après certaines sources[Lesquelles ?], aux États-Unis dans les années 1970, d'après d'autres[Qui ?].

Inconvénients[modifier | modifier le code]

Le procédé présente plusieurs inconvénients. Ces inconvénients incluent la consommation d'essence provoquant fumée et pollution de l'air, favorisant l'effet de serre et contribuant au réchauffement climatique[1]. Lorsque les feuilles sont humides, la machine ne peut pas les pousser et lorsque du vent se fait ressentir, les tas se défont, rendant ainsi le travail peu efficace. La machine projette en l'air, à parfois[2] près de deux mètres de haut, en même temps que les feuilles, des ordures et des particules de déjections animales, inhalées par les passants, enfants comme adultes ; celle-ci consomme beaucoup d'essence alors qu'un résultat identique, ou meilleur, peut être obtenu à l'aide d'un râteau, mais sans consommation d'essence et sans bruit. Le bruit déclenche, outre une pollution sonore saisonnière prolongée, maux de tête et acouphènes, chez les utilisateurs comme chez leurs voisins.

Le poids de la machine, censée soulager l'opérateur, peut provoquer de plus grandes douleurs musculaires que l'emploi du râteau. Les détracteurs du système affirment que le véritable intérêt de l'opération est la vente d'appareils inutiles, dépendants d'une source d'énergie polluante, la consommation d'essence, afin de gonfler les budgets et le bruit, qui attire l'attention sur le travail, faisant croire abusivement à son efficacité.

Par ailleurs la chute des feuilles est un phénomène antédiluvien qui n'a jamais eu besoin d'être contré par des machines. Au contraire, la dégradation des feuilles par les vers et les microorganismes de la terre produit de l'humus très sain qui contribue au renouvellement du sol.

Interdictions[modifier | modifier le code]

L'utilisation des souffleurs de feuilles déclenche souvent des réactions d'opposition, dès les années 1970, plusieurs villes de Californie ont interdit leur utilisation en raison du fort niveau de bruit. Vers la fin des années 1990, une vingtaine de communautés a suivi le mouvement suite à une action de lobbysme auprès des élus[3],[4].

Au Canada, la ville de Vancouver avait voté contre leur utilisation en 2001, puis est revenue plus tard sur cette décision, n'interdisant que les engins de plus de 65 dB, ce qui contraint les plaignants à s'équiper de sonomètres s'ils veulent faire appliquer la nouvelle décision.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :