Slim Gaillard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Slim Gaillard

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Slim Gaillard à Édimbourg en 1982

Informations générales
Nom de naissance Bulee Gaillard
Naissance 4 janvier 1916
Détroit, MichiganÉtats-Unis
Décès 26 février 1991 (à 75 ans)
Londres, Royaume-Uni
Genre musical Jazz
Instruments Chant, guitare, piano
Années actives 1936 à 1990

Slim Gaillard (Bulee « Slim » Gaillard, 4 janvier 1916, Détroit - 26 février 1991, Londres) est un chanteur de jazz, auteur-compositeur, pianiste et guitariste, connu pour ses vocalese et sa langue imaginaire qu'il a baptisée Vout (dont il fait un dictionnaire, en plus des huit langues qu'il maîtrisait)

Biographie[modifier | modifier le code]

Slim Gaillard naît et grandit à Détroit

Dans ses interviews, il semble s'inventer une vie. Il se dit le fils de Theopolous Rothschild, un immigrant gréco-allemand et d'une afro-américaine ou cubaine Liza Gaillard.

On ne sait pas exactement la date et le lieu de naissance : soit il se dit né à Cuba, à Santa Clara ; soit à Pensacola en Floride, mais un recensement de 1920 répertorie un « Bulee » Gaillard à Pensacola, dans l'Alabama .

Les nécrologies à sa mort reprennent une enfance à Cuba comme coupeur de cannes à sucre et récolteur de bananes avec son père. Steward en croisière maritime, il l'emmène souvent à la mer. Mais, à 12 ans, dans un tour du monde, il l'égare en Crète.

Il revient à Détroit où il bâtit sa maison tout en travaillant dans un abattoir, comme employé de pompes funèbres, ouvrier dans les usines Ford, boxeur ou passeur d'alcool durant la Prohibition.

Il y joue aussi du piano, de la guitare et du vibraphone dans des numéros de variété ou dans le style du boogie-woogie. En s'installant à New York, il commence déjà son numéro de jouer de plusieurs instruments en même temps et aussi en dansant des claquettes.

Carrière[modifier | modifier le code]

Le style de Slim Gaillard est semblable à celui de Cab Calloway et Louis Jordan dans ce qu'il montre en un genre hipster de manière générale (par exemple, la chanson pour enfants Down by the Station). Mais c'est avant tout un maître de l'improvisation dont le courant de conscience dans son chant va beaucoup plus loin que les paroles originales dans des interpolations de syllabes absurdes comme Mac Voutie O-reeney. Dans son roman Sur la route, Jack Kerouac célèbre sa performance.

Slim Gaillard peut jouer de plusieurs instruments en même temps, amenant un concert de jazz hip en un spectacle comique : il pouvait jouer de la guitare de la main gauche derrière son cou ou du piano, les paumes retournées. En concert, il joue de la guitare, du piano, du vibraphone et du saxophone ténor.

Slim Gaillard acquiert sa célébrité à la fin des années 1930 grâce à son duo Slim & Slam, un nouveau numéro de jazz qu'il forme en 36 avec le bassiste Slam Stewart. Leurs tubes sont Flat Foot Floogie (with a Floy Floy), Laughin in rhythm et Tutti Frutti. Le duo se produit dans le film Hellzapoppin. En 42, Slim Gaillard est appelé pour faire son service militaire et le duo cesse.

Gaillard revient à Los Angeles en 1944. Il s'associe ensuite au bassiste Bam Brown. Le duo apparaît dans un film de 1948 sur un de leurs concerts dans des nightclubs dont le titre de Gaillard O'Voutie O'Rooney. Slim Gaillard écrit aussi Cement Mixer (Putti Putti) et l'hymne hipster, The Groove Juice Special (Opera in Vout).

À la fin des années 1940 et au début des années 1950, Gaillard se produit fréquemment au Birdland avec les stars tels que Charlie Parker, Miles Davis, Percy Heath, John Lewis, Flip Phillips, Coleman Hawkins. Sa session avec Charlie Parker et Dizzy Gillespie est remarquable, tant pour la musique que l'atmosphère joyeux. En 1953, il joue dans Jazz at the Philharmonic, en tournée et pour le label Verve puis à la fin des années 1950 dans une tournée avec Stan Kenton.

Dans les années 1960, il exerce des professions aussi différentes que chapelier, manager de motel à San Diego, électricien et même agriculteur fruitier dans des cultures de fruits à Tacoma.

Gaillard apparaît plus tard dans les années 1960 et 70 dans des séries télévisées comme Docteur Marcus Welby, Drôles de dames, Mission Impossible, Racines.

En 1970, il revient lors du Monterey Jazz Festival avec Slam Stewart et dans les années 1970 avec Gillespie, qui le persuade en 1982 de revenir au jazz. En s'installant à Londres, il parcourt les festivals européens de jazz avec d'autres artistes comme Arnett Cobb, George Melly, John Chilton's Feetwarmers, mais aussi avec Daniel Huck avec grand succès au Japon. Il sort l'album Anytime, Anyplace, Anywhere, auquel contribuent Buddy Tate, Jay McShann, Peter Ind et Digby Fairweather. Il apparaît en 1986 dans le film Absolute Beginners où il chante Selling out. En 1989, la BBC lui consacre un documentaire, The World of Slim Gaillard.

Il meurt d'un cancer en 1991.

Famille[modifier | modifier le code]

La fille de Slim Gaillard, Janis Hunter, est l'ancienne femme de Marvin Gaye et la mère de l'actrice & chanteuse Nona Gaye, ainsi que de Francis "Frankie" Christian Gaye.