Sleeve gastrectomie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sleeve gastrectomie

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Schéma d'une gastrectomie longitudinale : estomac restant et réséqué avec agrafes

Classification médicale

CIM-9-CM Volume 3 « 43.89 »

La sleeve gastrectomie, ou gastrectomie longitudinale, est une technique restrictive de chirurgie bariatrique destinée au traitement de l'obésité sévère, qui consiste à retirer les deux tiers gauches de l'estomac[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Développement de la technique[modifier | modifier le code]

En mars 1988, le docteur américain Doug Hess, de Bowling Green dans l’Ohio, réalise la première gastrectomie longitudinale comme première partie d'une dérivation biliopancréatique[2]. Il s'agit alors d'une extension de fundoplicature[3] pour prévenir le reflux œsophagien. A partir de 1999, des essais de dérivation bilioancréatique par cœlioscopie sont menés sur les porcs. Ils permettent de valider la faisabilité d'une gastrectomie longitudinale par cœlioscopie sur l'être humain. A partir de 2001, de bons résultats cliniques permettent à la gastrectomie longitudinale par cœlioscopie de devenir une opération de première intention, permettant de sécuriser la réalisation dans un second temps d'un court-circuit gastrique. En 2008, la Haute Autorité de Santé publie un rapport d'évaluation technologique officialisant les conditions d'application de la technique[4].

Nom et classification[modifier | modifier le code]

Selon la Classification Internationale des Maladies, la gastrectomie longitudinale, décrite comme une « résection en manchon de l'estomac[5] », fait partie des « autres gastrectomies partielles[6] ». Le nom d'usage anglais de cette intervention est « sleeve gastrectomy », soit traduit mot-à-mot « gastrectomie en manchon[7] », la poche stomacale prenant une forme cylindrique après ablation de sa partie gauche. Depuis 2012, la commission générale de terminologie et de néologie française recommande le terme « gastrectomie longitudinale » comme traduction de « sleeve gastrectomy »[8]. En 2014, ce terme recommandé reste en concurrence avec le calque franglais « sleeve gastrectomie » utilisé par les médias[9],[10] et les praticiens[11],[12].

En Allemand, cette opération est nommée « Schlauchmagen », soit « estomac en manchon », ou « Schlauchmagenbildung », pour « formation d'un estomac en manchon » . En italien, on parle de « gastrectomia verticale parziale », soit d'une « gastrectomie verticale partielle ».

Indication[modifier | modifier le code]

Cette intervention s'adresse exclusivement à un public remplissant quatre conditions[13] :

  1. Le patient doit être adulte
  2. L’obésité du patient nuit à sa qualité de vie :
  3. Le patient a suivi sans succès un régime sous contrôle médical
  4. Le patient ne présente aucune contre-indication à la chirurgie

Cette intervention permet de perdre 40 à 50 kg puis, quand cela est nécessaire, de réaliser un court-circuit gastrique dans de bonnes conditions de sécurité.

Prise en charge financière[modifier | modifier le code]

En Polynésie française, il s'agit d'un acte de chirurgie remboursable avec accord préalable de la Caisse de Prévoyance Sociale (CPS). En 2014, son tarif conventionnel de 82 749 XPF (environ 693 €)[14].

Principe de l'intervention[modifier | modifier le code]

La gastrectomie longitudinale peut être décrite comme une gastroplastie verticale calibrée avec résection gastrique.

En l'absence de complications, l'intervention dure environ deux heures et nécessite trois à huit jours d'hospitalisation.

La capacité résiduelle de l'estomac est d'environ 200 ml[15].

Évaluation des bénéfices et risques[modifier | modifier le code]

Certaines équipes chirurgicales pratiquent actuellement la sleeve en première intention. En 2009, la mortalité de l'intervention est estimée à 0,2 %[1].

Le principal problème est représenté par la méconnaissance des résultats à long terme.

  • À cinq ans, les résultats semblent intermédiaires entre la gastroplastie et le court-circuit gastrique. C'est-à-dire — en moyenne — une perte de poids de l'ordre de 60 % de l'excès de poids[16].
  • Ensuite, cette perte de poids devrait se maintenir, mais il n'y aucune étude actuelle pour le démontrer.

Dans 0,26 à 4% des cas, on observe un rétrécissement de l'estomac[17], le plus souvent localisé au niveau de l'incisure angulaire[18], qui nécessite un suivi médical particulier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Ciangura et al. 2009, Technique de la gastrectomie longitudinale (ou gastrectomie en manchon ou sleeve gastrectomy), p. 13
  2. Jossart et al. 2010
  3. (en+fr) « fundoplication », sur Termium, la banque de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada,‎ 15 avril 1998 (consulté le 19 novembre 2014) : « Opération qui consiste à enrouler la partie haute et gauche de l'estomac autour du segment inférieur de l’œsophage pour prévenir le reflux œsophagien. »
  4. Potier 2008
  5. (en) « Online ICD9/ICD9CM codes » (consulté le 7 septembre 2014) : « Sleeve resection of stomach »
  6. (en) « Online ICD9/ICD9CM codes » (consulté le 7 septembre 2014) : « Other partial gastrectomy »
  7. « Traduction : sleeve - Dictionnaire anglais-français Larousse », sur www.larousse.fr (consulté le 7 septembre 2014) : « technology [tube] manchon »
  8. Commission générale de terminologie et de néologie (France), « Gastrectomie longitudinale », sur www.culture.fr/franceterme,‎ 24 octobre 2014 (consulté le 7 septembre 2014) : « Équivalent étranger : sleeve gastrectomy (en) »
  9. « Sleeve gastrectomie, la moins connue des chirurgies de l'obésité », sur AlloDocteurs.fr,‎ 16 janvier 2014 (consulté le 7 septembre 2014)
  10. La République de Seine-et-Marne, « Fontainebleau. La clinique entre en guerre contre l’obésité », sur LaRepublique77.fr,‎ 21 août 2014 (consulté le 7 septembre 2014) : « Effectivement se faire poser un anneau gastrique, un by-pass ou subir une sleeve gastrectomie, n’est pas sans conséquence et ne se fait pas au hasard. »
  11. « Sleeve gastrectomie à Montpellier : Définition », sur Chirurgie-Digestive-Montpellier.fr (consulté le 7 septembre 2014)
  12. Dr Paul Lachowsky, « La sleeve gastrectomie », sur Chirurgie-Digestive.com, Bruxelles (consulté le 7 septembre 2014)
  13. Ciangura et al. 2009, La chirurgie de l’obésité, ça me concerne ?, p. 6
  14. Caisse de Prévoyance Sociale de Polynésie française et al. 2014, p. 2
  15. (en) International Federation for the Surgery of Obesity and Metabolic Disorders, « Tube Gastrectomy (Sleeve Gastrectomy) », sur IFSO.com (consulté le 6 septembre 2014) : « The residual stomach capacity is about 200 ml so a generous entree should be possible. »
  16. (en) Patricia Sieber et al., « Five-year results of laparoscopic sleeve gastrectomy », Surgery for Obesity and Related Diseases, vol. 10, no 2,‎ 2014, p. 243-249 (résumé)
  17. Traduction de stricture pour l'appareil digestif selon Termium.
  18. (en) « Diagnosis and Management of Strictures after Laparoscopic Sleeve Gastrectomy », Bariatric Times,‎ octobre 2014, p. 15 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Pascal Potier (rapporteur), Gastrectomie longitudinale [Sleeve gastrectomy] pour obésité, Saint-Denis, Haute Autorité de Santé (Rapport d’évaluation technologique),‎ février 2008, 113 p. (lire en ligne [PDF])Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Dr Cécile Ciangura, Marie Citrini, Dr Muriel Coupaye, Dr Wioletta de Charr, Dr Emmanuelle Di Valentin, Viviane Gacquière, Gersende Georg, Anne-Sophie Joly, Jérôme Lemarié, Dr Valérie Lindecker-Cournil, Pr Jean Mouiel,Dr David Nocca, Anne-Françoise Pauchet-Traversat et Dr Frank Stora (ill. Fabrice Mathé, groupe test : Khadija Badid, Catherine Deschamps, Katia Heyraud, Véronique Perez Carbonell), Chirurgie de l’obésité : Ce qu’il faut savoir avant de se décider !, Saint-Denis, Haute Autorité de Santé (Brochure d’information),‎ juillet 2009, 18 p. (lire en ligne [PDF]) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Gregg H. Jossart (chirurgien) et Gary Anthone (chirurgien), « The History of Sleeve Gastrectomy » [« Histoire de la gastrectomie longitudinale »], Bariatric Times, Matrix Medical Communications,‎ 8 février 2010 (ISSN 1044-7946, lire en ligne [html])Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Caisse de Prévoyance Sociale de Polynésie française, Référentiel CPAM : liste des codes les plus fréquents pour la spécialité chirurgie viscérale et digestive,‎ 1er mars 2014, 12 p. (lire en ligne [PDF]), Gastrectomie longitudinale [Sleeve gastrectomy] pour obésité morbide, par coelioscopieDocument utilisé pour la rédaction de l’article

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]