Sibylle de Jérusalem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sibylle
Fiançailles et mariage de Guy de Lusignan et de Sibylle de JérusalemGuillaume de Tyr, Historia et continuation (BNF, Mss Fr. 2628)
Fiançailles et mariage de Guy de Lusignan et de Sibylle de Jérusalem
Guillaume de Tyr, Historia et continuation (BNF, Mss Fr. 2628)
Titre
Reine de Jérusalem
11861190
En tandem avec Guy de Lusignan
Prédécesseur Baudouin V
Successeur Guy de Lusignan (seul)
Biographie
Date de naissance 1159
Lieu de naissance Jérusalem (Jérusalem)
Date de décès 1190
Lieu de décès Saint-Jean-d'Acre (Jérusalem)
Père Amaury Ier de Jérusalem
Mère Agnès de Courtenay
Conjoint Guillaume de Montferrat
(1176-1177)
Guy de Lusignan
(1180-1190)
Enfant(s) Baudouin V Red crown.png
Alice de Lusignan
Marie de Lusignan

Sibylle de Jérusalem
Rois de Jérusalem

Sibylle de Jérusalem11591190), reine de Jérusalem de 1186 à 1187, est une fille d'Amaury Ier de Jérusalem et d'Agnès de Courtenay. Elle était sœur de Baudouin IV le lépreux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son oncle Baudouin III meurt en 1161, mais les barons du royaume demandent à son frère Amaury de se séparer d’Agnès de Courtenay, qu’ils jugent trop volage et intrigante, s’il tient à devenir roi[1]. Une parenté opportune est mis au jour et permet la séparation des époux, tout en reconnaissant la légitimité de leurs deux enfants, Baudouin et Sibylle. Amaury se remarie avec Marie Comnène qui donne naissance à une fille, Isabelle.

Très tôt, la lèpre de Baudouin est détectée, et il ne fait aucun doute que Sibylle doit être appelée à régner sur le trône de Jérusalem. Aussi la question de son mariage devient particulièrement une affaire d’état. Amaury Ier songea d’abord à Étienne Ier, comte de Sancerre et lui envoya en 1171 l’archevêque Frédéric de Tyr en ambassade. Le comte vient en Terre Sainte, mais à peine débarqué, change d’avis, se contente d’effectuer sa quarantaine et repart vers Constantinople[2].

Amaury meurt le 11 juillet 1174 et son fils Baudouin IV le lépreux lui succède[3]. Agnès de Courtenay profite de la mort d’Amaury pour revenir à la cour et y exercer son influence. La question de la succession du royaume se pose avec plus d’acuité, car on sait que les jours du roi sont comptés.

Le choix du roi et de ses conseillers se porte sur la personne de Guillaume Longue Epée, fils aîné du marquis Guillaume V de Montferrat. Contacté en 1175, il débarque à Sidon au début du mois d’octobre 1176, épouse immédiatement Sibylle et reçoit le comté de Jaffa et d’Ascalon. Mais il contracte au bout de quelques mois une maladie et meurt à Ascalon en juin 1177. Enceinte, Sibylle donne naissance à un fils posthume, Baudouin (1177 † 1186), à la fin de l’été 1177[4].

Vers 1178, Philippe d’Alsace, comte de Flandre, qui est venu combattre en Terre Sainte, propose de la marier à un de ses chevaliers, le fils de Robert V de Béthune, mais la mésentente entre Baudouin et Philippe ne permet pas à ce projet d’aboutir[5].

Le 5 juin 1179, Josse, évêque d’Acre est envoyé en ambassade auprès du duc Hugues III de Bourgogne, pour lui proposer la main de Sibylle et la succession du royaume, mais si ce dernier accepte, il tarde à rejoindre la Terre sainte. Entre temps, Sibylle s’éprend de Baudouin d’Ibelin, seigneur de Ramla, lequel est malheureusement capturé par Saladin le 10 juin 1179. Sibylle lui écrit en lui demandant de payer sa rançon au plus vite pour l’épouser, Baudouin, libéré sur parole part à Constantinople pour demander la somme au riche et généreux empereur Manuel Comnène, mais quand il débarque à Acre, c’est pour voir Sibylle promise à Guy de Lusignan[6].

En effet, Amaury de Lusignan, cadet poitevin qui s’était installé en Terre Sainte et qui avait épousé la fille de Baudouin d’Ibelin, cherchait à obtenir de l’importance au sein du royaume. Ayant obtenu la faveur d’Agnès de Courtenay, la reine mère, il devient connétable du royaume. Puis il se met en tête de marier Sibylle avec son frère Guy, pensant ensuite le contrôler et diriger le royaume. Il vante tellement les qualités de son frère auprès de Sibylle que celle-ci oublie Baudouin et accepte d’épouser Guy. Baudouin IV, cédant aux sollicitations pressantes de sa mère et de sa sœur, finit par consentir au mariage. Guy arrive en Terre Sainte à la fin de 1179, épouse Sibylle en avril 1180 et reçoit à cette occasion le comté de Jaffa et d’Ascalon[7].

Guy de Lusignan ne tarde pas à montrer sa médiocrité, et Baudouin IV décide d’associer au trône Baudouinet, le fils du premier mariage de Sibylle, et en fait son héritier. Baudouin IV le lépreux meurt le 16 mars 1185, Baudouinet, âgé de huit ans, lui succède sous le nom de Baudouin V, sous la régence de Raymond III, comte de Tripoli. Mais le jeune roi meurt à son tour en septembre 1186[8].

Josselin III de Courtenay, oncle de Sibylle, incite Raymond III à rejoindre les barons de son parti à Tibériade et à y attendre la convocation de l’assemblée des barons, chargée de décider de la succession. À l’issue de l’enterrement de Baudouin V et profitant de l’absence de Raymond, Sibylle se fait couronner reine, le patriarche Héraclius, pourtant partisan de Lusignan mais craignant le mécontentement populaire n’ose pas couronner Guy en même temps. C’est Sibylle qui insiste pour que Guy soit couronné[9].

Mais tout n’est pas encore joué sans l’assentiment de l’assemblée des barons. Désigné comme régent par Baudouin le Lépreux, Raymond III peut faire acte de candidature, mais conscient que cela diviserait le royaume, il se retire et propose la candidature d’Isabelle, demi-sœur de Sibylle, et de son mari Onfroy IV de Toron, mais ce dernier se désiste.

Contrairement à ses prédécesseurs, Guy de Lusignan, dépourvu de tout bon sens politique, soutient les exactions et les provocations de Renaud de Châtillon, au lieu de les réprimer. Saladin décide alors d’y mettre fin et attaque le royaume de Jérusalem. Guy de Lusignan, à la tête de l’ost franc se porte à sa rencontre, mais son armée, mal dirigée, est écrasée le 4 juillet 1187 à Hattin et le roi est capturé[10]. À Jérusalem, Balian d’Ibelin organise un conseil de défense, mais la reine Sibylle n’y participe pas[11]. Elle décide même de rejoindre son mari, toujours prisonnier, à Naplouse avant le début du siège de Jérusalem[12].

Saladin lui permet ensuite de se retirer en 1188 à Tripoli et libère Guy de Lusignan au cours de l’été 1188[13]. Sibylle rejoint ensuite son mari qui assiège Saint-Jean-d’Acre, mais meurt durant le siège, en octobre 1190[14].

Ascendance[modifier | modifier le code]

Mariages et enfants[modifier | modifier le code]

De son premier mariage, célébré en octobre 1176, avec Guillaume Longue Epée de Montferrat (v.1150 † 1177), elle a eu :

  • Baudouin V ou Baudouinet (1177 † 1186), roi de Jérusalem

Elle se remarie ensuite en avril 1180 avec Guy de Lusignan (1159 † 1194), et a :

  • Alice de Lusignan († St. Jean d'Acre, septembre ou 21 octobre 1190)
  • Marie de Lusignan († St. Jean d'Acre, septembre ou 21 octobre 1190)[15].
  • deux autres enfants[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pernoud 1990, p. 139-140. René Grousset parle également de cette exigence des barons, mais sans préciser les griefs qu'ils avaient contre Agnès (Grousset 1935, p. 419-421).
  2. Grousset 1935, p. 555-6
  3. Grousset 1949, p. 237
  4. Grousset 1935, p. 601-3
  5. Grousset 1935, p. 606
  6. Grousset 1935, p. 651-2
  7. Grousset 1935, p. 652-3
  8. Grousset 1935, p. 702-3
  9. Grousset 1935, p. 722-6
  10. Grousset 1949, p. 241.
  11. Grousset 1935, p. 757
  12. Grousset 1935, p. 764
  13. Grousset 1936, p. 64
  14. Grousset 1936, p. 83
  15. Le continuateur de la chronique de Guillaume de Tyr mentionne la mort de ces deux princesses jeunes de la peste au cours du même été que celui qui vit la mort de leur mère.
  16. Cafari, dans Regni Ierosolymitani Historia, mentionne sans les nommer les quatre enfants défunts du roi Guy et de son épouse Sibylle.

Annexes[modifier | modifier le code]

Folklore[modifier | modifier le code]

Elle est parfois identifiée à Mélusine de Hierges, mais cette dernière relève de la littérature fantastique du Moyen Âge et non de l'histoire.

Adaptation cinématographique[modifier | modifier le code]

Une partie de sa vie est mise en scène dans le Film de Ridley Scott Kingdom of Heaven (dans lequel elle est interprétée par Eva Green), sorti en 2005. Mais la réalité historique diffère sensiblement du scénario du film.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]