Guillaume de Montferrat (1150-1177)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Guillaume de Montferrat (ca 1135/45 † 1177), ou Guillaume Longue Épée (Guglielmo Lungaspada), est un comte de Jaffa et d'Ascalon de 1176 à 1177, fils de Guillaume V, marquis de Montferrat et de Judith de Babenberg.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est issu d'une famille de croisés. Son père a participé à la seconde croisade, reviendra en Terre Sainte à l'avènement de Baudouin V, son frère Conrad participera à la troisième croisade et sera roi de Jérusalem, et son autre frère Boniface participera à la quatrième croisade.

Les trois frères sont cousins du roi Louis VII de France et neveux de l'empereur Conrad III et cousins de l'empereur Frédéric Barberousse.

Famille de Guillaume de Montferrat (1150-1177) et parenté avec les rois de France et les empereurs germaniques


 
 
 
Humbert II
duc de Savoie
 
Gisèle
de Bourgogne
 
Rénier Ier
marquis de Montferrat
 
Léopold III
duc d'Autriche
 
Agnès
de Franconie
 
Frédéric Ier
duc de Souabe
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Louis VI
roi de France
 
Adèle
de Savoie
 
Guillaume V
marquis de Montferrat
 
 
 
Judith
de Babenberg
 
Conrad III
empereur
 
Frédéric II
duc de Souabe
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Louis VII
roi de France
 
Guillaume
comte de Jaffa
 
Conrad
roi de
Jérusalem
 
Boniface
roi de Thessalonique
 
Rénier
x Marie Comnène
 
Frédéric Barberousse
empereur
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Baudouin V
roi de Jérusalem
 
 
 
Démétrios
roi Thessalonique
 
Guillaume VI
marquis de Montferrat
 
 


Biographie[modifier | modifier le code]

Bien qu'il soit un fils aîné, il n'est pas encore marié à l'âge de trente ans. En 1167, son père avait essayé de les marier, lui et son frère Conrad, avec respectivement une fille d'Henri II d'Angleterre et une sœur de Guillaume Ier d'Écosse, mais les noces n'avaient pas pu être célébrée, le mariage anglais probablement pour une question de consanguinité (Judith de Babenberg étant parente d'Aliénor d'Aquitaine) et le mariage écossais parce que la princesse fut mariée entre temps à un autre.

En 1175, le problème de la succession du royaume se pose de manière accrue : le roi, Baudouin IV est atteint de la lèpre, il n'a et ne peut avoir ni épouse ni enfants, et il n'a que deux sœurs, Sybille, âgée de seize ans, et Isabelle, âgée de trois ans. Le mariage de Sibylle devient une nécessité pour le royaume, afin de lui apporter un successeur capable de prendre ses destinées en mains après la disparition de Baudouin.

Le choix des barons se porte sur la personne de Guillaume de Montferrat, fils et héritier du marquis Guillaume V de Montferrat. D'une part, il est considéré par ses contemporains comme « le plus haut homme qui fut au monde »[1]. Guillaume de Tyr le présente comme un homme d'une grande générosité, d'une intelligence brillante et d'une grande expérience du métier des armes[2]. Ensuite, ses parentés avec les souverains français et germaniques sont un atout pour obtenir des renforts d'Europe.

Une ambassade est envoyée à Montferrat et le père et le fils consentent au projet de mariage. Guillaume Longue Épée débarque à Sidon en octobre 1176, prête immédiatement le serment d'allégeance à Baudouin, reçoit la main de Sibylle et est investit du comté de Jaffa et d'Ascalon.

Au milieu du printemps 1177, mal acclimaté à la Palestine et peu immunisé à ses infections, il contracte une maladie[3]. Pendant deux mois, le comte lutte contre la maladie, mais finit par succomber à Ascalon en juin 1177. Son fils posthume Baudouin deviendra roi de Jérusalem.

Bien que fils aîné de Guillaume V, il n'a pas régné sur le Montferrat puisqu'il mourut avant son père. Il est parfois appelé Guillaume VI de Montferrat puisqu'il était censé prendre la succession de son père à la tête du marquisat. Sa mort reporte la succession de Montferrat sur ses frères plus jeunes, Conrad puis Boniface Ier.

Mariage et enfant[modifier | modifier le code]

Il épouse en octobre 1176 Sibylle de Jérusalem (v. 1159 † 1190), future reine de Jérusalem, fille d'Amaury Ier, roi de Jérusalem, et d'Agnès de Courtenay, qui donne naissance à :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire d'Eraclès.
  2. Aubé 1981, p. 128
  3. René Grousset pense à une fièvre paludéenne (Grousset 1935, p. 602).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]