Baudouin II de Jérusalem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baudouin II.
Baudouin II de Jérusalem
Baudoin II (Baudouin du Bourg), roi de Jérusalem, huile sur toile, Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.
Baudoin II (Baudouin du Bourg), roi de Jérusalem, huile sur toile, Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.
Titre
Comte d'Édesse
11001118
Prédécesseur Baudouin Ier de Jérusalem
Successeur Josselin Ier d'Édesse
Roi de Jérusalem
11181131
Couronnement 14 avril 1118
Prédécesseur Baudouin Ier de Jérusalem
Successeur Mélisende et Foulques
Biographie
Dynastie Maison de Rethel
Nom de naissance Baudouin de Bourcq
Date de décès 21 août 1131
Lieu de décès Jérusalem
Père Hugues Ier de Rethel
Mère Mélisente de Montlhéry
Conjoint Morfia de Malatya
Enfant(s)

Baudouin II de Jérusalem

Baudouin de Rethel, appelé de Bourcq ou du Bourg, mort le 21 août 1131, est comte d'Édesse de 1100 à 1118 sous le nom de Baudouin II d'Édesse, puis roi de Jérusalem de 1118 à 1131 sous le nom de Baudouin II de Jérusalem.

Seigneur du Bourg[modifier | modifier le code]

Il est le fils cadet de Hugues, comte de Rethel et de Mélisende de Montlhéry. Avant la Première croisade, il possède la seigneurie de Bourcq, dans les Ardennes, d'où lui vient son nom (longtemps orthographié à tort du Bourg). En 1095, il se croise dans le contingent de ses cousins Eustache III de Boulogne, Godefroy de Bouillon et Baudouin de Boulogne. Il suit ce dernier à Édesse, et c’est ainsi qu’il se retrouve comte d’Édesse lorsque Baudouin succède à son frère Godefroy.

Comte d'Édesse[modifier | modifier le code]

À Édesse, Baudouin II continue la politique de son prédécesseur. Il noue des alliances avec les seigneurs arméniens de Marash et de Malatya (ou Mélitène), et étend sa suzeraineté jusqu’à ces contrées ; il épouse Morfia, fille de Gabriel, prince de Malatya. En 1104, il est fait prisonnier avec son cousin Josselin de Courtenay alors qu'il tente de s'emparer de Harran, première étape vers Mossoul. Détenus tous deux dans une forteresse, ils réussissent à s'en emparer grâce à des complicités arméniennes. Josselin de Courtenay part seul chercher du secours pendant que Baudouin tient la forteresse avec une petite troupe. Il est néanmoins forcé de se rendre. Libéré en 1108, il doit se résigner à abandonner les campagnes de la rive orientale de l’Euphrate, face aux incursions turques.

Roi de Jérusalem[modifier | modifier le code]

Couronnement de Baudouin II. Enluminure duXVe siècle

À la mort de Baudouin Ier en 1118, la couronne est d'abord proposée à Eustache III, le frère aîné du roi, mais Josselin de Courtenay, qui ne tient pas rigueur à Baudouin du Bourg de l'avoir emprisonné en 1113, insiste pour que la couronne lui revienne. Baudouin d'Édesse accepte et le 14 avril 1118, dimanche de Pâques, est couronné roi de Jérusalem sous le nom de Baudouin II. Reconnaissant, Baudouin donne à Josselin le comté d’Édesse[1]. Presque aussitôt, le royaume est simultanément envahi par les Seldjoukides de Syrie et les Fatimides d'Égypte. Bien décidé à défendre son territoire, Baudouin force l'armée musulmane à reculer sans combat.

En 1119, la Principauté d'Antioche est envahie. Baudouin se précipite au nord avec l'armée de Jérusalem. Mais Roger de Salerne, prince d'Antioche, n'attend pas les renforts, et lance l'armée d'Antioche dans la bataille. Après le désastre de Tell ‘Aqibrin, ou bataille du Champ du Sang, où Roger est tué et son armée anéantie, Baudouin assure la régence d’Antioche et protège la ville.

Baudouin accueille Hugues de Payns et Godefroy de Saint-Omer dans le Temple de Salomon

En janvier 1120, Baudouin convoque le concile de Naplouse[2]. Sous l'impulsion d'Hugues de Payns et de Godefroy de Saint-Omer, la milice des Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon (en latin : pauperes commilitones Christi Templique Solomonici) est créée. Cette milice a pour mission de sécuriser le voyage des pèlerins affluant d'Occident depuis la reconquête de Jérusalem et de défendre les États latins d'Orient. Elle s'installe sur le Mont du Temple, dans une aile du palais de Baudouin, l'ancienne Mosquée al-Aqsa, construite sur les ruines d'un ancien temple, dans lesquelles les Croisés pensent avoir retrouvé les ruines du Temple de Salomon. Les membres de la milice deviennent peu à peu les Chevaliers du Temple ou les Templiers.

Baudouin est fait prisonnier. Enluminure du XIVe siècle

Le 27 février 1122, Il Ghazi ibn Ortoq, atabeg d’Alep, met le siège devant Zrdana, dans la principauté d’Antioche, mais Baudouin et Josselin, se joignent pour secourir la place forte et Il-Ghazi doit se retirer. Le 13 septembre 1122, Josselin et Galéran du Puiset, seigneur de Bira tentent de capturer Balak ibn Bahram ibn Ortok, un officier turc, mais c’est ce dernier qui les surprend et les emprisonne à Kharpût. Baudouin tente de les délivrer. Une cinquantaine d’Arméniens s’emparent par ruse de la citadelle. Pendant que Josselin rejoint Édesse pour chercher du secours, Baudouin et Galéran finissent par être obligés de se rendre. En représailles, Josselin ravage la région d’Alep[3].

En avril 1123, suite à la capture du roi, le conseil nomme Eustache de Grenier, connétable et bailli du royaume de Jérusalem, régent jusqu'à la délivrance du Roi. Le 29 mai 1123, à la tête des armées du Royaume de Jérusalem, emportant la Vraie Croix, il repousse une attaque des Fatimides d'Égypte à Ibelin. Il profitera peu de sa victoire puisqu'il meurt le 15 juin 1123.

En 1124, Baudouin finit par être libéré, en échange d’otages parmi lesquels sa fille Yvette, âgée de cinq ans et Josselin II, âgé d'une dizaine d'années, fils du comte d'Édesse. Pendant ce temps, les Croisés, avec l'aide d'une flotte vénitienne, assiègent et prennent la ville de Tyr. Se fondant sur la Pactum Warmundi, la République de Venise en profite pour fonder des colonies marchandes, autonomes et libres de droits et taxes militaires, dans les villes côtières du royaume.

Rassemblant les chevaliers de tous les territoires croisés, Baudouin rencontre les Seldjoukides à la Bataille d'Azâz, le 11 juin 1125. Grâce à une habile manœuvre, l'armée croisée, bien qu'inférieure en nombre, est victorieuse. L'armée seldjoukide est taillée en pièces et perd quinze émirs et plusieurs milliers d'hommes. Le butin est considérable. Baudouin en profite pour payer sa rançon et faire libérer les otages de la forteresse de Kharpût[4].

Fort de cette récente victoire, Baudouin tente de prendre Damas en 1126 avec l'aide des Templiers, mais l'émir Tughtekin les repousse. À Alep, le mamelouk Khutlugh a pris le pouvoir pour son propre compte, mais il s'est rapidement montré si odieux que ses sujets se sont révoltés. La ville est revendiquée par deux princes, un ortoqide, Süleyman, et un seldjoukide, Ibrahim ibn Ridwan. Baudouin voudrait profiter de ces troubles pour s'emparer de la ville, mais il est devancé par l'atabeg de Mossoul, Imad ed-Din Zengi, qui entre dans la ville, sous les vivats de ses habitants. Baudouin ne peut s’emparer de la Syrie intérieure, les villes d’Alep et de Damas restant aux musulmans.

Mort et succession[modifier | modifier le code]

Baudouin tombe malade en 1131 et décède le 21 août. Il est enterré dans l'église du Saint Sépulcre.

Guillaume de Tyr décrit Baudouin comme un homme pieux et craignant Dieu, connu pour sa loyauté et pour sa grande expérience dans les questions militaires. Ibn al-Qalanisi, qui l'appelle Baldwin le Petit (al-Baghdawin ru'aiuis) pour le distinguer de Baudouin Ier, fait remarquer qu'après lui il n'y eut personne qui ait un bon jugement et la capacité de gouverner. Galbert de Bruges n'est pas si favorable. Selon lui, Baudouin était avare et parcimonieux. Il estime qu'il avait été capturé parce qu'il n'avait pas bien gouverné le peuple de Dieu. Galbert prétend même qu'Eustache de Grenier, originaire de Flandre, a tenté d'offrir le royaume à Charles Ier de Flandre, pendant la captivité de Baudouin.

De son mariage avec Morfia de Malatya, Baudouin eut quatre filles: Melisende, Alix, Hodierne, et Yvette. En 1129, Baudouin choisit Mélisende pour héritière et s'arrange pour la marier à Foulques V d'Anjou. Avec Foulques pour co-souverain, Mélisende succède à son père le 14 septembre 1131.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Descendance[modifier | modifier le code]

De son épouse Morfia de Malatya, Baudouin a quatre filles : Mélisende, Alix, Hodierne, et Yvette

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Grousset 1934, p. 566-9 et 572-3.
  2. Simonetta Cerrini, La révolution des Templiers, pages 86-87, 2007, Perrin
  3. Grousset 1934, p. 613-627.
  4. Histoire de Jérusalem, page 246