Seven Steps to Heaven

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Seven Steps to Heaven

Album par Miles Davis
Sortie 1963
Enregistré 16 avril 1963 et 14 mai 1963
Durée 46:29
Genre Jazz Hardbop
Producteur Teo Macero
Label Columbia Records
Critique

Albums par Miles Davis

Seven Steps to Heaven est un album de jazz du "Miles Davis Quintet" sorti en 1963 et réédité en 2013[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Sept titres ont été enregistrés une première fois le 16 avril 1963 à Hollywood avec Frank Buttler et Victor Feldman. Ils figurent dans le coffret Seven Steps : The Complete Columbia Recordings of Miles Davis 1963-1964 y compris la chanson Summer Nights qui conclura l'album Quiet Nights. Seuls trois ont été gardés pour l'album. Victor Feldman est coauteur avec Miles Davis du titre éponyme.

Le 14 mai 1963 à New-York, Miles Davis reprendra pour l'album trois morceaux avec deux nouveaux musiciens - Herbie Hancock et Tony Williams - qui feront depuis ce jour parti du légendaire quintet.

Seven Steps To Heaven est un album hybride, qui engage la carrière de Miles Davis vers de nouveaux horizons.

Premier Quintet[modifier | modifier le code]

Pistes[modifier | modifier le code]

1. Basin Street Blues (Spencer Williams) - 10:27

3. I Fall in Love Too Easily (Jules Styne) - 6:45

5. Baby Won't You Please Come Home (en) (Charles Warfield, Clarence Williams) - 8:25

Second Quintet[modifier | modifier le code]

Pistes[modifier | modifier le code]

2. Seven Steps to Heaven (V. Feldman, Miles Davis) - 6:22

4. So Near, So Far (Tony Crombie, Benny Green) - 6:56

6. Joshua (Feldman) - 6:58

Citation[modifier | modifier le code]

« ... Je n'ai pas fait passer d'audition à Ron, je l'avais déjà entendu, mais il a répété avec nous. j'avais aussi entendu Tony Williams, un batteur de 17 ans qui travaillait avec Jackie McLean, et qui jouait si bien qu'il avait failli me faire disjoncter. Tony allait être un des plus fabuleux musiciens qui se soient approchés d'une batterie. Tony était mon élu, et Frank Butler, de LA, n'a fait qu'un intérim jusqu'à son arrivée. On a joué à LA où je voulais enregistrer de la musique. Victor Feldman assurait comme un dingue. Pour la séance on a utilisé deux de ses thèmes : le titre qui a donné son nom au disque et Joshua. Je voulais qu'il entre dans l'orchestre, mais il gagnait une fortune dans les studios de LA et aurait perdu de l'argent en venant avec moi. Je suis revenu à New-York en cherchant un pianiste. Et j'ai trouvé Herbie Hancock. »

— MILES L'AUTOBIOGRAPHIE, Miles Davis avec Quincy Troupe. Presses de la Renaissance. 1989.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Audio et video, Marc Bertin,« "Seven Steps to Heaven" de Miles Davis : l'album d'un génie tourmenté et serein » , Leplus.nouvelobs.com, 11 juillet 2013, consulté le 18 juillet 2013