Miles in Tokyo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Miles in Tokyo

Album par Miles Davis
Enregistré 14 juillet 1964
Durée 54:19
Genre Jazz Hard Bop
Label Sony
Critique

Albums par Miles Davis

Miles in Tokyo est l'enregistrement en public du Miles Davis Quintet le 14 juillet 1964 au Kohseinenkin Hall à Tokyo.

Historique[modifier | modifier le code]

C'est la suite de la tournée de Miles Davis au Japon commencée aux États-Unis.

C'est l'unique apparition dans le quintet, du saxophoniste ténor Sam Rivers qui a remplacé George Coleman. Sam Rivers avait fait débuter Anthony Williams à l'âge de 13 ans dans son propre quartet.
Selon certaines sources George Coleman était jugé pas assez "free" par le jeune batteur Tony Williams qui l'aurait poussé vers la sortie. Tony Williams proposait vainement Eric Dolphy[1]. Selon d'autres sources c'est Coleman lui-même qui aurait décidé de quitter la formation alors que Miles Davis avait cru avoir enfin trouvé SON quintet...
Au retour de la tournée c'est Wayne Shorter qui sera adopté.

Le répertoire est assez classique et reprend la plupart des titres de Miles Davis Quintet, Philharmonic Hall at Lincoln Center, New-York City, 12 février 1964.
À noter la très belle version de "My Funny Valentine" par un Miles Davis au sommet de son art.

Quintet[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

  1. Introduction by Teruo Isono - (1:10)
  2. If I Were a Bell - (10:15)
  3. My Funny Valentine - (12:48)
  4. So What - (8:03)
  5. Walkin' - (8:08)
  6. All of You - (11:18)
  7. Go-Go (Theme and Annoucement) - (1:20)

Citation[modifier | modifier le code]

« On est partis pour quelques concerts à Tokyo. C'était mon premier voyage au Japon. Frances nous a suivis, et a tout appris de la culture et de la nourriture japonaises. J'avais maintenant un road manager, Ben Shapiro, qui me soulageait de beaucoup de choses. On a joué à Tokyo et Osaka. (...) je respecte et adore les japonais. Des gens fantastiques. Ils m'ont toujours très bien traité. Les concerts ont remporté un immense succès. »

— MILES L'AUTOBIOGRAPHIE, Miles Davis avec Quincy Troupe. Presses de la Renaissance. 1989.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Franck Bergerot, Miles Davis, Introduction à l'écoute du jazz moderne, Seuil, 1996, p. 20.