Bitches Brew

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le titre d'Aerosmith (1982), voir Bitch's Brew.

Bitches Brew est un album de jazz-rock du compositeur et trompettiste de Jazz américain Miles Davis sorti en 1970.

Historique[modifier | modifier le code]

Miles Davis incorpore plusieurs instruments électrifiés, tels que le piano et la guitare, et s’affranchit des règles et des conventions du jazz traditionnel en adoptant un style nouveau fait d’improvisations modales influencées par la musique funk et le rock. Davis continue l'aventure pour ce disque avec les mêmes talents de renom révélés par l'album précédent In a Silent Way : John McLaughlin, Bennie Maupin et Joe Zawinul. Wayne Shorter reste le seul musicien de son deuxième quintet historique.

Avec le Hot Rats de Frank Zappa (enregistré en même temps, mais sorti avant), l'album inaugure le style jazz-rock ou fusion, et rencontre un grand succès public, tant chez les rockers que les jazzmen, même s'il rebute des amateurs de jazz traditionnel. L'influence de Bitches Brew sera considérable en créant un genre musical nouveau. Ce nouveau mouvement musical inspiré par l'album sera poursuivi par Davis mais aussi par ses musiciens Herbie Hancock, Wayne Shorter, Joe Zawinul et John McLaughlin.

L’album a été diffusé initialement sous forme d’un double LP. En 1998, il a été commercialisé en coffret de quatre CD, comprenant l'intégrale des séances d'enregistrement studio qui ont été faites jusqu’en février 1970 : The Complete Bitches Brew Sessions.

La pochette de l’album ainsi que celles de Live-Evil et d'Abraxas du groupe de rock Santana sont issues de peintures d'Abdul Mati Klarwein.

L’enregistrement[modifier | modifier le code]

Bitches Brew a été enregistré en trois jours (19-)

Suivant son habitude, Miles Davis a appelé des musiciens pour participer à l’enregistrement de cet album peu de temps avant l’enregistrement et avec un minimum de répétition, les musiciens ayant peu ou pas d’idées sur ce qu’ils allaient jouer.

Miles Davis donnait ses instructions avant et pendant l’enregistrement, donnant le tempo et indiquant quand les musiciens devaient jouer un solo.

Davis a composé la plupart des titres, à l’exception de deux morceaux importants, Pharaoh's Dance, composé par Joe Zawinul et la ballade Sanctuary, composée par Wayne Shorter. De manière surprenante, l’album donne deux prises successives de Sanctuary.

Contrairement au style cool qui le caractérisait jusqu’ici, Miles Davis joue ici de manière agressive, dans le registre haut de sa trompette, par exemple dans Miles Runs the Voodoo Down.

Davis n’utilise pas le swing habituel au Jazz, et fait jouer du funk, à la manière de James Brown et Sly and the Family Stone, par sa section rythmique.

Il a innové aussi en faisant jouer simultanément plusieurs pianistes, batteurs et bassistes en même temps, et surtout en utilisant des pianos et guitares basses électriques.

La longueur des morceaux joués était aussi inhabituelle dans le jazz, un seul morceau est joué sur chaque face 1 et 2 du premier disque.

Réception[modifier | modifier le code]

Bitches Brew a été un succès commercial avec plus d’un demi million d’exemplaires vendus. Après Kind of Blue et Time Out du Dave Brubeck Quartet c'est la troisième meilleure vente de disque de Jazz.

Il a obtenu un Grammy Award et a été certifié Disque d'or.

En 2003, l'album est classé au 95e rang par Rolling Stone magazine parmi les 500 meilleurs albums de tous les temps[2].

Par ailleurs, l'enregistrement a été utilisé lors de l'enterrement du Secrétaire Général du Parti communiste français Georges Marchais, en 1997. Il était un féru de jazz, notamment de Miles Davis.

Titres de l’album[modifier | modifier le code]

Titre Compositeur Durée
Disque 1 Face 1
1. Pharaoh's Dance Joe Zawinul 20:06
Face 2
2. Bitches Brew Miles Davis 27:00
Disque 2 Face 3
3. Spanish Key Miles Davis 17:34
4. John McLaughlin Miles Davis 4:26
Face 4
5. Miles Runs The Voodoo Down Miles Davis 14:04
6. Sanctuary Wayne Shorter 11:01
Bonus
7. Feio (édition CD de 1999) Wayne Shorter 11:51

Musiciens[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

  • Teo Macero

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Thom Jurek, « Critique de Bitches Brew », sur allmusic.com (consulté le 20 septembre 2013).
  2. (en) « 500 Greatest albulms of all times, Bitches Brew », sur rollingstone.com (consulté le 20 septembre 2013).

Liens externes[modifier | modifier le code]