Schleithal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Schleithal
L'église Saint-Barthélémy.
L'église Saint-Barthélémy.
Blason de Schleithal
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Wissembourg
Canton Wissembourg
Intercommunalité CC du Pays de Wissembourg
Maire
Mandat
Joseph Schneider
2014-2020
Code postal 67160
Code commune 67451
Démographie
Gentilé Schleithalois
Population
municipale
1 449 hab. (2011)
Densité 159 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 59′ 22″ N 8° 02′ 39″ E / 48.98944444, 8.04416667 ()48° 59′ 22″ Nord 8° 02′ 39″ Est / 48.98944444, 8.04416667 ()  
Altitude Min. 135 m – Max. 187 m
Superficie 9,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Schleithal

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Schleithal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Schleithal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Schleithal

Schleithal est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace.

Le nom alsacien de la commune est Schladl (sans caractère « officiel »).

Ses habitants sont appelés les Schleithalois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Schleithal est un petit village se situant dans le nord du Bas-Rhin à quelques pas de la frontière franco-allemande. Cette frontière est définie par la Lauter qui donne d'ailleurs son nom à la petite ville de Lauterbourg qui se trouve à l'embouchure avec le Rhin.

Une particularité notable est sa rue principale (route départementale 244), longue de 3,5 kilomètres, ce qui constitue un record en Alsace. La piste cyclable qui longe le village au nord, parallèlement à la RD 244, correspond à l'ancienne ligne de chemin de fer reliant Wissembourg à Lauterbourg.

La morphologie urbaine du village s'explique par deux phénomènes. La commune longe les flancs nord-est des collines qu'elle borde. En sous sol se trouve la nappe phréatique, très peu profonde à cet endroit. Une ligne de puits se dessine donc, trop profonds à atteindre sur les collines (où souffle en plus le vent) et affleurants dans la partie basse du village.

Ce paysage de collines à l'activité agricole intense et à la faible végétation sauvage constitue l'unité paysagère la plus représentative de l'Outre-Forêt. Cette activité a longtemps constitué la majorité du travail rural, avec l'élevage de chevaux. L'absence de végétation sauvage aux abords de champs constitue une carence dans la rétention des eaux. De plus les espaces naturels inutilisés tels que les fossés et autres écoulements naturels de l'eau ont souvent été abandonnés ou urbanisé. L'écoulement des eaux du bassin versant de la Lauter (dont le village fait partie) se fait à la perpendiculaire de l'axe du village.

Lors de violents orages d'été cette absence de végétation a des conséquences parfois spectaculaires. De mémoire d'homme, et au moins depuis le début des années 1900, les coulées de boues et inondations [1] sont régulières, faisant des dégâts non seulement dans le village mais emportant à chaque fois une précieuse partie de terre arable[2].

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Obere Ringgasse
  • Untere Ringgasse
  • Hinaderfl

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Schlatel en francique méridional.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers écrits sur Schleithal datent de 1145, mais certains pensent que le village date de 631 (année de création de l'abbaye de Wissembourg).

Le village devient français après la Révolution contrairement à une grande partie de l'Alsace qui tire profit du traité de Westphalie en 1648.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Schirrhein

Les armes de Schleithal se blasonnent ainsi :
« Coupé : au premier de gueules au cheval d'argent, au second d'or au maillet de gueules. »[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Joseph Schneider[4]    
mars 2001 mars 2008 Denise Hiebel    
Les données manquantes sont à compléter.

Durant la période de rattachement à l'Empire allemand (1871-1918), Schleithal dépendait du canton (Ortsgruppe) de Lauterbourg (Lauterburg), du cercle (Kreis) de Wissembourg (Weissenburg) et du district de Basse-Alsace (Bezirk Unterelsaß).

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 449 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 415 1 719 1 808 2 405 2 263 2 250 2 100 2 213 2 387
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
2 150 2 204 2 167 2 013 1 946 1 963 1 953 1 892 1 901
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 911 1 943 1 935 1 755 1 769 1 706 1 665 1 541 1 429
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 473 1 459 1 468 1 389 1 374 1 395 1 438 1 450 1 449
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La première église a été construite au XIIIe ou au XIVe siècle. Elle se situait sur le plus haut point du village et était construite en pierre. Les villageois s'y réfugiaient lors des attaques. Cette église aurait brûlé lors d'une invasion militaire.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Communes du Bas-Rhin

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]