Roumélie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte de Roumélie (1801)
Les Balkans avant (1878)
La Bulgarie (roux) et la Roumélie orientale (orange à liséré jaune) de 1878 à 1885
Les Balkans de 1885 à 1912


La Roumélie (en turc : Rumeli) est le terme utilisé à partir du XVe siècle pour désigner la partie de la péninsule balkanique sous domination ottomane. Selon le contexte, le terme peut faire référence à différentes régions de la péninsule balkanique.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le terme Rumeli signifie littéralement en turc terre des Romains: il s'agit de l'Empire romain d'Orient. C'est pourquoi, au cours des XIe siècle et XIIe siècle, ce terme fut également utilisé pour désigner, en Anatolie, le sultanat Seldjoukide qui s'y est constitué après la victoire turque de Mantzikert sur l'Empire byzantin.

Historique du nom[modifier | modifier le code]

Au cours du temps Roumélie a désigné un territoire de moins en moins étendu, à mesure que la domination ottomane reculait. De 1396 au début du XIXe siècle, il désigna toute la péninsule des Balkans.

Dans le contexte de la Guerre d'indépendance grecque, le terme désigne la Grèce continentale, au nord du golfe et de l'isthme de Corinthe.

Par la suite, il désigna la région bordée au nord par la Serbie et la Bulgarie, à l'ouest par le Monténégro et au sud par la Grèce.

Après le Traité de Berlin (1878 : indépendances de la Serbie et de la Bulgarie, rattachement de la Thessalie à la Grèce), la Roumélie ne regroupait plus que les anciennes provinces de Thrace (Roumélie orientale incluant Constantinople), et de Macédoine (Roumélie occidentale incluant Salonique). Cette dernière comprenait aussi une province composée de l'Albanie centrale et de l'ouest de la Macédoine, avec Monastir comme chef-lieu. Avec les changements administratifs intervenus au sein de l'Empire ottoman entre 1870 et 1875, la Roumélie cessa de correspondre à une division politique.

Après 1878, le nord de la Roumélie orientale constitua une province autonome de l'Empire ottoman, au sein de laquelle les Bulgares s'auto-gouvernèrent; ils proclamèrent son rattachement à la Bulgarie le 6 septembre 1885.

Utilisation actuelle[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, le terme Roumélie est parfois utilisé à propos de la partie européenne de la Turquie (les provinces d'Edirne, de Kirklareli et deTekirdağ et la partie ouest de la province d'Istanbul). Cependant, ce terme est souvent utilisé dans un contexte historique, le nom turc moderne de cette région étant Trakya (Thrace).

Sur le Bosphore, on parle généralement de la côte rouméliote en opposition à la côte anatolienne. Plusieurs villages portant le même nom de part et d’autre, sont désignés par les termes « Rumeli » ou « Anadolu » (Rumeli Hisarı / Anadolu Hisarı, Rumeli Kavağı / Anadolu Kavağı, Rumeli Feneri / Anadolu Feneri).

Les habitants de la Roumélie turque ne se désignent pas comme Rouméliotes (Rum, Rumlar, en turc), car ce terme désigne uniquement les citoyens turcs de confession orthodoxe (principalement hellénophones).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lire aussi[modifier | modifier le code]

  • Jean Erdic, En Bulgarie et en Roumélie, Mai - Juin 1884 Alphonse Lemerre, Éditeur à Paris Passage Choiseul 27-31, MDCCCLXXXV. Récit de voyage.
  • (en) Patrick Leigh Fermor, Roumeli, Éd. John Murray, 1966, rééd. format poche 2004 (ISBN 978-0-7195-6692-9)