Robert Murphy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Murphy.

Robert Daniel Murphy est un diplomate américain, né à Milwaukee le 28 octobre 1894[1] et mort le 9 janvier 1978.

Biographie[modifier | modifier le code]

Durant la Première Guerre mondiale, Murphy interrompt ses études de droit. Il ne peut servir dans l'armée en raison d'une ancienne blessure et demande un emploi civil. Il commence sa carrière diplomatique en 1917 comme membre de la légation américaine à Berne. Après la fin du conflit, il obtient son diplôme à la George Washington University Law School et est admis au barreau du district de Columbia. Il suit des cours pour entrer au service diplomatique et est nommé vice-consul à Zurich, puis à Munich entre 1921 et 1925. Il est consul à Paris de 1930 à 1936, puis chargé d'affaires sous l'ambassadeur William C. Bullitt dont il assure l'intérim auprès du gouvernement de Vichy jusqu'à la nomination de l’amiral Leahy[1],[2].

Toujours accrédité auprès de Vichy, le président Roosevelt le nomme son représentant spécial en Afrique française du Nord et conseiller politique auprès du général Eisenhower. En Algérie française, Murphy prend des contacts avec le général Giraud, par l'intermédiaire de l'industriel Lemaigre Dubreuil, mais aussi avec l'amiral Darlan, il recrute des officiers de l'armée française[2] et développe des liens avec les dirigeants des réseaux de résistants locaux afin de préparer le débarquement américain (opération Torch), la première grande offensive alliée pendant la Seconde Guerre mondiale.

Après la guerre, il est conseiller politique auprès de l'Office of Military Government, United States (en) (OMGUS), en Allemagne.[réf. souhaitée] Il est témoin des tortures que les officiers du service de renseignement américain infligent aux nazis pour leur faire avouer leurs crimes[3].

Liste des postes diplomatiques de Murphy
  • 1949 : ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire, Belgique
  • 1952 : ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire, Japon
  • 1953 : Assistant Secretary for United Nations Affairs
  • 1953 : Deputy Under Secretary for Political Affairs (Assistant Secretary)
  • 1955 : Deputy Under Secretary for Political Affairs
  • 1956 : ambassadeur
  • 1958 : représentant personnel du président Eisenhower durant la crise libanaise de 1958.
  • 1959 : sous-secrétaire aux affaires politiques

Après s'être retiré du Département d'État en décembre 1959, Murphy devint conseiller des présidents Kennedy, Johnson et Nixon.

Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • Robert D. Murphy, Un diplomate parmi les guerriers, (trad. par Yves Malartic), Robert Laffont, Paris, 1965.
  • Renée-Pierre Gosset, Expédients provisoires. Le coup d'Alger, Fasquelle, 1945. Une source contemporaine (1945) sur le rôle de Murphy d'octobre 1942 à mars 1943 auprès de Giraud, de Darlan et des gaullistes d'Alger.

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 2006, Murphy a été représenté sur un timbre des États-Unis, parmi une planche représentant six diplomates éminents[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Five-Star Diplomat », Time Magazine, 25 août 1958.
  2. a et b (en) The Papers of Dwight David Eisenhower, volume XX, eisenhowermemorial.org.
  3. Robert D. Murphy, Un diplomate parmi les guerriers, (trad. par Yves Malartic), Robert Laffont, Paris, 1965, p. 315-316.
  4. (en) « The 2006 Commemorative Stamp Program », United States Postal Service, 30 novembre 2005

Lien externe[modifier | modifier le code]