Rerum novarum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rerum novarum
Blason du pape Léon XIII
Encyclique du pape Léon XIII
Date 15 mai 1891
Sujet Texte inaugural sur la doctrine sociale de l'Église catholique
Chronologie
Précédent In ispo Pastoralis Suivant

Rerum novarum (De la révolution) est une encyclique publiée le 15 mai 1891 par le pape Léon XIII (1810-1903).

Elle constitue le texte inaugural de la doctrine sociale de l'Église catholique.

S'inspirant des réflexions (notamment les travaux de l'union de Fribourg) et de l'action des « chrétiens sociaux », l'encyclique, écrite face à la montée de la question sociale, condamne « la misère et la pauvreté qui pèsent injustement sur la majeure partie de la classe ouvrière » tout autant que le « socialisme athée ». Elle dénonce également les excès du capitalisme et encourage de ce fait le syndicalisme chrétien et le catholicisme social.

Contexte de la parution[modifier | modifier le code]

Contexte historique[modifier | modifier le code]

La période de parution de l'encyclique est marquée par l'émergence et le développement, principalement en Europe de l'industrialisation. Cette industrialisation conduit à une modification importante de la société : apparition de moyens de communication plus rapides (télégraphe, chemin de fer…), de l'électricité, mais aussi de la production. Cette industrialisation va voir apparaître une nouvelle catégorie, celle des ouvriers. Les ouvriers deviennent une réalité sociale, mais aussi une source de contestation : révolution de 1848, Commune de 1871, manifestations violentes (par exemple, à Fourmies), émeutes de Chicago en 1886, etc.

Dans le même temps le mouvement ouvrier commence à s'organiser et à développer une pensée propre, du nom de socialisme[Note 1]. Des penseurs comme Karl Marx, Pierre-Joseph Proudhon, Ferdinand Lassalle développent leurs théories… Le syndicalisme se développe aussi dans de nombreux pays, de même que le chartisme, les chevaliers du travail, la CGT, et on voit apparaître les premiers syndicats internationaux.

Les catholiques avant l'encyclique[modifier | modifier le code]

Dans cette période, la question sociale fait l'objet de réflexions et de démarches de chrétiens et d'hommes d'Église[1]. Mgr von Ketteler, en Allemagne, le cardinal Manning en Angleterre, le cardinal de Bonald, en France, développent une pensée chrétienne sociale. Ils contribuent à encourager le développement de mouvements d'action et de réflexion fait par des chrétiens laïcs, favorisant l'émergence des « catholiques sociaux »[1].

Mgr von Ketteler développe une conception plus doctrinale dans son œuvre, La Question ouvrière et le christianisme (1864). Il y met en cause la structure du libéralisme et propose l'intervention forte de la législation, ainsi que l'autonomie des ouvriers. Il influence Karl von Vogelsang en Autriche, développant ainsi les idées corporatistes[1].

Mgr Mermillod, évêque de Genève, va jouer un rôle essentiel. Avec son ami René de La Tour du Pin, il fonde l'Union sociale d'études catholique et économiques, appelée aussi union de Fribourg, où se retrouvent quelques-uns des plus grands noms du catholicisme social de l'époque (le Suisse Gaspard Decurtins, les Français René de La Tour du Pin, Albert de Mun, Louis Milcent et Henri Lorin, les Autrichiens Karl von Vogelsang et Gustave Blome (de)…). L'union de Fribourg développe ainsi une pensée dans de nombreux domaines comme le syndicalisme, le régime corporatiste, l'organisation industrielle, la question agraire, le salaire, les assurances ouvrières, la réglementation internationale de la production industrielle[1]. Ces travaux sur la « question sociale » constitueront la base de l'encyclique de Léon XIII Rerum Novarum[2].

L'engagement d'hommes d'Église dans le domaine social jouera un rôle important dans l'émergence de l'encyclique. Ainsi, le cardinal Gibbons défendra auprès du pape Léon XIII la cause des chevaliers du travail[3]. En 1889, le cardinal Manning défendra la grève des dockers, et participera aux négociations faisant aboutir l'accord du 4 novembre. Cette intervention sera suivie de près par Léon XIII[1]. L'empereur Guillaume II d'Allemagne demande le soutien du pape afin de convoquer une conférence internationale sur le travail à Berlin en 1890[4].

L'encyclique Rerum Novarum[modifier | modifier le code]

Rédaction de l'encyclique[modifier | modifier le code]

La rédaction de l'encyclique commence dès 1890. Plusieurs personnes influenceront sur cette rédaction. Le père Liberatore, jésuite italien[5], disciple de Massimo d'Azeglio, et membre de l'Union de Fribourg. Le cardinal Tommaso Maria Zigliara ainsi que le cardinal Camillo Mazella contribueront à cette rédaction[1], qui sera traduite en latin[1] par Mgr Volpini, après la relecture de Léon XIII.

Résumé de l'encyclique[modifier | modifier le code]

  • I. Introduction
Dans l'introduction Léon XIII fait le constat de la modification des rapports entre patrons et ouvriers, et constate l'anxiété qui règne dans les rapports sociaux. Cette situation pousse l'Église à intervenir afin de rechercher une « solution conforme à la vérité et à l'équité »[6]. Le Pape condamne alors « une situation d'infortune et de misère imméritée » des classes inférieures, ainsi que la concentration dans les mains de quelques-uns de l'industrie et du commerce, qui « impose un joug presque servile à l'infinie multitude des prolétaires[7] ».
  • II. Question préalable : la proposition socialiste de supprimer la propriété privée. Ses conséquences funestes.
Léon XIII condamne le socialisme, entendu comme théorie qui vise à l'abolition de la propriété privée. Il remarque dans un premier temps que le « socialisme » contribue au développement de la haine contre ceux qui possèdent en proposant, comme solution à la misère, l'abolition de la propriété privée. Or cette abolition a trois conséquences selon l'encyclique : elle fait du tort à l'ouvrier, vide les droits légitimes des propriétaires, et bouleverse le rôle de l'État[8].
Léon XIII fait alors une démonstration qui le conduit à dire que la propriété donne un droit de disposer du fruit de son travail, l'abolir conduit donc à empêcher l'amélioration de la situation des ouvriers dans la mesure où ils ne peuvent pas disposer du fruit de leur travail[9]. Léon XIII montre ensuite qu'il existe un droit naturel de l'homme à posséder, ce qui le différencie de l'animal. Or le travail et la propriété sont indissociables : le travail rendant la terre plus fertile, il découle de ce fait le droit naturel à la propriété[10]. Ce droit est renforcé par les besoins de la famille: afin d'affronter les difficultés, nous avons besoin de constituer un patrimoine. Patrimoine rendu impossible par l'abolition de la propriété[11].
Léon XIII définit alors le rôle des pouvoirs publics. Ceux-ci doivent respecter le sanctuaire qu'est la famille et ne pas de substituer à l'autorité des parents. Le socialisme est donc condamnable dans la mesure où « les socialistes vont contre la justice naturelle et brisent les liens de la famille[12]. » Néanmoins le pape affirme que, dans les cas de graves difficultés, « il est juste que le pouvoir public vienne à son secours, car chaque famille est un membre de la société. De même, s'il existe quelque part un foyer qui soit le théâtre de graves violations des droits mutuels, il faut que le pouvoir public y rétablisse le droit de chacun[13]. »
  • III. Le Droit de l'Église d'aborder le sujet, et son assurance de le faire de manière efficace.
Dans une troisième partie, Léon XIII justifie le droit de l'Église d'intervenir dans le domaine social, parlant de devoir de l'Église. L'intervention de celle-ci vise à mettre fin au conflit ou à l'adoucir, tant par l'enseignement qu'en essayant d'améliorer « le sort des classes pauvres afin de rechercher la meilleure solution possible. »
Il appelle aussi à accepter les différences et les inégalités inhérentes à la nature humaine. Ces différences constituent la richesse de la société, vouloir les abolir serait donc vain. Enfin rappelant le texte de la Genèse[14], il affirme que le travail reste lié à la souffrance et à la douleur[15], et condamne les utopies qui nient cette dure réalité.
S'opposant à la théorie de la lutte des classes, le pape affirme la complémentarité du Capital et du Travail, chacun ayant besoin de l'autre. Il énonce alors les devoirs de l'ouvrier, qui sont de réaliser correctement son travail, ses revendications devant être exemptes de violences[16].
Les patrons, quant à eux, doivent respecter en l'ouvrier « la dignité de l'homme ». Valorisant le travail du corps comme noble, le Pape s'insurge contre ceux qui ne l'estiment qu'« en proportion de la vigueur des bras ». Le patron a le devoir de se soucier des intérêts spirituels de l'ouvrier. Il est ainsi défendu, selon le pape, de donner un travail supérieur aux forces des personnes, ou en désaccord avec l'âge ou le sexe. Les patrons ont aussi le devoir de donner un juste salaire, affirmant même que « ce serait un crime à crier vengeance au ciel que de frustrer quelqu'un du prix de ses labeurs[17]. »
Rappelant l'enseignement de l'Église sur la vie éternelle le pape affirme que la richesse ne doit être considérée que pour l'usage qu'on en fait. La recherche de la vie éternelle, et du paradis, étant prioritaire pour le chrétien, elle passe par la vertu et la souffrance à l'image du Christ. Le pape rappelle alors aux riches qu'« ils devront rendre à Dieu, leur juge, un compte très rigoureux de l'usage qu'ils ont fait de leur fortune[18]. »
  • IV. Le rôle de l'État
  • V. Les corporations
  • VI. Exhortation finale

Conséquences et influences[modifier | modifier le code]

La même année, la ligue démocratique belge est créée dans la lignée de l'encyclique. Cet événement est reçu différemment dans les milieux politiques : les milieux catholiques sociaux l'exaltent, tandis que les milieux conservateurs, eux, attendent le pape suivant. Les libéraux ne voient pas l'importance du document car il n'apporte aucune solution concrète.
L'encyclique, qui analyse la situation réelle et cherche à donner des pistes concrètes, reste cependant parfois moralisatrice et comporte des imprécisions sur des questions concrètes. On y retrouve une idéologie anti-socialiste très classique à l'époque[réf. souhaitée].

Rerum Novarum, outre l'influence passagère qu'elle a eue dans différents pays lors de sa publication, est surtout le coup d'envoi de l'enseignement doctrinal de l'Église catholique en matière sociale, connu sous l'appellation de doctrine sociale de l'Église. Elle marque le début de l'intérêt porté par les papes aux questions sociales, ce qui a fortement influencé les pays de tradition catholique dans leur législation, en exhortant les hommes politiques à une intervention plus forte de l'État dans les domaines sociaux : législation protégeant le travail (repos dominical), création des allocations familiales, émergence des associations de travailleurs (comme les syndicats chrétiens en France). A titre d'exemple, en 1895, année où la C.G.T a été créée à Limoges, lors d'un congrès de Tertiaires de Saint-François dans la même ville, à la demande de Léon Harmel, Henri Savatier présentait un rapport intitulé Les légitimes revendications des travailleurs dans le cadre des orientations de l'Eglise à la suite de Rerum Novarum[19]. De cette manière, on peut dire que l'encyclique a été à l'origine de la constitution de la démocratie chrétienne.

Liens[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Cette encyclique influença la rédaction d'encycliques postérieures sur la doctrine sociale de l'Église :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Note
  1. Le vocable socialisme, doit être interprété ici avec attention : il s'agit des mouvements politiques qui veulent la disparition de la propriété privée, et parfois demandent la dictature du prolétariat. Or les mouvements socialistes actuels, même s'ils portent le même nom, n'ont plus la même doctrine. La condamnation du socialisme par Léon XIII est une condamnation de la doctrine qui vise à la suppression de la propriété privée.
Sources
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.
  1. a, b, c, d, e, f et g Le discours social de l'Église catholique, De Léon XIII à Benoit XVI, 2009, éditions Bayard (ISBN 978-2-227-47904-3) Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  2. Site Spiritualité 2000 : L'union de Fribourg. L’internationale catholique de la question ouvrière
  3. Biographie de Léon XIII mentionnant son action en faveur des Chevaliers du travail.
  4. Texte de la conférence sur le site de l'université du Michigan.
  5. Site du CNRS faisant mention de la contribution du père Liberatore
  6. Extrait de Rerum Novarum, I. § 1.2.
  7. Extrait de Rerum Novarum, I. § 2.2.
  8. Extrait de Rerum Novarum, II. § 3.
  9. Extrait de Rerum Novarum, II. § 4.
  10. Extrait de Rerum Novarum, II. § 6 à 8.
  11. Extrait de Rerum Novarum, II. § 10.
  12. Extrait de Rerum Novarum, II. § 11
  13. Extrait de Rerum Novarum, II. § 11.
  14. Gn, 3, 17 « La terre est maudite à cause de toi. C'est par le travail pénible que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie. »
  15. Extrait de Rerum Novarum, III. § 14.
  16. Extrait de Rerum Novarum, III. § 15-16
  17. Extrait de Rerum Novarum, III. § 17
  18. Extrait de Rerum Novarum, III. § 18
  19. Paradoxes en droit social