Rani (série télévisée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rani.

Rani

Genre Aventures
Romance
Création Arnaud Sélignac
Pays d'origine Drapeau de la France France
Chaîne d'origine France 2
Nb. de saisons 1
Nb. d'épisodes 8
Durée 52 minutes
Diff. originale -
(Belgique) – -
(France)

Rani est une mini-série télévisée française en 8 épisodes de 52 minutes, réalisée par Arnaud Sélignac et diffusée à partir du 14 décembre 2011 sur la chaîne France 2. Avant d'être diffusée en France, la série l'a été en Belgique, sur La Une, à partir du 27 août 2011[1].

Développement[modifier | modifier le code]

La série bénéficie d'un scénario original signé par l'auteur de bandes dessinées Jean Van Hamme. Lancé en 2008, le projet a ensuite pris du retard du fait de la réforme de France Télévisions. Dans l'intervalle, le scénario a été adapté sous forme d'une série homonyme en bande dessinée, dont la parution en albums, chez la maison d'édition Le Lombard, a débuté sans savoir si le feuilleton serait tourné[2]. La situation budgétaire s'étant finalement débloquée, le tournage de la série a commencé en octobre 2010[3]. Le budget du tournage se monte à 14 millions d'euros[4].

Le scénario a par ailleurs fait l'objet d'une novélisation cosignée par Jean Van Hamme et François Forestier, parue chez Michel Lafon.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle, en 1743, Jolanne de Valcourt, une jeune femme belle, insoumise et sensuelle, est la fille née hors mariage du vieux marquis Charles de Valcourt, qui l'a néanmoins reconnue. Philippe de Valcourt, demi-frère de Jolanne, assassine son père, puis spolie sa demi-sœur en lui faisant endosser la responsabilité d'un autre meurtre et d'un crime de haute trahison qu'il a lui-même commis.

Jolanne parvient à s'évader et rejoint une bande de brigands. Arrêtée, condamnée à mort, elle parvient à échapper à l'exécution en se faisant passer pour une femme condamnée à la déportation aux colonies. Marquée de la fleur de lys des condamnés et envoyée aux Indes françaises, elle est vendue aux enchères à une maison de prostitution, dont elle réussit rapidement à se faire nommer tenancière pour en réformer le très sévère régime.

Mais un séide de son demi-frère, Laroche, promu chef de police de Mahé, la reconnaît et se met à la faire chanter, l'obligeant à un départ mouvementé à l'issue duquel elle est recueillie amnésique dans un village de pêcheurs. Pour avoir omis de se prosterner au passage du vieux maharadja local, elle doit de nouveau fuir jusqu'à l'épuisement. Toujours sans souvenirs de son passé, elle est recueillie et soignée par Jeanne Dupleix, l'épouse du gouverneur de Pondichéry, Joseph François Dupleix, dont elle devient la secrétaire .

Dans le cadre de sa nouvelle fonction, Jolanne assiste peu après aux funérailles du même maharadja, où elle découvre l'horrible coutume de la satī, tandis que le fils héritier du souverain, Ranveer Singh, s'éprend d'elle et la demande vainement en mariage. L'arrivée inopinée de Philippe à Pondichéry lui fait recouvrer la mémoire, mais la reprise des complots de son demi-frère la fait rattraper par son ancienne condamnation.

Elle est sauvée in extremis du billot par l'arrivée du râja épris, qui en fait d'autorité sa troisième épouse, désormais intouchable. Le mariage s'avère difficile, la nouvelle rani tardant à enfanter un héritier, et se mêlant par trop des affaires politiques dans cette société misogyne. De plus, Jolanne est toujours amoureuse du chevaleresque officier anglais Craig Walker, son premier amour, rencontré justement quand Philippe livrait à celui-ci les secrets militaires Français. La guerre anglo-française pour le contrôle des Indes rattrape tout le monde. Égal à lui-même, Philippe, nommé nouveau gouverneur de Pondichéry à force d'intrigues, pactise avec les Anglais, trouve refuge chez le voisin et ennemi du râja, et enlève le fils de ce dernier pour une rançon. Aidée seulement par Chandi, un ami du village de pêcheurs, Jolanne affronte Philippe en un duel mortel et délivre le prince. Entretemps, Laure de Marsac, épouse de Philippe, décède de maladie juste après avoir témoigné par écrit de l'innocence de Jolanne, son amie d'enfance.

Les Anglais battent définitivement les Français dans une bataille où le râja, allié de la France, est mortellement blessé. Condamnée à la satī par sa fielleuse belle-mère, Jolanne y échappe de justesse grâce au déclenchement miraculeux de la mousson qui éteint le bûcher, ayant invoqué la déesse Kali. L'ex-rani quitte à jamais l'Inde. Rentrée en France, elle y apprend sa réhabilitation officielle et totale, assortie de la restitution de son titre de marquise héritière. C'est là son seul bien dorénavant, Philippe ayant entretemps vendu le château familial. Jolanne s'y rend une dernière fois par nostalgie, et là découvre que l'acheteur inconnu n'était autre que... Craig Walker. La guerre finie, la marquise de Valcourt peut enfin épouser l'homme qu'elle aime.

Épisodes[modifier | modifier le code]

  1. Bâtarde (diffusion le 14 décembre 2011)
  2. Brigande (diffusion le 14 décembre 2011)
  3. Esclave (diffusion le 21 décembre 2011)
  4. Maîtresse (diffusion le 21 décembre 2011)
  5. Intouchable (diffusion le 28 décembre 2011)
  6. Condamnée (diffusion le 28 décembre 2011)
  7. Reine (diffusion le 4 janvier 2012)
  8. Marquise (diffusion le 4 janvier 2012)

Distribution[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le château de Hautefort.

Les scènes tournées en France l'ont été en Dordogne[5],[6] :

Concernant les scènes tournées en Inde, on peut reconnaître :

  • le Fort de Junagarh à Bîkâner
  • le Haveli Patwon et le lac Gadisagar de Jaisalmer
  • le Jag Mandir et le Jag Niwas de Udaipur

Audimat[modifier | modifier le code]

Bénéficiant d'une vaste campagne publicitaire lors de sa diffusion en France, débutée peu avant les fêtes de Noël 2011, la série n'atteint pas les scores d'audience espérés. Les épisodes réunissent en moyenne 3,1 millions de téléspectateurs pour 11,3 % de part d'audience, un résultat que France Télévisions juge « correct » mais néanmoins décevant[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rani (1/8), RTBF, www.rtbf.be
  2. Alcante : "Van Hamme est pour moi le Ronaldinho du scénario", sur le site d'Actua BD, 29 août 2008
  3. Mylène Jamponoï incarnera Rani !, sur le site d'Actua BD, 15 septembre 2010
  4. a et b Rani, série flop de France 2, Le Nouvel observateur, 4 janvier 2012
  5. Chantal Gibert, De l'Inde au Périgord, Sud Ouest édition Périgueux du 16 mars 2011.
  6. Rani sur le site Dordogne Cinéma, consulté le 26 décembre 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]