Rafi Haladjian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Rafi Haladjian

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Rafi Haladjian, un Nabaztag à la main.

Naissance 8 juin 1961 (53 ans)
Beyrouth, Drapeau du Liban Liban
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession
Fondateur de FranceNet
Fondateur d'Ozone
Cofondateur de Violet
Coinventeur du Nabaztag
Fondateur de Sen.se

Rafi Haladjian (Րաֆֆի Հալաջյան en arménien), (رافي حالاجيان en arabe) est né à Beyrouth au Liban. C'est un entrepreneur français d'origine arménienne et libanaise, ayant fondé plusieurs entreprises dans le domaine des nouvelles technologies et des réseaux[1]. Il est notamment connu en tant que coïnventeur du lapin communicant Nabaztag, un des objets pionniers de l'Internet des Objets.

Carrière[modifier | modifier le code]

Rafi Haladjian en octobre 2010.
Le lapin communiquant Nabaztag.
L'objet connecté universel Mother et ses cookies.

Rafi Haladjian démarre sa vie professionnelle dans l'audiovisuel, en produisant et réalisant des entretiens filmés avec des figures du monde littéraire et artistique: "Ionesco, conversation autour d'une caméra" (1982), "Italo Calvino, l'intervista inesistènte" (1984), "Fellini" (1990)[2].

En 1986, il est recruté par la société Publications Nouvelles fondée par Guy Sitbon pour s'occuper des activités Minitel naissantes de la société. Il devient directeur général de l'entreprise en 1987 avant de la racheter en 1992[3]. En 1999, Rafi Haladjian revend l'ensemble de ses activités autour du Minitel et de l'Audiotel françaises au groupe Neocom Multimedia[4].

Rafi Haladjian crée le 8 juin 1994, la société FranceNet, l'un des premiers opérateurs Internet en France [5],[6]. FranceNet propose des accès à l'Internet par le réseau téléphonique commuté (RTC) mais aussi à travers le réseau Audiotel, ce dernier accès permettant un accès sans abonnement, le prix de la connexion étant prélevée par France Telecom et reversée à FranceNet. En même temps que FranceNet, il crée FranceWeb, annuaire du web en français, permettant à tous les nouveaux utilisateurs de trouver leur chemin sur l'Internet. En 1995, il diversifie l'offre en créant un deuxième fournisseur d'accès, Micronet, spécialisé dans les connexions low cost. Outre son offre de fournisseur d'accès FranceNet propose dès 1994 l'hébergement de sites, puis la conception et le développement d'applications, de logiciels marchand (utilisé par La Redoute), de logiciels de mesure d'audience avec l'institut BVA alors dirigé par Jean-Louis Missika. Il met aussi en place un environnement de chat graphique, Catacombes Palace[5].

En 1996, Rafi Haladjian est le président de l'AFPI (l'association française des professionnels de l'Internet). Le 6 mai 1996 il est mis en garde à vue par la gendarmerie française qui a découvert des images à caractère pédophile sur l'Internet et tient le fournisseur d'accès pour responsable. Rafi Haladjian est mis en examen. Cette affaire provoque un tollé auprès de tous les fournisseurs d'accès qui entament une grève des Newsgroups. Le non-lieu à l'encontre de Rafi Haladjian ne sera prononcé qu'en l'an 2000.

À partir de 1998, FranceNet se spécialise dans la conception et l'hébergement d'applications web pour des grands comptes et grands médias, tel que La Redoute, Carrefour, l'Oréal, Société générale ou Le Monde et le Figaro. FranceNet construit les premiers grands data centers français[7]. Le nombre de salariés passe de 5 fin 1994 à 300 en 2000[8]. La société change de nom et devient Fluxus en 2000 en prévision d'une introduction en bourse[5]. Elle est finalement achetée par British Telecom en 2001. En 2003, après le départ de Rafi Haladjian de la direction de l'entreprise, Fluxus est renommée British Telecom France

Rafi Haladjian fonde ensuite Ozone, fournisseur de connexion Wi-Fi communautaire. Il couvre 65 % de la surface de Paris avec deux mille antennes Wi-Fi placées sur les toits d'immeuble qui sont mis gratuitement à la disposition d'Ozone par les habitants en échange de bande passante Internet[4]. Il défend l'arrivée du réseau pervasif, période où les utilisateurs seront connectés en permanence à l'internet où qu'ils soient. Ozone est racheté en 2007 par Neuf Telecom/SFR [9].

En 2003, il crée avec Olivier Mével la société Violet avec l'ambition de connecter tous les objets à l'Internet. Violet crée un premier proof of concept, la Lampe DAL, lampe munie de LEDS multicolores et connectée à Internet en WiFi qui change de couleur selon les informations qu'elle reçoit. Une centaine d'exemplaires de la Lampe DAL sont fabriquées et vendues. Haladjian et Mével décident alors de créer un produit plus accessible et lancent Nabaztag, un robot interactif, connecté à Internet, qui bouge les oreilles, parle, lit les contenus du Web ou les mails, change de couleur selon la météo ou la bourse, obeit aux commandes vocales et reconnait les objets munis de puces RFID. Nabaztag est considéré comme un des tout premiers appareils communicants, pionnier de l'Internet des Objets.

En 2010, Rafi Haladjian crée la société Sen.se qui développe une plateforme et des objets pour collecter des données de la vie quotidienne et leur donner du sens. En Août 2014, la société Sen.se livre son nouvel objet connecté universel - dénommé Mother[10] - et dont les applications sont essentiellement domotiques.

Il est l'auteur de Devenez Beau, Riche et Intelligent avec Power Point, Excel et Word, (Éditions d'Organisation - 2003) critique de l'usage de la suite Office et en particulier de Power Point dans la finance, le consulting et les grandes entreprises et description à visée humoristique de la période de la nouvelle économie (99 - 2000).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Express 2595 29/3/01
  2. Libération 3 mars 2001
  3. Newbiz magazine 01 février 2001
  4. a et b Portrait in Le Monde du jeudi 6 avril 2006
  5. a, b et c Portrait in Le Monde N°17196 du 10/05/2000
  6. LIbération Hors Série décembre 2001 "7 ans d'aventures Internet en France 1995-2001
  7. Entreprendre N°149 novembre 2000
  8. Interview Le Point N°1427, 21 janvier 2000
  9. http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20070528.OBS9064/ozone-rachete-par-neuf-cegetel.html
  10. "Mother", l’invention de Sen.se pour rendre n’importe quel objet connecté - L'Usine Digitale

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]