Python réticulé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Broghammerus reticulatus

Description de cette image, également commentée ci-après

Python réticulé

Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Serpentes
Infra-ordre Alethinophidia
Famille Pythonidae
Genre Broghammerus

Nom binominal

Broghammerus reticulatus
(Schneider, 1801)

Synonymes

  • Boa reticulata Schneider, 1801
  • Boa rhombeata Schneider, 1801
  • Boa phrygia Shaw, 1802
  • Coluber javanicus Shaw, 1802
  • Python schneideri Merrem, 1820
  • Python reticulatus (Schneider, 1801)
  • Python reticulatus saputrai Auliya, Mausfeld, Schmitz & Böhme, 2002
  • Python reticulatus jampeanus Auliya, Mausfeld, Schmitz & Böhme, 2002
  • Broghammerus reticulatus dalegibbonsi Hoser, 2004
  • Broghammerus reticulatus euanedwardsi Hoser, 2004
  • Broghammerus reticulatus haydnmacphiei Hoser, 2004
  • Broghammerus reticulatus neilsonnemani Hoser, 2004
  • Broghammerus reticulatus patrickcouperi Hoser, 2004

Statut CITES

Sur l'annexe  II  de la CITES Annexe II , Rév. du 01/07/75

Le python réticulé (Broghammerus reticulatus) est une espèce de serpents de la famille des Pythonidae[1].

Description[modifier | modifier le code]

Ce serpent constricteur est l'un des plus grands serpents qui soient. En effet, il mesure en moyenne entre 4 et 9 m pour un poids compris entre 90 et 140 kg. Il peut exceptionnellement atteindre 10 m, comme une femelle tuée par des indigènes à Célèbes en 1912 et mesurée par un ingénieur[2]. Par ailleurs, une femelle longue de 8,70 mètres, morte en 1963 au zoo d'Highland Park en Pennsylvanie, avait atteint un poids maximal de 145 kilos[3]. C'est une espèce massive comme tous les Pythonidae, mais malgré son poids, il reste plus élancé que d'autres constricteurs comme le Grand anaconda. Il possède l'une des robes les plus richement colorées chez les serpents. Il est globalement brun clair, avec des motifs complexes en forme de losange brun-sombre et ocre-jaune, plus ou moins réguliers, parfois tachetés de brun, le tout parsemés de reflets irisés.

Sa tête est uniformément brun clair avec trois fines bandes noires, une sur le sommet du crâne et deux sur les côtés qui partent de ses yeux, ces derniers étant orangés. Les jeunes pythons réticulés sont plus élancés et sombres que les adultes mais possèdent les mêmes motifs[4].

Comme chez la plupart des serpents, il existe des morphes albinos. On retrouve plusieurs degrés d'albinisme. Chez les plus pâles, le brun clair est remplacé par du blanc et les motifs brun et ocre sont jaune citron. Il existe d'autres variantes où le blanc est remplacé par du gris violacé[5]. Les individus atteint de leucistisme sont entièrement blancs, mais leurs yeux sont noirs et non rougeâtres comme chez les albinos[6].

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

Python reticulatus Area.PNG

C'est une espèce présente dans les forêts tropicales, les lisières de forêts et les prairies attenantes. Souvent à proximité de l'eau. C'est d'ailleurs un excellent nageur. Il a aussi été observé en mer loin des côtes, ce qui expliquerait comment il a pu coloniser une série de petites îles et îlots. Jusqu'au XIXe siècle il était considéré comme commun dans certaines grandes villes asiatiques et notamment Bangkok.

Son aire de répartition englobe quasiment toute l'Asie du sud-est: Bengale, Bangladesh, Birmanie, Thaïlande, Cambodge, Laos, Viêt Nam, Malaisie, Brunei, Philippines et Indonésie (sauf en Nouvelle-Guinée)[7].

Comportement[modifier | modifier le code]

  • Alimentation: Comme la plupart des serpents cette espèce est un chasseur embusqué qui passe une grande partie de son temps partiellement caché dans l'attente d'une proie. Il chasse le plus généralement au sol, mais arrive malgré son poids important à grimper dans les arbres. Son régime alimentaire se compose principalement de mammifères moyens ou grands et d'oiseaux.

Les pythons de petite taille - 3-4 m - chassent principalement des rongeurs. Les plus gros individus s'attaquent à des proies diverses: viverridae (binturongs, civettes), singes, cervidae, cochons sauvages. À proximité des habitations le régime alimentaire de l'espèce inclut aussi chiens, chats, volaille. Parmi les plus grosses proies jamais mangées par un Python réticulé la mieux documenté fut un ours malais de 23 kg tué par un spécimen de 6,95 m et digéré en 10 semaines. Des proies plus grosses ont été rapportées.

Le plus souvent les proies mesurent environ ¼ de la taille du serpent mais dépasse souvent son poids. Comme tous les pythons il tue par constriction.

  • Reproduction: Espèce ovipare. La femelle pond entre 15 et 80 œufs. Leur température d'incubation est de 31-32°c et ils mettent en moyenne 88 jours pour éclore. Les serpenteaux mesurent alors au moins 61 cm en moyenne. Les femelles (généralement plus grosses que les mâles) défendent farouchement leur ponte, qu'elles protègent dans leurs anneaux[8].
Différents milieux de vie du Python réticulé: sous-bois, cours d'eau en zone tropicale humide. Kaeng Krachan National Park, Thaïlande

Le Python réticulé et l'Homme[modifier | modifier le code]

Menaces[modifier | modifier le code]

Cette espèce de pythons est chassée pour sa peau. Sa robe aux motifs complexes en fait le serpent le plus vendu pour la confection d'articles en cuir. En effet, environ 350 000 peaux sont exportées chaque année, principalement pour alimenter le marché européen (Italie, France et Espagne)[9].

Protection[modifier | modifier le code]

L'espèce est classée en annexe II de la CITES[10].

Élevage en captivité[modifier | modifier le code]

Le Python réticulé est élevé par l'Homme dans des parcs zoologiques ou des particuliers amateurs de terrariophilie.

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Reptarium Reptile Database (12 février 2014)[11] :

Étymologie[modifier | modifier le code]

La sous-espèce Broghammerus reticulatus saputrai est nommée en l'honneur de George T. Saputra[12]. La sous-espèce Broghammerus reticulatus jampeanus est nommée en référence au lieu de sa découverte, l'île de Tanahjampea[12].

Publications originales[modifier | modifier le code]

  • Auliya, Mausfeld, Schmitz & Böhme, 2002 : Review of the reticulated python (Python reticulatus Schneider, 1801) with the description of new subspecies from Indonesia. Naturwissenschaften, vol. 89, p. 201–213 (texte intégral).
  • Schneider, 1801 : Historiae Amphibiorum naturalis et literariae. Fasciculus secundus continens Crocodilos, Scincos, Chamaesauras, Boas. Pseudoboas, Elapes, Angues. Amphisbaenas et Caecilias. Frommani, Jena, p. 1-374 (texte intégral).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Reptarium Reptile Database, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. Stéphane Frattini, Tous les serpents du monde, Milan, 2002, (ISBN 2745906984)
  3. Livre Guiness des Records, Editions N°1, 1990 p.50
  4. http://www.scserp.com/SCSPhotoGalleryPythonsFullSizeImages/ReticulatedPythonBaby001.JPG
  5. http://www.constrictors.com/Collection/ReticulatedPythons/AlbinoReticulatedPython.html
  6. http://www.bobclark.com/images/animals/Leucisticretic2.jpg
  7. http://www.terrariet.dk/Python_reticulatus_UDB_UK.html
  8. http://www.rfadventures.com/Reticulated%20Python.htm
  9. (en) « Python Trade Influenced by Fashion Industry », Environmental News Network,‎ 9 janvier 2013 (lire en ligne)
  10. Python reticulatus (Schneider, 1801) sur le site Internet de la CITES, consulté le 26 mai 2013.
  11. Reptarium Reptile Database, consulté le 12 février 2014
  12. a et b Auliya, Mausfeld, Schmitz & Böhme, 2002 : Review of the reticulated python (Python reticulatus Schneider, 1801) with the description of new subspecies from Indonesia. Naturwissenschaften, vol. 89, p. 201–213 (texte intégral).