Poche de Lille (1940)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Poche de Lille
Photographie prise par les troupes allemandes lors de leur progression sur Lille.
Photographie prise par les troupes allemandes lors de leur progression sur Lille.
Informations générales
Date du 25 au 31 mai 1940
Lieu Lille, France
Issue Victoire tactique allemande
Victoire stratégique française
Belligérants
Drapeau français France
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Commandants
Drapeau de la France Jean-Baptiste Molinié
Drapeau de la France Alphonse Juin
Drapeau de la France Léon Jenoudet
Drapeau de la France Pierre Dame
Drapeau de la France Gustave Marie Maurice Mesny
Drapeau de l'Allemagne Kurt Waeger
Forces en présence
35 000 à 40 000 hommes 110 000 hommes
800 chars
Seconde Guerre mondiale,
Bataille de France
Batailles
Bataille de France et campagne des 18 jours
Pour le front néerlandais, voir Bataille des Pays-Bas.

Prélude et traversée allemande des Ardennes

Drôle de guerre · Évacuation des civils de la ligne Maginot · Mobilisation · Offensive de la Sarre · Baie de Heligoland · Accident de Mechelen · Plan jaune · Plan Dyle · Luxembourg · Ében-Émael · Hannut

Percées de la Meuse et rupture du front belge :

Sedan · Dinant · Monthermé · Givet · La Horgne · Gembloux · Flavion · Louvain · Charleroi

Tentatives de contre-attaques alliées :

Stonne · Montcornet · La Sambre · Arras

Défense des ports de la Manche et rembarquement britannique à Dunkerque :

L'Escaut · Amiens · La Lys · Massacre de Vinkt · Boulogne-sur-Mer · Calais · Poche de Lille · Massacre du Paradis · Abbeville · Dunkerque · Capitulation belge

Effondrement de la Ligne Weygand et avancée allemande sur la Seine :

L'Aisne · L'Ailette · Opération Paula · l’Exode

Front italien et percée allemande dans le Sud :

Pont-de-l'Arche · Les Alpes · Vallon du Seuil · Bombardement de Toulon · Opération Vado · La Loire · La vallée du Rhône · Bombardements de Marseille · Pont Saint-Louis · Armistice du 22 juin

Coordonnées 50° 38′ N 3° 04′ E / 50.63333333, 3.06666667 ()50° 38′ Nord 3° 04′ Est / 50.63333333, 3.06666667 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
 Différences entre dessin et blasonnement : Poche de Lille (1940).

Géolocalisation sur la carte : Nord-Pas-de-Calais

(Voir situation sur carte : Nord-Pas-de-Calais)
 Différences entre dessin et blasonnement : Poche de Lille (1940).

La poche de Lille a résisté du 25 mai au 31 mai 1940 à l'encerclement de l'armée allemande commandée par le général Waeger durant la bataille de France.

La défense de la ville et des environs (Loos, Seclin et Haubourdin) par les 40 000 hommes de Jean-Baptiste Molinié permit au Corps expéditionnaire britannique de rembarquer à Dunkerque, concurremment avec les défenses de Boulogne-sur-Mer et de Calais par les Alliés.

Pendant la bataille, les troupes françaises tentent même de contre-attaquer, capturant le commandant de la 253 Infantriedivision, Fritz Kühne.

Forces en présence[modifier | modifier le code]

Déroulement[modifier | modifier le code]

Soldats allemands en France en 1940.

Le groupement de l'armée française, chargé de la défense de Lille, sous les ordres du général Molinié établit son quartier général à Haubourdin et fit placer notamment :

Les poches de résistance regroupent 35 000 à 40 000 soldats, soit 30 bataillons, 12 groupes d'artillerie, et 5 groupes de reconnaissance.

Le 28 mai en fin de matinée, après la capture du général Kühne, dans le Faubourg des Postes, porteur des plans d'attaques allemands qui prévoient que les trois Panzer Divisionnen (4e , 5e et 7e) attaqueront le front ouest, la 7e division le nord, la 253e le nord-est, la 217e le sud-est et la 267e division le sud, le général Molinié et ses officiers, organisent alors une tentative de sortie. C'est un carnage. Le capitaine Philippe de Hauteclocque, avec l'accord de son supérieur, réussira à traverser les lignes allemandes et à rejoindre le 4 juin les positions françaises plus au sud sur le canal Crozat.

Les munitions épuisées, des centaines de morts civils et militaires, de blessés, les points de résistance cessent le combat les uns après les autres le 31 mai. À Haubourdin, les Allemands, sans nécessité et après la bataille, massacreront une partie des prisonniers nord africains.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Soldats allemands dans Lille en 1940.

Le général Molinié et le colonel Aizier négocient jusqu'à minuit une reddition dans l'honneur pour les défenseurs de Lille et de ses faubourgs. Le samedi 1er juin sur la Grand Place les troupes françaises ainsi que quelques Anglais défilent en armes devant les Allemands et quelques civils sortis des abris[1].

Le 2 juin, Adolf Hitler reprocha au général Waeger d'avoir marqué une pause dans sa progression vers Dunkerque et d'avoir rendu les honneurs aux Français. Il fut limogé sur le champ. Churchill dans ses mémoires estima que les défenseurs de Lille donnèrent cinq jours de répit à l'opération Dynamo (citation du livre du Colonel Rémy). « These Frenchmen, under the gallant leadership of general Molinié, had for four critical days contained no less than seven German divisions which otherwise could have joined in the assaults on the Dunkirk perimeter. This was a splendid contribution to the escape of their more fortunate comrades of the BEF » (Winston Churchill, The Second World War. vol. II. Their Finest Hour, Cassel & Co., 1949, p. 86).

Hommages[modifier | modifier le code]

Sur les 6 divisions encerclées à Lille, 3 étaient nord-Africaines (la Division marocaine, les 2e et 5e DINA). La résistance de ces troupes fut si forte que les Allemands de la VIe Armée leur accordèrent les hon­neurs de la guerre (le précédent remontait à la reddition du fort de Vaux en 1916). Une compagnie en armes formée de tirailleurs du 13e défila sur la grande place de Lille, devant le général Waeger (27e korps) et de son état major, au garde-à-vous et qui saluaient et une compagnie d'honneur allemande qui présentait les armes[2].

Le 2e régiment de tirailleurs Maroc fut cité à l'ordre de l'armée après la bataille :

«  Les 28, 29, 30 et 31 mai 1940, par le sacrifice de ses derniers éléments, il arrêtait, par des combats de rues, à Loos-sous-Lille, la progression allemande jusqu'à ce qu'il fut réduit à quelques officiers et une poignée de tirailleurs privés de munitions . »

— Extrait de la 1re citation à l'ordre de l'armée décernée au 2e régiment de tirailleurs marocains (2e RTM) après les combats à Lille fin Mai 1940

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Colonel Rémy, La résistance a commencé le 3 septembre 1939, Plon, 1979 (ISBN 978-2259004374)
  • L'armée du sacrifice, par Pierre Porthault Éditions Guy Victor 1965
  • Bernard Pujo, Juin, Maréchal de France, Albin Michel, 1988 (ISBN 978-2226033079)
  • Dominique Lormier, Comme des lions, Calmann-Lévy, 2005 (ISBN 978-2702134450)
  • Revue « Batailles » juin-juillet 2006
  • Christine Levisse-Touzé, "Philippe Leclerc De Hauteclocque, la légende d'un héros" Taillandier 2002

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Der Spiegel, 16.05.1962
  2. Claude Paillât, le Désastre de 1940 - la guerre Éclair, Laffont 1985, p. 426 à 434, photo pages 430, 431