Pablo Reinoso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pablo Reinoso

Description de l'image  Pablo Reinoso2.jpg.
Naissance
Buenos Aires, Argentine
Nationalité Drapeau de la France France, Drapeau de l’Argentine Argentine
Profession Artiste, Designer

Pablo Reinoso (1955 - ) est un artiste et designer franco-argentin.

Il naquit à Buenos Aires (Argentine) le 8 mars 1955.

Il vit et travaille à Paris depuis 1978.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sculpteur à l’origine, mais foncièrement artiste, Pablo Reinoso pratique son art de diverses façons depuis son plus jeune âge. Il crée sa première sculpture à 13 ans et son premier banc–sculpture à 15 ans, mais à 6 ans déjà il s’était fabriqué des chaises, des bibliothèques et avait inventé des chariots pour dévaler les pentes de la place appelée « France », à Buenos Aires…

De mère française, mais né en Argentine, Pablo Reinoso s’installe à Paris en 1978. L’amour pour son grand-père français, homme cultivé, aimant l’art et bricoleur, attise sa curiosité envers tout ce que l’homme est capable d’inventer et le pousse à apprendre l’usage des outils d’ébéniste. Son maître en sculpture lui donne le goût et le respect des matières nobles et du travail acharné. Il obtient une bourse pour apprendre les techniques du marbre à Carrare, ce qui l’aide à s’arracher à la dictature argentine ; il se résout à s’installer en France.

Parcours Artistique[modifier | modifier le code]

Pablo Reinoso travaille par séries qu’il parcourt, triture, fouille, en explorant des univers et des matériaux différents. Comme potentiellement toutes les séries, celles de Pablo Reinoso ne sont pas closes, mais toujours ouvertes, traduisant le permanent work in progress qui est sa manière de penser.

Double Spaghetti, 2006, bois et acier, 471 x 77 x 69 cm, photo : Pablo Reinoso Studio

Après avoir extrait de matériaux dits nobles des séries aussi cohérentes et fortes que les articulations (1970-1980), les paysages d’eau (1981-1986) ou la découverte d’Amérique (1986-1989), il s’en dépouille pour se risquer par d’autres chemins et entame une série d’œuvres respirantes (1995-2002), faites de toiles et d’air. Il y joue, s’appropriant l’espace architectural entre l’installation et le minimalisme, avec la précarité de l’existence, évoquant le corps, l’insistance de la pulsion, la vie et la mort. Le point culminant de cette période, est une très impressionnante installation, dans une chapelle servant de salle d’exposition du Museo de Arte Moderno de Bahia, au Brésil (1996). Deux cents respirantes inondent l’ambiance sonore et percutent la vue avec les couleurs des orixás (divinités africaines) qui ont servi le syncrétisme religieux des esclaves. Mélange de cultures, vertus des croisements, passages inattendus entre les genres, l’histoire nous confronte au temps, la respiration renvoie de manière insistante à l’existence humaine.

L’installation « Ashes to ashes » (2002, Casa de Américas, Madrid) marque un tournant dans son parcours, faisant éclater l’œuvre–objet, tout en renvoyant à des projets antérieurs et précurseurs dans son œuvre. Ainsi, dans les années 80, il avait déjà créé deux installations déterminantes, « La mer de Charbon » et « Une proue pour la démocratie » où le rapport à l’espace architectural et urbain, ainsi qu’une dimension plus politique, étaient présents. Dans « Ashes to ashes », avec plus de maturité, Pablo Reinoso poursuit sa réflexion sur le temps, la fragilité des certitudes, l’éphémère de l’ordre établi et s’engage dans un travail avec des lattes de bois qu’il tord et éclate pour les faire s’affranchir de leur fonction. Il nous introduit par là à la question de la perte et pointe, dès lors, quelque chose de l’impossible et intrinsèque adéquation de l’homme à son monde.

Poursuivant cette perspective, mais ayant fait entre temps une expérience forte au sein de grandes entreprises comme directeur artistique et designer, il s’attaque à une série où il met en avant une icône du design industriel, la chaise Thonet (à partir de 2004). Tout en plaçant au centre de l’œuvre cet objet fonctionnel et paradigmatique, il lui soustrait, justement, sa fonction, celle qui lui donne son objectif et sa raison d’exister. Il élabore des compositions complexes qui, avec humour et dérision, nous confrontent au manque, à l’impuissance foncière de l’être humain. À partir de ces sculptures, il produit des vidéos dans lesquelles Blanca Li, danseuse à l’allure de Buster Keaton, nous mène, par le comique, de l’impuissance à l’impossible, tout en trouvant une façon, toujours originale, d’y faire avec…

Huge Sudeley Bench, 2010, acier, 950 x 230 x 210 cm, photo : Pablo Reinoso Studio

Pablo Reinoso prend ensuite, comme point de départ de sa réflexion, les bancs publics, au design anonyme, traversant les cultures et ayant quelque chose de hors-temps et hors-mode. Ce sont les bancs dits Spaghetti (à partir de 2006) qui se mettent à proliférer et trouver leur place dans des lieux les plus divers. C’est encore l’objet siège qu’il explore, mais, cette fois-ci, ce n’est plus l’objet, mais la matière qui s’affranchit de la fonction et poursuit son chemin de bois, d’arbre, de végétal. Il met en scène des bancs qui, après avoir accompli leur métier de mobilier, redeviennent branches qui poussent et grimpent. Elles ne sont plus au service d’une fonction, mais retrouvent leur vie et leur condition. On pourrait dire que le désir des lattes de bois se révèle, qu’elles se font plaisir et s’amusent, tout en s’acquittant de ce qu’on attend d’elles : être un banc, pour enfin s’exprimer librement en épousant l’architecture, en parcourant les lieux, en explorant les trous et en donnant libre cours à leurs caprices.

Finalement, dans sa dernière série : les Scribbling Benchs (à partir de 2009), Pablo Reinoso ne part plus d’un banc anonyme, ni d’une chaise iconique, mais d’un matériau : une poutrelle en acier. C’est l’inattendu du lourd, voué à structurer l’architecture, qui se tord comme un fil pour créer un banc et dessiner des espaces légers, transparents, contemplatifs. Ayant fait des études d’architecture, mais touche à tout curieux et souvent autodidacte, Pablo Reinoso a toujours navigué entre les disciplines : sculpture, photo, architecture, design, comme autant de manières de lire le monde et de dialoguer avec lui, comme autant de manières de créer et de répondre à des défis.

Ce que l’on retrouve comme constante dans l’œuvre de Pablo Reinoso, c’est son envie de questionner à l’infini, subvertissant les choses, utilisant les matériaux ou les objets à contre-emploi, rapprochant les contraires et jouant toujours à la limite de l’impossible. Mais toujours en prenant des chemins imprévus et déconcertants, avec une pointe d’humour et de dérision, c’est-à-dire avec beaucoup de sérieux et de conviction.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Expositions Personnelles (sélection)[modifier | modifier le code]

  • 2013

French May, Macau, Art Plural Gallery

  • 2012

Art Plural Gallery, Singapour.
Maison Particulière, Bruxelles, Belgique.
Fundación YPF, Arte en la Torre, Buenos Aires, Argentine.
Galeria Baró, Sao Paulo, Brésil.

  • 2009

Museo de Arte Latinoamericano, MALBA, Buenos Aires, Argentine.
Installation Bamboo Light System,School Gallery, Paris, France.

  • 2008

Carpenters Workshop Gallery, Londres, Grande-Bretagne.

  • 2007

Thoneteando, Galeria Ruth Benzacar, Buenos Aires, Argentine.

  • 2006

Nouages d'ombre, Instituto Cervantes, Paris, France.
Conspirations, Pièce Unique, Paris, France.
Conspirations 2, Galerie Varaiations, Paris, France.

  • 2004

Poltrona-Freud, Designer's day, Poltrona Frau, Paris, France.

  • 2003

L'air Reinoso, Centre d'art André Malraux, Colmar, France.
Cocina y comedor, Galería de Arte Ruth Benzacar, Buenos Aires, Argentine.

  • 2002

FIAC, Espace d’art Yvonamor Palix, Paris, France.
L’Observé, Galeries Lafayette, Paris, France.
Ashes to ashes, Casa de América, Madrid, Espagne.

  • 2001

The Living room II, Espace d’art Yvonamor Palix, Paris, France.
Œuvres récentes 2000 - 2001, Arsenal, Soissons, France.

  • 2000

ARCO, Espace d’art Yvonamor Palix, Madrid, Espagne.

  • 1999

Espace Installations, FIAC, Espace d’art Yvonamor Palix and Galería de Arte Ruth Benzacar, Paris, France.
Galerie Krief, Paris, France.
Galería Gianni Giacobbi, Palma de Mallorca, Espagne.

  • 1998

Maison des Arts, Malakoff, France.
Palau de Congressos, Barcelone, Espagne.
Alegoría, Hillside Gallery, Art Front Gallery, Tokyo, Japon.
ARCO 98, Project Room, Madrid, Espagne.

  • 1996

Galería de Arte Ruth Benzacar, Buenos Aires, Argentine.
Centro Cultural Borges, Buenos Aires, Argentine.
Museu Nacional de Arte Moderno de Bahia, Salvador de Bahia, Brésil.
Centre Bazacle, Union Latine, Toulouse, France.

  • 1975/1995

Salon de Mars, Galerie Renos Xippas, Paris, France.
Galerie Gérard Kayser, Luxembourg.
Dorothy Goldeen Gallery, Los Angeles, USA. Galería Fernando Quintana, Bogota, Colombie.
Centro Cultural Recoleta, Buenos Aires, Argentine.
Galería Klemm, Buenos Aires, Argentine.
Découvertes, Galerie Carlhian, Paris, France.
Galerie Carlhian, Paris, France.
Galerie Fred Lanzenberg, Bruxelles, Belgique.
Galerie Levy, Hambourg, Allemagne.
Galería Sur, Punta del Este, Uruguay.
Galerie Carlhian, Paris, France.
FIAC, Galerie Daniel Gervis, Paris, France.
Galería de Arte Ruth Benzacar, Buenos Aires, Argentine.
FIAC, Galerie Daniel Gervis, Paris, France.
Galería Arte Múltiple, Buenos Aires, Argentine.
Galería Van Riel, Buenos Aires, Argentine.

Films[modifier | modifier le code]

  • 2006 : Thoneteando, Paris. Film avec Blanca Li et Bimba Bose autour du travail sur les chaises Thonet.
  • 2004 : Séances (Designer's day), Paris. Film avec Blanca Li mettant en scène plusieurs séances d’analyse sans voix, où tout est exprimé par le corps.
  • 2001 : Paris/Soissons, Paris. Film de 6 min. présentant deux expositions monographiques.
  • 1996 : Mestiçagem, Brésil. Film diffusé sur Canal Plus et Rede Globo Brésil.
  • 1989 : Une proue pour la Démocratie. Film dédié au bicentenaire de la Révolution Française.

Recherches[modifier | modifier le code]

Travaux théoriques personnels :

  • Effondrement de l’image
  • Un Siècle d’Art contemporain
  • L’Instant de voir
  • Les Ronds-points de la surmodernité

Participation à différents groupes de recherches interdisciplinaires :

  • Depuis 1996 DDS : membre fondateur ; réflexions sur la science, l’économie et l’art.
  • 1990 / 1999 Archipel : travaux personnels de recherche théorique présentés au sein des groupes Du Seuil au Socle : Penser Après-coup, L’Air de rien, État de luxe.

Conception, photographie et maquette[modifier | modifier le code]

  • 1986 : Un Théâtre d’Opéra, Paris, Éditions Duculot.
  • 1985 : Théâtre en Europe, numéro spécial de la revue sur Peter Brook.
  • 1985 : Béjart au travail, Tokyo, Éditions Shinshokan.
  • 1984 : Tango, Buenos Aires, Éditions Gaglianone.
  • 1984 : Béjart au travail, Paris, Éditions J.C. Lattés.
  • 1982 : Tango, Paris, Éditions Favre.

Collections Publiques[modifier | modifier le code]

  • Museo de Arte Moderno de Buenos Aires, Argentine.
  • Société des Amis du MNAM Centre Georges Pompidou, Paris, France.
  • Fonds National d’Art Contemporain, Paris, France.
  • Musée des Arts Décoratifs, Paris France.
  • Fondation Daniel et Florence Guerlain, Les Mesnuls, France.
  • Museu da Arte Moderna, Sao Paulo, Brésil.
  • Museu de Arte Moderna da Bahia, Salvador da Bahia, Brésil.
  • MACRO, Rosario, Argentine.
  • MUSAC, Castilla y Leon, Espagne.
  • Malba, Buenos Aires, Argentine.
  • Parc de sculptures, El Descanso, Tigre, Argentine.

Commandes Publiques[modifier | modifier le code]

  • Banc, Fukuroi Art City Project, Fukuroi, Japon.
  • Paysage d’eau, D.I.T.G., Tours, France.
  • Table d’Orientation, Collège R. Doisneau, Montrouge, France.
  • The Potato harvester, Faret Tachikawa, Tokyo, Japon.
  • Rodin-belvédère, Issy-les-Moulineaux, France.
  • Série de fontaines et sculptures, Usine Neyrat-Peyronie, Chalon sur Saône, France.
  • Mémorial, Colegio Nacional de Buenos Aires, Buenos Aires, Argentine.
  • Façade du Collège Hôtel, Lyon, France.
  • Hôtel du Marc, Reims, France. Gloriette, Beyrouth, Liban.
  • Nouages au Quai Gillet, Lyon, France (en construction).

Direction Artistique et de Communication[modifier | modifier le code]

Direction Artistique[modifier | modifier le code]

  • 2001/2006 : Parfums Givenchy (LVMH), Directeur artistique.
  • 1997/2000 : Parfums Givenchy (LVMH), Consultant.
  • 2002/2007 : Parfums Loewe (LVMH), Directeur artistique.
  • 2000/2001 : Make Up For Ever (LVMH).
  • 2000 : Prost Grand Prix, Directeur artistique.
  • 2000 : Kenzo (LVMH), Concept manager.
  • Depuis 2003 : Ligue de Football Professionnel, Consultant artistique.
  • 1984/1986 : Théâtre de la Monnaie à Bruxelles, conseiller artistique.

Design[modifier | modifier le code]

  • Parfums Givenchy (LVMH) (2003/2004, 2001, 1998/1999)
  • Parfums Loewe (LVMH) (2002/2006)
  • Veuve Clicquot (LVMH) (2000/2001)
  • Make Up For Ever (LVMH)
  • Kenzo (LVMH)
  • Ligue de football professionnel
  • Poltrona Frau / Musée des Arts Décoratifs de Paris (1996)
  • Amis du Centre Georges Pompidou (1992/1993)
  • Deloitte-Touche-Tomhatsu (1996)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Site personnel

Catalogue Exposition Art Plural Gallery