Art public

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Joute de Jean-Paul Riopelle à Montréal, une installation située en plein air qui fait intervenir une sculpture cinétique, des jets de flamme, des fumigènes et une fontaine.
Mithra, les Carmes, Cautopatès, mobilier urbain de Danielle Justes sur le cours Victor-Hugo de Bordeaux : deux lithostrates de granit en enfilade comme des sarcophages.

L'art public est un terme générique décrivant une œuvre d'art conçue et exécutée pour être placée dans un espace public.

Description[modifier | modifier le code]

L'art public est de façon générale l'art, dans n'importe quel technique, planifié et exécuté dans l'intention d'être présenté sur l'espace public : principalement en extérieur et accessible à tous, mais également parfois à l'intérieur d'édifices ouverts au public. Les monuments et les statues sont sans doute les formes les plus anciennes et les plus visibles d'art public officiellement approuvées, mais le terme peut englober le mobilier urbain, les graffiti ou même des objets non-physiques comme la danse, les processions ou le théâtre de rue.

Les œuvres destinées à l'espace public sont souvent construites en matériaux durables et faciles d'entretien pour éviter les effets des éléments et du vandalisme ; certaines œuvres, temporaires, peuvent être constituées de matériaux plus éphémères. Les œuvres pérennes sont parfois intégrées dans la création et la rénovation des édifices et des sites.

Certains artistes dans cette discipline en profitent pour réaliser des œuvres trop grandes pour une exposition classique. Par exemple, The Path is the Place in the Line est une œuvre de Richard Long consistant en une randonnée de trois semaines. Gar Waterman (en) a créé une arche gigantesque, mesurant 10 mètres de hauteur et de longueur, enjambant une rue de New Haven[1]. Des artistes comme Christo et Jeanne-Claude, Robert Smithson, Andy Goldsworthy, James Turrell ou Antony Gormley réagissent ou incorporent leur environnement.

Financement[modifier | modifier le code]

L'art public est en général installé avec l'autorisation ou la collaboration du propriétaire ou de l'administrateur de l'espace. Certains gouvernements encouragent activement la création d'art public, par exemple en prévoyant un financement pour les œuvres de nouveaux bâtiments, en mettant une place une politique budgétaire dédiée. Attribuer 1 % du coût de la construction à l'art est un standard, mais les montants varient fortement suivant les lieux.

En France, la disposition du 1 % artistique est instituée en 1951 pour financer des œuvres liées à la création architecturale publique. Au Québec, le budget de tout édifice publiquement financé doit mettre de côté 1 % pour l'art. À New York, au moins 1 % des premiers 20 millions de dollars (et un demi pourcent au delà) doit être alloué aux œuvres dans tout édifice public appartenant à la ville[2]. À Toronto, la loi requiert qu'au moins 1 % de tout budget de construction soit destiné à l'art public. Au Royaume-Uni, le montant est laissé à la discrétion des autorités locales.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Mary E. O'Leary, « Stored away for decades, artifacts from New Haven Arena coming back », New Haven Register,‎ 11 juillet 2010
  2. (en) « Percent for Art », New York City Department of Cultural Affairs