Opelousas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Opelousas
Image illustrative de l'article Opelousas
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Drapeau de la Louisiane Louisiane
Paroisse Saint-Landry
Démographie
Population 23 222 hab. (2006)
Densité 1 262 hab./km2
Géographie
Coordonnées 30° 31′ 41″ N 92° 05′ 04″ O / 30.528055555556, -92.08444444444430° 31′ 41″ Nord 92° 05′ 04″ Ouest / 30.528055555556, -92.084444444444  
Altitude 21 m
Superficie 1 840 ha = 18,4 km2
· dont terre 18 km2 (97,83 %)
· dont eau 0,4 km2 (2,17 %)
Fuseau horaire CST (UTC-6)
Divers
Fondation 1720
Municipalité depuis 1821
Localisation
Carte de la paroisse
Carte de la paroisse

Géolocalisation sur la carte : Louisiane

Voir sur la carte administrative de Louisiane
City locator 14.svg
Opelousas

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte administrative des États-Unis
City locator 14.svg
Opelousas

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte topographique des États-Unis
City locator 14.svg
Opelousas
Opelousas et la paroisse de Saint-Landry

La ville des Opelousas est le siège de la paroisse de Saint-Landry, dans l'État de la Louisiane aux États-Unis.

Lors des deux derniers recensements de la population effectués par le Bureau du recensement des États-Unis, celle-ci est passée de 22 860 habitants en l'an 2000 à 23 222 habitants en 2006. Les Opelousas fait partie de l'aire métropolitaine d'Opelousas-Eunice peuplée de 91 528 habitants au recensement de 2006.

La superficie de la commune est de 18,3 km2.

Les Opelousas est la troisième plus grande ville de la région francophone de l'Acadiana, peuplé de plus d'un demi-million d'habitants dont une majorité de Cadiens et de Créoles.

Les Opelousas est le centre musical de la musique cadienne du zydeco.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les Opelousas tient son nom de la tribu des Amérindiens Appalousa qui vivaient dans cette région. Le terme Appalousa signifierait « jambe noire » car d'après les premiers visiteurs européens, notamment un colon français du nom de Michel de Birotte, qui vécut plusieurs années parmi eux à partir de 1690, cette tribu ne se peignait pas les jambes, mais celles-ci devenaient sombres par les dépôts minéraux que les Appalousas rapportaient sur la peau de leurs membres inférieurs lors des parties de pêche dans les marais environnants dont les eaux étaient chargées en minéraux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Courrier des Opelousas, journal francophone. 17 février 1855

Les premiers Européens à arpenter le territoire des Appalousas furent les coureurs des bois et autres trappeurs français et Canadiens-français au cours du XVIIe siècle. Quand la Louisiane française fut organisée, les terres des Appalousas prirent le nom de territoire des Opelousas. Ce territoire jouxtait celui d'une autre tribu amérindienne, celle des Atakapas.

En 1699, fut fondé le Poste des Opelousas (au nord de la commune actuelle) et quelques années plus tard, le Poste des Atakapas (près de Saint-Martinville) qui permirent le développement du commerce avec l'installation de nombreux colons français et l'arrivée des premiers esclaves noirs africains. Le Poste des Opelousas est un des premiers sites de peuplement français de la Louisiane.

À la fin du XVIIIe siècle arrivèrent de nombreux Acadiens chassés de chez eux, l'Acadie, par les Anglais.

Au début du XIXe siècle, vinrent à leur tour les réfugiés français de Saint-Domingue en Amérique qui partirent de ces îles après la révolte des esclaves et la proclamation de la République en Haïti.

Après la vente de la Louisiane par Napoléon Ier en 1803, Les Opelousas devint le chef-lieu de la paroisse de Saint-Landry en 1805.

En 1821, la ville des Opelousas fut officiellement constituée. La même année fut fondée, à Grand Coteau, juste au sud des Opelousas, la seconde institution d'éducation à l'ouest du fleuve Mississippi, par la communauté créole francophone.

Pendant la guerre de Secession, Les Opelousas devint capitale de la Louisiane pendant neuf mois (1862-1863) en remplacement de Bâton-Rouge.

En 1927, lors des grandes crues catastrophiques du Mississippi, Les Opelousas accueillit des milliers de réfugiés. Plus de 80 % de la paroisse de Landry fut inondée et près de 80 % de la population subit des dommages importants.

Les Opelousas fut la ville natale du grand musicien cadien de zydeco : Clifton Chenier

Depuis quelques années se tient, en avril, le "Opelousas Ultimate Zydeco Throwdown" qui attire des milliers de danseurs et d'amateurs de musique Zydeco.

En mai a lieu un autre évènement musical, le "Zydeco Extravaganza".

Chaque année a lieu le "concours de blagues cadiennes des Opelousas", qui donne chaque année l’opportunité à des amateurs, tous originaires du Sud louisianais, de faire valoir leurs talents d’humoristes dans ce genre fort prisé de la littérature orale franco-louisianaise[1].

Personnalités liées aux Opelousas[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]