Nicole Le Douarin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nicole Le Douarin

Naissance (83 ans)
Lorient (France)
Nationalité Drapeau : France française
Champs Embryologie, biologie cellulaire
Institutions CNRS
Collège de France
Renommé pour Travaux sur le développement et l'embryogenèse
Distinctions Médaille d'or du CNRS (1986)
Prix d'honneur de l'INSERM (2009)
Grand-croix de la Légion d'honneur (2010)

Nicole Le Douarin, née Nicole Chauvac[1] le à Lorient en France, est une chercheuse française en biologie du développement et en embryologie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issue d'une famille d'institutrices, Nicole Le Douarin est élève au lycée Dupuy-de-Lôme de Lorient où elle obtient son baccalauréat en 1947[2]. Elle obtient une agrégation en sciences naturelles et devient docteur d'État en sciences naturelles en 1964, avant d'entamer sa carrière comme professeur de sciences naturelles dans l'enseignement secondaire (1954-1960)[3]. Elle décide de retrouver la recherche et réussit à intégrer le laboratoire d'Étienne Wolff à Nogent-sur-Marne. Chercheuse au CNRS (1960-1965) puis maître de conférences (1965-1971), elle est ensuite professeur titulaire d'une chaire à titre personnel, à l'université de Nantes (fin 1975). Directeur de l'Institut d'embryologie du CNRS et du Collège de France (1975) puis directeur de recherche au CNRS (1976-1988), elle est ensuite professeur au Collège de France (1988). Elle est élue en 1982 à l'Académie des sciences et a reçu la rare distinction d'être élue, en 1984, membre de la National Academy of Sciences américaine.

Elle est aujourd'hui professeur honoraire au Collège de France, secrétaire perpétuelle honoraire de l'Académie des sciences depuis janvier 2006 (après en avoir été secrétaire perpétuelle entre 2001 à 2005). Nicole Le Douarin a reçu de nombreuses récompenses, dont le prix de l'Académie des sciences (1965) et la médaille d'or du CNRS (1986) pour ses travaux en biologie du développement[4]. Elle est faite membre étranger de la Royal Society en 1989. Elle est depuis 2004 membre du Conseil de surveillance de la Fondation pour l'innovation politique et depuis 1999 membre de l'Académie pontificale des sciences. Elle est élevée à la dignité de Grand-croix de la Légion d'honneur le 31 décembre 2010, devenant la neuvième femme à obtenir cette distinction[5].

Contribution scientifique[modifier | modifier le code]

Le domaine de recherche de Nicole Le Douarin est l'embryologie et le développement. Elle a contribué de façon majeure à une meilleure compréhension de la formation de la crête neurale, avec le développement en 1969 d'une technique originale de visualisation de la différenciation et de la migration des cellules embryonnaires, la fusion d'embryons chimériques caille-poulet[6],[3]. Cette approche a permis des avancées cruciales dans la connaissance des systèmes nerveux et immunologique et lui a apporté une reconnaissance scientifique internationale.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret du 31 décembre 2010 portant élévation aux dignités de grand'croix et de grand officier du JORF no 0001 du 1er janvier 2011, page 8, texte no 1
  2. « Lycée. Devoirs... de mémoire », dans Le Télégramme, 3 février 2009
  3. a et b Portrait de Nicole Le Douarin dans l'émission La Tête au carré sur France Inter le 23 février 2012.
  4. CNRS, « Liste des médaillés d'or du CNRS », sur http://www.cnrs.fr (consulté le 11 février 2014)
  5. Légion d'honneur : Longo, Amara et Boutin promues dans Le Figaro du 31 décembre 2010.
  6. La Clef des chimères vidéo explicative par Nicole Le Douarin de la différenciation de la crête neurale par la technique des chimères caille-poulet, CNRS, 1999.