Myorelaxant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un myorelaxant est un médicament ayant pour effet de décontracter les muscles.

Le thiocolchicoside (Miorel ou Coltramyl) ou le méthaqualone sont des médicaments utilisés lors de contractions musculaires. Le tétrazépam (Myolastan) a été utilisé jusqu'à son retrait du marché européen en juillet 2013 en raison d'accidents cutanés[1]. Au Canada, prescripteurs et patients ont recours à la cyclobenzaprine (en) (Flexeril).

Effets secondaires ou indésirables[modifier | modifier le code]

Certains myorelaxants, comme les anesthésiques généraux peuvent induire une réaction allergique, de type choc anaphylactique ou anaphylactoïde via une histaminolibération non-spécifique[2]. Des anomalies de l'histaminolibération et de la réactivité à l'histamine sont fréquentes chez les sujets ayant de telles réactions. Elles peuvent être appréciées par tests cutanés au 48/80 et à l'histamine ; « Quel que soit le mécanisme du choc, l'incidence d'une spasmophilie est élevée et des antécédents d'intolérance non immunologique à l'aspirine et aux anti-inflammatoires non stéroïdiens sont fréquemment retrouvés par rapport à la population de référence. Cependant 25 % des sujets étudiés ne présentent aucun de ces facteurs de risque ». Chez les sujets à risque, une prémédication anxiolytique et antihistaminique peut être prescrite, avec mise en place des conditions prévention du bronchospasme.

Le tétrazépam ou Myolastan a été retiré du marché européen en juillet 2013 en raison d'accidents cutanés tels que le syndrome de Stevens-Johnson[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Médicaments contenant du tétrazépam : suspension des AMM et retrait du marché », sur www.fagg-afmps.be/fr,‎ 12 juillet 2103 (consulté le 15 juillet 2013)
  2. Moneret-Vautrin DA, Laxenaire MC, Boileau S, Grilliat JP, Widmer S. & Croizier A. « Facteurs de risque des réactions anaphylactoïdes aux myorelaxants. Étude rétrospective à partir de 103 chocs » Annales Françaises d'Anesthésie et de Réanimation 1985;4(2):152-7. Résumé.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]