Musette (instrument)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Musette.
Gaspard de Gueidan en joueur de musette de cour, par Hyacinthe Rigaud (1738), Musée Granet, Aix-en-Provence.

La musette est un instrument de musique à vent de la famille des bois, de perce généralement conique, d'un tuyau plutôt court (autour de 30 cm) et dont le son est créé par la vibration d'une anche double. Si ses origines remontent à l'antiquité (aulos grec ou tibia romaine), c'est à partir du Moyen Âge qu'elle se développe en Europe où elle fut tout autant utilisée dans la musique pastorale que dans la musique de Cour.

Plus aigu et plus petit instrument de la famille des hautbois, la musette peut être soufflée directement par le musicien ou par l'intermédiaire d'une poche d'air elle-même alimentée soit par l'instrumentiste (comme pour la cornemuse), soit par un soufflet mu avec le bras (comme pour la musette de cour).

En France, par extension mais aussi parfois par amalgame, le nom de « musette » a été donné à différents instruments à anche double et à poche d'air comme la cabrette et la musette béchonnet auvergnates, le biniou breton, la cornemuse du centre ou la musette bressane bourguignonne.

La musette est aussi le nom de l'un des jeux d'anche de l'orgue, de l'harmonium ou de l'accordéon.

Piccolo des hautbois[modifier | modifier le code]

Hautbois pastoral ou musette à deux clés du XIXe siècle

On a parfois fait dériver musette du patronyme du trouvère Colin Muset (XIIIe siècle)[1], mais cette étymologie ne tient pas : l’ancien français muse (sorte de cornemuse rustique, déverbal de muser, jouer de la musette, dérivant du bas latin du VIIIe siècle mūsus d'origine obscure) est attesté dès 1170[2].

Dès le XIIIe siècle dans les miniatures des "Cantigas" d'Alphonse le Sage, la musette est décrite comme un petit chalumeau sans clé à anche double, visiblement de perce conique et de pavillon piriforme (forme de poire). Piccolo du consort des hautbois particulièrement des chalemies et des hautbois du Poitou, elle sera appelée au XVIIe siècle "hautbois pastoral" par opposition à la musette de cour ou Gentleman's Oboe outre-Manche. Au XIXe siècle, les facteurs lui ajoutent quelques clés et le XXe siècle voit naître un modèle copie-conforme une tierce mineure (en mi bémol) ou une quarte juste (en fa) au-dessus du hautbois moderne. Utilisée dans la musique d'avant-garde et dans les bandes de hautbois renaissantes, Bruno Maderna lui dédiera un Solo et son Concerto N° 2.

Musette de cour[modifier | modifier le code]

Planche de la musette à poche d'air et de la musette de cour
Couverture de la Méthode pour la Musette de Hotteterre (1738)

Au XVIe siècle la musette sert de base à l'une des premières cornemuses à poche alimentée en air par un soufflet : la musette de cour.

Facture[modifier | modifier le code]

Dans son Traité de la musette, imprimé chez Jean Girin, à Lyon, en 1672, Borjon écrit : « Mais comme il fallait souffler pour jouer de cet instrument et que cette fatigue était accompagnée d'une très mauvaise grâce, afin de se rendre autant qu'agréable, on a trouvé le secret depuis 40 ou 50 années, d'y ajouter un soufflet, que l'on a emprunté des orgues, par le moyen duquel on le remplit d'autant d'air que l'on veut, sans prendre d'autre peine que celle de lever doucement, ou d'abaisser le bras qui le conduit. »

Souvent très richement ornée d'ivoire, d'ébène, de pierres et de tissus précieux, elle possèdera jusqu'à cinq bourdons et deux chalumeaux pour la mélodie ou plus précisément :

  • une outre de cuir recouverte d'un brocard (gonflée à l'aide d'un soufflet),
  • un grand hautbois ou grand chalumeau, de perce cylindrique, muni d'une anche double et de six clef (trois à l'arrière et trois sur le côté droit). Le dernier trou pour l'auriculaire droit est dédoublé pour pouvoir jouer le demi-ton.
  • un hautbois auxiliaire ou petit chalumeau, fermé au bout et muni de six clefs (trois à l'avant et trois à l'arrière). Ces clefs donnent une suite chromatique de six notes mais fermées, ne produisent aucun son.
  • un cylindre contenant 4 ou 5 bourdons, ouverts ou fermés par des layettes, réglant aussi l'accord de deux des bourdons.

Jeu[modifier | modifier le code]

Pour cet instrument très populaire, des méthodes, des transcriptions et des compositions sont largement diffusées, particulièrement celles de Jacques Martin Hotteterre (Airs et brunettes à deux et trois dessus avec la basse - Tirés des meilleurs autheurs en 1721 ou l'opus 10, la Méthode pour la Musette contenant des principes, par un recueil d'airs et quelques préludes en 1738).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sallentin, L'improvisateur français, Volume 13
  2. Voir musette sur le site du CNRTL

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :