Cantigas de Santa María

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Cantigas de Santa Maria)
Aller à : navigation, rechercher
Enluminure des Cantigas des Santa Maria représentant des joueurs de muse triple.
Fichier audio
Cantiga 100, « Santa Maria, Strela do Dia » (info)

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

Le manuscrit des Cantigas de Santa María est un des plus importants recueils de chansons monophoniques de la littérature médiévale en Occident, rédigé pendant le règne du roi de Castille Alphonse X dit El Sabio ou Le Sage (1221-1284). Ces cantigas sont le volet religieux de la poésie lyrique galaïco-portugaise, le volet profane comprend les cantigas de amigo, les cantigas de amor et les cantigas de escarnio.

Les textes des 427 chansons sont écrits en galaïco-portugais, langue du Moyen Âge commune au portugais et au galicien. On attribue au roi lui-même la rédaction de certaines de ces chansons, mais il semble plus probable qu'il en soit le promoteur.

La grande majorité de ces chansons sont des hymnes religieuses, en hommage à la Vierge Marie, et racontent un miracle dû à l'intervention de Marie. On y trouve en outre de nombreuses représentations en couleurs de musiciens jouant une grande variété d'instruments de musique.

À l'époque moderne, de nombreuses interprétations musicales en ont été faites par des groupes de musique médiévale tels que In Taberna, Tempradura, La Nef, Alla Francesca, l'Ensemble Unicorn ou Hespèrion XX, les Joculatores Upsalienses, et Eduardo Paniagua, avec divers ensembles, qui a consacré une cinquantaine d'albums aux Cantigas.

Manuscrits[modifier | modifier le code]

Les cantigas sont parvenues jusqu'à l'époque contemporaine dans quatre manuscrits[1] :

E contient le plus grand nombre de chansons (406), ainsi qu'une introduction et un prologue, 41 miniatures et de nombreuses lettrines. To est le recueil le plus ancien ; il contient 129 cantigas. Il n'est pas illustré, mais richement décoré d'initiales fleuries et de lettrines. T et F se ressemblent beaucoup. T contient 195 chansons (8 manquent en raison de la disparition de certains feuillets) qui correspondent à peu près aux deux cents premières de E, chaque chanson étant illustrée par 6 ou 12 miniatures. F suit le même modèle mais ne contient que 111 cantigas - le texte de 7 d'entre elles a été perdu ; elles correspondent à peu près à la seconde partie de E, présentée dans un ordre différent. F est inachevé. Ils ont sans doute été rédigés tous les quatre pendant la vie d'Alfonso, To peut-être dans les années 1270, T, F et E au début des années 1280, la rédaction ayant été interrompue à la mort du roi en 1284.

Discographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Walter Mettmann, Alfonso X. el Sabio: Cantigas de Santa Maria, Clásicos Castalia, Madrid 1986–1989.