Mita (Inca)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mit'a (Quechua) était un service publique obligatoire dans la société de l'empire inca. Les historiens utilisent le terme hispanophone mita pour différencier le système tel qu'il a été modifié par les espagnols, sous leur direction qui est devenu un forme d'esclavagisme.

Concept[modifier | modifier le code]

Mit'a était en fait une sorte d'hommage au gouvernement Inca sous forme de travail, c'est-à-dire des corvées seigneuriales. Dans l'empire Inca, le service public était nécessaire aux projets communautaires telles que la construction de leur réseaux routiers. Le service militaire était aussi obligatoire.

Tous les citoyens étant capable de travailler étaient priés de le faire pour un nombre défini de jours par année. En raison de la richesse de l'empire Inca, une famille nécessiterait souvent 65 jours à la ferme ; le reste de l'année est dédié à la mit'a.

Les cultes religieux[modifier | modifier le code]

Les Incas ont élaboré de façon créative un système préexistant d'échange d'objets de vénération religieuse des peuples dont ils ont pris à leur empire ont élaboré[pas clair]. Ces échanges assurent conformité parmi les peuples conquis. Dans ce cas Huacas et Pacarinas sont devenus des centres importants de culte commun et un point d'unification de leur divers empires ethnique et linguistique, ce qui porte l'unité et la citoyenneté aux peuples géographiquement disparates. Cela a conduit finalement à un système de pèlerinage dans l'ensemble de ces divers sanctuaires par les populations autochtones de l'empire avant l'introduction du catholicisme.

Des énormes constructions d'autoroutes et d'ouvrages d'art ont été possible en partie par l'utilisation de Mit'a chez les Incas. Dans ce système tout le monde travaille pour le gouvernement pour une certaine période de temps. Ce travail était libre pour la règle Inca. Durant la période Inca, l'homme travaillait ses terres seulement 65 jours pour fournir de la nourriture pour sa famille. Quand le tour de quelqu'un est venu (En fait Mita signifie tour) il rejoint les différents travaux qu'utilise le système mit'a. Un type communal des dispositions élémentaires a été mit en place pour s'occuper des familles de ceux qui étaient absents à la mit'a. Pendant la périodes Mit'a le peuple a travaillé dans la construction de routes, la construction des maisons de l'Empereur et des nobles, des monuments, des ponts, des temples, des champs pour l'Empereur et également des mines.

Le système[modifier | modifier le code]

Tous les hommes de 15 à 50 ans étaient tenus de participer à la Mita. Les surveillants devaient s'assurer qu'une personne ayant accomplit son devoir à la Mita ait toujours suffisamment de temps pour s'occuper de ses terres et de sa famille.

Catégorisations des terres[modifier | modifier le code]

Au cours de la période Inca les personnes dépendaient principalement de la culture de leur terres. Tous les champs de l'empire furent divisés en quatre catégories : les champs des temples, de l'Empereur, Curacas et la population. Les champs du peuple étaient des domaines ayant appartenu à des personnes malades, des veuves, les personnes âgées et les épouses de militaires.

Au début du travail de Mita les gens ont travaillés d'abord les gisement des veuves, des personnes malades et des épouses de soldats sous la direction de surveillants du village. Pour ils ont travaillés leur propres terres. Ensuite ils ont travaillés les champs des temples et de Curacas et enfin celles de l'Empereur. Alors qu'ils travaillaient les champs de l'Empereur, ils portaient généralement leur meilleurs robes et les hommes et les femmes chantaient des louanges à l'honneur de l'Inca.

Lorsqu'une personne était engagée dans la guerre, ses champs étaient cultivés par les personnes engagées dans la Mita. Cela conduit à la fidèlité et à la mise au point, part su soldat Inca.

Mita durant la colonisation espagnole[modifier | modifier le code]

Les administrateurs coloniaux ont institués le système Mita en 1605, exigeant des hommes autochtones pour effectuer 2 à 4 mois de travail forcé dans les mines et usines appartenant aux espagnols. Le système Mita de travail forcé des Incas qui était destiné au bien commun a été utilisé par les espagnols pour les mines d'or et d'argent pour la couronne royale. Lorsque les gens participant à la Mita furent baptisés ; le système est finalement devenu une sorte d'esclavage sous le couvert d'éduquer et de convertir la population locale au christianisme.

Système de réinstallation Mitma[modifier | modifier le code]

L'ébauche de travail mit'a ne doit ne pas être confondue avec la politique de réinstallation délibérée visé par le mitma (mot Quechua) (mitmaq signifiant profane ou nouveau venu), ou ses formes hispanophones mitima ou mitimaes. Le but était de distribuer les loyaux sujets des Incas dans tout leur empire pour limiter la menace des rébellions localisées.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Ayni

Source[modifier | modifier le code]

  • The Mountain Institute [1]