Mikhaïl Souslov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Souslov.
Mikhaïl Souslov

Mikhaïl Andreïevitch Souslov (en russe : Михаил Андреевич Суслов ; né le 21 novembre 1902 dans l'oblast d'Oulianovsk - mort le 25 janvier 1982 à Moscou) est un homme politique et idéologue soviétique, membre du Politburo et du Secrétariat du Parti communiste de l'Union soviétique, formation qu'il avait rejointe en 1921.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il étudia l'économie à l'Institut Plekhanov et à l'Institut économique des professeurs rouges, puis enseigna à l'Université d'État de Moscou et à l'Académie industrielle. En 1931, il devint membre de la commission centrale de contrôle du PCUS. En 1933-1934 il dirige une commission qui organise des purges au sein du parti dans l'Oural et dans la province de Tchernihiv. Souslov fut ensuite nommé au Comité central du PCUS en 1939.

Durant la Seconde Guerre mondiale, il eut la charge de déporter des Tchétchènes et autres communautés islamiques des régions caucasiennes. On lui confia après la fin du conflit une mission de reprise en main de la Lituanie et il put envoyer des villages entiers dans des camps de déportation en Sibérie. Promu au Politburo en 1952, il fut plus tard le principal acteur de la mise à l'écart de Khrouchtchev et du remplacement de celui-ci par Léonid Brejnev, en 1964. Il fut chargé de l'idéologie du parti pendant la plus grande partie de sa présence au Secrétariat. C'est après sa mort que commencèrent les grandes manœuvres des prétendants à la succession de Brejnev au cours desquelles Youri Andropov, qui soutenait la ligne idéologique de Souslov, était concurrent de Andreï Kirilenko et de Konstantin Tchernenko.

Souslov fut le mentor de Youri Andropov et du père de la perestroïka, Mikhaïl Gorbatchev.

Il repose aux côtés de Joseph Staline dans le mur du Kremlin.

Dans son célèbre ouvrage Staline - La Cour du tsar rouge ( Tome II, p. 447 et note p. 559, Perrin ed, 2010 ), l'historien britannique Simon Sebag Montefiore cite un livre de Roy Medvedev, Neizvestnyj Stalin ( publié en 2001 en Russie mais inédit en France ) présentant Souslov comme le dauphin secrétement choisi par Staline ; "mais rien ne permet de le prouver" ajoute prudemment Montefiore.

L'écrivain français Philippe Sollers a affirmé que « l'idéologue Souslov » est celui qui a « supervisé » l'attentat contre le pape Jean-Paul II[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Boris I. Nicolaevski, Les dirigeants soviétiques et la lutte pour le pouvoir : essai, Paris, Collection : Dossiers des Lettres Nouvelles, Denoël, 1969

Références[modifier | modifier le code]

  1. « l'idéologue Souslov, celui-là même qui supervisera, des années plus tard, l'attentat contre Jean-Paul II » Discours parfait, Gallimard 2010, page 131.