Metformine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Metformine
Metformine
Identification
No CAS 657-24-9
1115-70-4 (HCl)
No EINECS 211-517-8
Code ATC A10BA02
DrugBank APRD01099
PubChem 4091
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C4H11N5  [Isomères]
Masse molaire[1] 129,1636 ± 0,005 g/mol
C 37,2 %, H 8,58 %, N 54,22 %,
Propriétés physiques
fusion 218−220 °C
Solubilité dans l'eau et l'alcool éthylique à 95 %
Données pharmacocinétiques
Biodisponibilité 50 à 60 %
Métabolisme aucun
Demi-vie d’élim. 6,2 heures
Excrétion
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

La metformine (Glucophage®, Stagid® et leurs génériques) est un antidiabétique oral de la famille des biguanides normoglycémiants utilisé dans le traitement du diabète de type 2. Son rôle est de diminuer l'insulino-résistance de l'organisme intolérant aux glucides (ou hydrates de carbone, pour reprendre un terme désuet et inadapté) et de diminuer la néoglucogenèse hépatique. Elle est utilisée en première intention dans le traitement du diabète de type 2, seule ou en association avec d'autres anti-diabétiques oraux.

comprimés Metformin 500 mg

Indication dans le diabète de type 2[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un médicament de première intention dans le diabète de type 2 (anciennement appelé diabète non-insulinodépendant). Elle permet ainsi la réduction du risque de survenue d'un infarctus du myocarde ainsi que la mortalité, toute cause confondue, que cela soit en prévention primaire (patients n'ayant pas de maladie cardio-vasculaire)[2] ou secondaire (patients ayant une maladie cardio-vasculaire)[3].

Autres indications[modifier | modifier le code]

La metformine a une certaine efficacité dans le syndrome de Stein-Leventhal (ou syndrome des ovaires polykystiques), maladie souvent associée à un diabète de type 2. La prescription de metformine améliore ainsi légèrement les chances d'ovulation chez ces femmes[4] bien que le taux de conception reste décevant[5]. L'indication de ce médicament dans la polyksystose ovarienne n'est pas retenue par la Food and Drug Administration mais son utilisation systématique est considérée dans les recommandations de l' « American Association of Clinical Endocrinologists »[6].
Elle pourrait également retarder l'apparition d'un diabète en cas d'intolérance glucidique.

Elle serait efficace sur la prévention du cancer du poumon provoqué par le tabac dans un modèle animal[7]. De plus, plusieurs études épidémiologiques rétrospectives ainsi que des études expérimentales ont montré que la metformine pourrait avoir un effet anti-tumoral dans le cadre du cancer de la prostate, du sein, de l'ovaire et du pancréas[8].

Une nouvelle étude sur la souris fait apparaître un effet positif sur la neurogénèse, avec un effet positif sur certaines neurodégénérescences comme la maladie de Parkinson[9].

Pharmacocinétique[modifier | modifier le code]

La metformine est absorbée au niveau de l'intestin grêle, circule dans le sang de manière non fixée et est excrétée, inchangée, par les reins[10].

Mécanisme d'action[modifier | modifier le code]

Son mécanisme d'action est complexe et n'est pas à ce jour totalement élucidé. La metformine est un normoglycémiant : elle n'agit pas sur la sécrétion d'insuline, ni sur la sensibilité à l'insuline des tissus utilisateurs de glucose (muscles, tissus adipeux)[11]. La metformine a également un rôle dans l'inhibition de la néoglucogenèse, en inhibant la glycérophosphate déshydrogénase mitochondriale[12], et dans le transport membranaire du glucose (diminution de sa résorption intestinale). Il augmente également le relargage de Glucagon-like peptide-1, inhibe la voie du glucagon, augmente la production de lactates par les entérocytes[13].

Doses[modifier | modifier le code]

La metformine est conditionnée sous forme de comprimés de 500, 700, 850 et parfois 1 000 mg, la posologie variant de 1 à 3 comprimés par jour en trois prises différentes selon l'état rénal du sujet et la gravité de son diabète. Afin d'en diminuer les doses, la metformine est souvent associée à un traitement utilisant des insulines rapides, ainsi que lentes (par exemple gargline (en)).

Effets secondaires[modifier | modifier le code]

La metformine baisserait le taux sanguin de vitamine B12[15] mais les conséquences cliniques de cette diminution ne sont pas claires.

Contre-indications[modifier | modifier le code]

Ce sont les anomalies augmentant le risque d'acidose lactique, soit par augmentation de production de lactate (hypoxie, états de choc), soit par risque d'accumulation (insuffisance rénale)[16] :

  • Insuffisance rénale, même modérée
  • Acidocétose
  • Insuffisance hépatique grave
  • État d'ivresse.
  • Injection de produit de contraste iodé (utilisé pour examen scanner)
  • Insuffisance cardiaque décompensée
  • Insuffisance respiratoire grave
  • Infarctus du myocarde récent ou ischémie coronarienne évolutive.
  • Infection aiguë (septicémie, bactériémie, méningite ...)
  • Gangrène ou d'ischémie critique des membres inférieurs
  • Accident vasculaire cérébral récent
  • Grossesse & allaitement.

Interactions médicamenteuses[modifier | modifier le code]

Certains médicaments peuvent faire varier le taux de sucre dans le sang et déséquilibrer la glycémie. L'association de ce médicament avec les corticoïdes, les anti-asthmatiques bronchodilatateurs, les diurétiques ou les inhibiteurs de l'enzyme de conversion peut nécessiter un contrôle plus fréquent de la glycémie, voire une modification de la posologie de la metformine. L'alcool peut entrainer une potentialisation de l'effet de la metformine sur le métabolisme du lactate, il est donc déconseillé d'en avoir une consommation excessive lorsque l'on est traité par de la metformine[17].

Divers[modifier | modifier le code]

La metformine fait partie de la liste des médicaments essentiels de l'Organisation mondiale de la santé (liste mise à jour en avril 2013)[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. (en) Holman RR, Paul SK, Bethel MA, Matthews DR, Neil HA, 10-year follow-up of intensive glucose control in type 2 diabetes, N Engl J Med, 2008;359:1577–1589
  3. (en) Roussel R, Travert F, Pasquet B et al. the Reduction of Atherothrombosis for Continued Health (REACH) Registry Investigators, Metformin use and mortality among patients with diabetes and atherothrombosis, Arch Intern Med, 2010;170:1892-1899
  4. (en) Lord JM, Flight IH, Norman RJ, Metformin in polycystic ovary syndrome: systematic review and meta-analysis, BMJ, 2003;327:951-953
  5. (en) Legro RS, Barnhart HX, Schlaff WD, et al. Clomiphene, metformin, or both for infertility in the polycystic ovary syndrome, N Engl J Med, 2007;356:551-566
  6. (en) [PDF] Polycystic Ovary Syndrome Writing Committee, American Association of Clinical Endocrinologists position statement on metabolic and cardiovascular consequences of polycystic ovary syndrome, Endocr Pract 2005;11:126-134
  7. (en) Memmott M, Mercado JR, Maier CR et al. Metformin prevents tobacco carcinogen–induced lung tumorigenesis, Cancer Prev Res, 2010;3:1066-1076
  8. (en) Ben Sahra I, Le Marchand Brustel Y, Tanti JF et Bost F, Mol Cancer Therapeutics 2010 May;9(5):1092-9
  9. http://amplicog.fr/2012/07/la-metformine-cette-molecule-antidiabetique-et-anti-cancer-qui-augmente-lintelligence-et-lesperance-de-vie-video/
  10. Bailey CJ, Turner RC, Metformin, N Engl J Med, 1996;334:574-579
  11. Natali A, Baldeweg S, Toschi E et al. Vascular effects of improving metabolic control with metformin or rosiglitazone in type 2 diabetes, Diabetes Care, 2004;27:1349-1357
  12. Madiraju AK, Erion DM, Rahimi Y et al. Metformin suppresses gluconeogenesis by inhibiting mitochondrial glycerophosphate dehydrogenase, Nature, 2014;510:542-546
  13. Ferrannini E, The target of metformin in type 2 diabetes, N Engl J Med, 2014;371:1547-1548
  14. www.esculape.com/medicament/sitagliptine%20.html : September 28, 2009 : « The FDA recommends that clinicians carefully monitor patients for the development of pancreatitis after initiation or dose increases of sitagliptin or sitagliptin/metformin, according to an alert sent from MedWatch, the FDA's safety information and adverse-event reporting program. Clinicians should immediately discontinue treatment if they suspect pancreatitis in patients who have received sitagliptin or sitagliptin/metformin, the FDA noted. »
  15. (en) De Jager J, Kooy A, Lehert P et al. Long term treatment with metformin in patients with type 2 diabetes and risk of vitamin B-12 deficiency: randomised placebo controlled trial, BMJ, 2010;340:c2181
  16. hypoglycémiants oraux, polycopiés du CHU Pitié-Salpétrière
  17. http://agence-prd.ansm.sante.fr/php/ecodex/frames.php?specid=66319493&typedoc=R&ref=R0189111.htm
  18. WHO Model List of Essential Medicines, 18th list, avril 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]