Maurice Girodias

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maurice Girodias, photographie de Gilles Larrain

Maurice Girodias (12 avril 19193 juillet 1990), éditeur et écrivain, fut le fondateur des éditions du Chêne, en 1941[1], et de The Olympia Press, en 1953. Il fut aussi un temps le propriétaire d'Obelisk Press, fondée par son père Jack Kahane, et passa une grande partie de sa vie à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père Jack Kahane, né à Manchester, vient s'établir à Paris au début du XXe siècle et se marie avec une Française née Girodias. Peu après la crise de 1929, il se consacre au métier d'éditeur et choisit de publier à Paris directement en anglais des livres destinés aux touristes et aux voyageurs.
Son fils, le jeune Maurice - il prendra plus tard le nom de sa mère (Girodias) pour dissimuler ses origines juives, échappant ainsi aux lois de Vichy et à la déportation - connut durant ces années difficiles une enfance relativement heureuse.
La maison d'édition de son père, Obelisk Press, sortira Henry Miller de l'anonymat en publiant pour la première fois en 1934 Tropique du Cancer, s'exposant aux foudres de la censure française, cependant plus tolérante qu'aux États-Unis. Signalons aussi que, pour le dépôt légal, la réglementation française ne s'appliquait pas aux textes écrits en langues étrangères : certains titres édités par Jack Kahane échappèrent ainsi un temps au contrôle. Kahane publiera également des textes de Frank Harris, Anaïs Nin, James Joyce, Lawrence Durrell, et de nombreux textes vaguement érotiques écrits directement de sa propre main (sous le pseudonyme de Cecil Barr), ainsi que de nombreux autres écrivains (son catalogue)

Dès l'âge de 15 ans, Maurice Girodias prête main forte à son père : il réalise le dessin de couverture de Tropic of Cancer, un crabe tenant dans ses pinces un corps humain assez ambigu. Son père meurt en 1939, le laissant aux commandes d'Obelisk Press, qu'il continue de développer en dépit de la guerre, de l'Occupation et du manque de papier.

Fondateur des Éditions du Chêne en 1941, il est, après la guerre, épaulé parfois par son frère Eric Kahane, et lancera quelques succès : Zorba le grec et Sexus, autre livre sulfureux de Henry Miller. En 1955, chez Olympia Press, sa nouvelle maison d'édition, il publie en version originale Lolita de Vladimir Nabokov, roman dont tous les éditeurs américains avaient refusé le manuscrit (il l'a été plus de trente fois avant que Girodias ne prenne le risque de le publier à Paris) et qui devint ensuite un best-seller mondial.

Entre 1959 et 1964, il ouvre à Paris un établissement de nuit, La Grande Séverine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Éditeurs - Illustré », Hachette (consulté le 3 juin 2011)
  • Girodias, Maurice (2009) : Président Kissinger, roman trad. de l'anglais par J.-P. Mourlon, Éditions Tristram, ISBN 978-2-907681-73-5
  • Girodias, Maurice (1990) : Une journée sur la terre, autobiographie en 2 vol., La Différence
  • Girodias, Maurice (1990) : L'Affaire Kissinger, préf. de Ph. Sollers, La Différence, ISBN 978-2-72911-77-26
  • Kearney, Patrick J (1987) : The Paris Olympia Press: An Annotated Bibliography London: Black Spring Press ISBN 0-948238-02-X