Obelisk Press

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Obelisk Press est une maison d'édition en langue anglaise fondée par le Britannique Jack Kahane en 1929 à Paris[1],[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Originaire de Manchester, Jack Kahane choisit la France pour publier à la fois ses propres ouvrages et ceux d'écrivains susceptibles de tomber sous le coup de la censure en Grande-Bretagne mais aussi aux États-Unis : tous les textes sont en anglais, comportent des passages sexuellement explicites, mais, publiés sur le sol français et réservés à un public anglophone, ils échappent au contrôle. Qualifiés de dirty books (ouvrages cochons), les livres publiés par Obelisk Press valurent à Kahane le qualificatif de « pornographe ».

Cette maison d'édition a notamment publié, en 1934, la toute première version de Tropique du Cancer, d'Henry Miller (qui donna quatre autres titres), ainsi que d'autres romans que leurs auteurs, le plus souvent en raison d'un contenu pouvant avoir trait à la sexualité, n'avaient pas réussi à faire paraître en Angleterre ou aux États-Unis[2].

Au catalogue, on trouve notamment : Death of a Hero[3] de Richard Aldington (1930), Haveth Childers Everywhere et Pomes Penyeach de James Joyce (1932), My Life and Loves de Frank Harris (1934), Boy[4] de James Hanley (1935), The Rock Pool de Cyril Connolly (1936), The Black Book[5] de Lawrence Durrell (1938), Winter of Artifice[6] d'Anais Nin (1939).

Kahane republia également Le Puits de solitude de Radclyffe Hall, interdit de publication en Angleterre depuis 1928, ainsi que de nombreux poètes méconnus comme Norman Douglas, Norah James, Lawrence Dakin et Nadejda de Bragança.

Les maquettes de couverture étaient réalisées par Marcelle Girodias, l'épouse de Kahane, et aussi par leur fils Maurice. En 1939, Jack meurt et son fils échappe de peu à une rafle dans Paris juste après avoir lancé dans la clandestinité les Éditions du Chêne en 1941.

Obelisk Press renaît en 1945, toujours à Paris, sous la direction cette fois de Maurice Girodias. Durant huit ans, il poursuit l’œuvre de son père, publiant d'autres titres d'Henry Miller mais aussi Georges Bataille et Nikos Kazantzakis.

En 1953, Girodias clôt Obelisk Press et lance Olympia Press.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Maurice Couturier, Textual communication: a Print-Based Theory of the Novel, Londres, Routledge,‎ 1991, 251 p. (ISBN 0415039207 et 9780415039208, lire en ligne), p. 201
  2. a et b Pascal Ory (dir.), La Censure en France à l'ère démographique (1848-), Bruxelles, éditions Complexe, coll. « Histoire culturelle »,‎ 1997, 357 p. (lire en ligne), p. 306
  3. Mort d'un héros : traduit en français chez Actes Sud en 1993.
  4. Traduit chez Joëlle Losfeld en 2003.
  5. le Carnet noir : traduit par Gallimard en 1961.
  6. Un Hiver d'artifice : traduit par les Éditions des Femmes en 1978.

Voir aussi[modifier | modifier le code]