Maulévrier-Sainte-Gertrude

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maulévrier (homonymie) et Sainte-Gertrude.
Maulévrier-Sainte-Gertrude
Mairie
Mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Arrondissement de Rouen
Canton Canton de Caudebec-en-Caux
Intercommunalité Caux-Vallée de Seine
Maire
Mandat
Claudine Savalle
2014-2020
Code postal 76490
Code commune 76418
Démographie
Population
municipale
966 hab. (2011)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 33′ 20″ N 0° 43′ 18″ E / 49.5555555556, 0.72166666666749° 33′ 20″ Nord 0° 43′ 18″ Est / 49.5555555556, 0.721666666667  
Altitude Min. 7 m – Max. 144 m
Superficie 14,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Maulévrier-Sainte-Gertrude

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Maulévrier-Sainte-Gertrude

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Maulévrier-Sainte-Gertrude

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Maulévrier-Sainte-Gertrude
Liens
Site web www.maulevrier-sainte-gertrude.fr

Maulévrier-Sainte-Gertrude est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie. On nomme les habitants les malépoariens et les malépoariennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village se trouve en bordure de la forêt domaniale du Trait-Maulévrier. à proximité du pont de Brotonne et entre Rouen et le Havre.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Bois-Himont Louvetot Touffreville-la-Corbeline Rose des vents
Saint-Gilles-de-Crétot N Saint-Wandrille-Rançon
O    MAULÉVRIER-SAINTE-GERTRUDE    E
S
Saint-Arnoult Caudebec-en-Caux Saint-Wandrille-Rançon

Histoire[modifier | modifier le code]

Maulévrier-Ste-Gertrude est née de la réunion de 2 communes, Maulévrier et Sainte-Gertrude en 1823.

La commune couvre une superficie de 1 420 ha dont une grande partie en forêt domaniale et culmine à 120 m de hauteur. C’est d’abord une station romaine sur la voie Caudebec-Dieppe. Elle est ensuite dévastée par les barbares. Sainte Gertrude est citée dans une charte de Guillaume le Conquérant. On connaît d’ailleurs des sires de Maulévrier à Hastings (1066) et à la première croisade en 1096.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Maulévrier-Sainte-Gertrude

Les armes de la commune de Maulévrier-Sainte-Gertrude se blasonnent ainsi :
écartelé au 1) d’argent à la tour de sable, ouverte et ajourée du champ, au 2) d’azur au lévrier d’argent colleté de gueules, au 3) d’azur à la fasce ondée d’argent et à la crosse d’or brochant en pal, au 4) d’argent aux trois fers de moulin de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Jean-Louis Manero    
mars 2014 mars 2020 ? Claudine Savalle    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 966 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
800 800 820 634 932 983 1 011 966 972
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
952 930 837 818 796 812 808 803 720
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
656 602 590 596 585 558 560 591 592
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
572 621 685 905 922 905 913 966 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,4 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (20,7 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,6 % contre 48,4 % au niveau national et 48,1 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,9 %, 15 à 29 ans = 14,6 %, 30 à 44 ans = 21 %, 45 à 59 ans = 22,7 %, plus de 60 ans = 18,7 %) ;
  • 48,4 % de femmes (0 à 14 ans = 18,6 %, 15 à 29 ans = 13,3 %, 30 à 44 ans = 22,6 %, 45 à 59 ans = 25,3 %, plus de 60 ans = 20,1 %).
Pyramide des âges à Maulévrier-Sainte-Gertrude en 2007 en pourcentage[3]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
5,1 
75 à 89 ans
6,1 
13,6 
60 à 74 ans
14,0 
22,7 
45 à 59 ans
25,3 
21,0 
30 à 44 ans
22,6 
14,6 
15 à 29 ans
13,3 
22,9 
0 à 14 ans
18,6 
Pyramide des âges du département de la Seine-Maritime en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
1,1 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,0 
60 à 74 ans
13,2 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,5 
30 à 44 ans
19,5 
20,9 
15 à 29 ans
19,2 
19,9 
0 à 14 ans
17,8 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'ancien moulin à eau de Sainte-Gertrude
L'église de Sainte-Gertrude
  • Il faut voir l'église de Maulévrier et celle de Sainte-Gertrude. Cette dernière se trouvant dans un cadre tout à fait adorable ; située à Sainte-Gertrude, elle se trouve au cœur de la vallée de la Sainte-Gertrude, rivière qui coule non loin de l'église, et où se trouve aussi un ancien moulin à eau.
  • L'école (et ancienne mairie) où se trouvent toujours inscrits les mots « garçons » et « filles ».
  • Au cœur de la forêt on peut aussi voir la Butte du Diable, une ancienne forteresse du XIe siècle en ruine maintenant envahie par la végétation de la forêt du Trait-Maulévrier[5]


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  3. « Évolution et structure de la population à Maulévrier-Sainte-Gertrude en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 19 novembre 2010)
  4. « Résultats du recensement de la population de la Seine-Maritime en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 19 novembre 2010)
  5. « Des ruines et une légende », Paris-Normandie, 17 novembre 2007.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :