Matila Ghyka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Matila Ghyka en 1932

Le prince Matila Costiesco Ghyka (né Matila Costiescu Ghica), KCVO, MC (13 septembre 1881 - 14 juillet 1965), est un poète, romancier, ingénieur électrique, mathématicien, historien, militaire, avocat, diplomate et ministre plénipotentiaire roumain au Royaume-Uni durant la fin des années 1930 jusqu'en 1940. Son premier prénom est parfois écrit Matyla.

Biographie[modifier | modifier le code]

Matila Ghyka en 1935, entouré de sa femme et de ses enfants

Il est né à Iaşi, l'ancienne capitale de la Moldavie, de la famille Ghica. Par ascendance de sa mère il a été le petit petit-fils de Grigore Alexandru Ghica, le dernier prince de Moldavie à avoir régné, avant l'union des Principautés danubiennes.

Il a d'abord étudié au collège jésuite maritime de Jersey (où il réussit son examen à seulement 14 ans), ensuite à l'Académie de marine de Brest, puis à l'École supérieure d'électricité de Paris, où il a étudié l'ingénierie électrique, et finalement à la faculté de droit de l'Université libre de Bruxelles, où il obtint son doctorat magna cum laude. Il a commencé sa carrière diplomatique en 1910, résidant dans les ambassades roumaines de Rome, Berlin, Londres, Madrid, Paris, Vienne, Stockholm (comme ministre plénipotentiaire) et deux fois de plus à Londres, de 1936 à 1938 et de 1939 à 1940.

Le 27 novembre 1918, il s'est marié à l'Oratoire de Brompton avec Eileen O'Conor, fille de Sir Nicholas Roderick O'Conor (mort en 1908), le premier ambassadeur britannique à Istanbul et Saint-Pétersbourg, et de Minna Margaret Hope-Scott. Durant ses premières assignations diplomatiques à Londres et Paris, le prince Ghyka fut présenté dans les cercles littéraires anglais et français par Paul Morand et le prince Antoine Bibesco. Il a été ami de Marcel Proust et un « piéton de Paris » (dans le sens d'une personne qui connaît le moindre recoin d'une ville, même les plus méconnus) avec le poète Léon-Paul Fargue. Visiteur fréquent du salon littéraire de Natalie Clifford Barney, il rencontra lui aussi la majorité des écrivains américains « exilés » des années 1920, mais son intérêt prioritaire a toujours été la synthèse des mathématiques et la poésie.

Après la Seconde Guerre mondiale, Ghyka a fui la Roumanie communiste et a été professeur visiteur d'esthétique aux États-Unis, à l'Université de Californie du Sud et au Mary Washington College, en Virginie. Érudit modeste, il a eu un intérêt modéré pour la politique. Ses mémoires, qui furent publiés en 1961 sous le titre The World Mine Oyster, concluent avec un message sûr de l’indestructibilité de l’humanisme.

Il s'est fait remarquer par une étude exhaustive du nombre d'or auquel il a dédié de nombreux travaux.

Le prince Ghyka meurt à Londres le 14 juillet 1965, laissant deux enfants : un fils, le prince Roderick Ghyka (21 décembre 1923 - 1978), et une fille, la princesse Maureen Rose Fearga Ghyka (3 août 1920 - 1979). Son épouse Eileen mourut avant lui, le 10 février 1963. Le prince Matyla et la princesse Eileen sont enterrés dans le cimetière Gunnersbury à Londres.

Travaux[modifier | modifier le code]

  • Esthétique des proportions dans la nature et dans les arts (1927).
  • Le nombre d'or (1931).
  • Pluie d'étoiles (1936) (titre en anglaise : Again One Day) – unique roman qu'il ait écrit.
  • Essai sur le rythme (1938), cinq éditions en furent publiées.
  • Tour d'horizon philosophique (1946).
  • Sortilèges du verbe (1949) - préface de son ami et admirateur Léon-Paul Fargue.
  • A Documentary Chronology of Roumanian History from Pre-historic Times to the Present Day (1941).
  • The Geometry of Art and Life (1946).
  • A Practical Handbook of Geometrical Composition and Design (1952).
  • Philosophie et mystique du nombre (1952).
  • Couleur du monde (Escales de ma jeunesse (1955), Heureux qui comme Ulysse (1956)).
  • The World Mine Oyster (1961).

Source[modifier | modifier le code]

(es) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en espagnol intitulé « Matila Ghyka » (voir la liste des auteurs)