Massacre de Sand Creek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Massacre de Sand Creek
Représentation du massacre de Sand Creek par le Cheyenne Howling Wolf.
Représentation du massacre de Sand Creek par le Cheyenne Howling Wolf.
Informations générales
Date 29 novembre 1864
Lieu Comté de Kiowa, dans le Colorado
Issue Victoire des États-Unis
Belligérants
Drapeau des États-Unis États-Unis Cheyennes
Arapahos
Commandants
John Chivington Black Kettle
Forces en présence
700 soldats ~ 100 à 500 personnes (guerriers, vieillards, femmes et enfants)
Pertes
24 morts
52 blessés[1]
70 à 163 morts
(dont 20 à 53 hommes et 50 à 110 femmes et enfants)[1]
Guerre du Colorado
Coordonnées 38° 32′ 52″ N 102° 30′ 23″ O / 38.547708333333, -102.50635 ()38° 32′ 52″ Nord 102° 30′ 23″ Ouest / 38.547708333333, -102.50635 ()  

Géolocalisation sur la carte : Colorado

(Voir situation sur carte : Colorado)
 Différences entre dessin et blasonnement : Massacre de Sand Creek.

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
 Différences entre dessin et blasonnement : Massacre de Sand Creek.

Le massacre de Sand Creek est un évènement des guerres indiennes aux États-Unis qui s'est produit le 29 novembre 1864, lorsque la milice du territoire du Colorado a attaqué un village de Cheyennes et d'Arapahos installé sur les plaines orientales (à l'est des montagnes Rocheuses).

Le colonel John Chivington et ses 700 cavaliers attaquèrent le camp indien qui comptait 500 personnes, guerriers mais aussi femmes, vieillards et enfants. Au terme des combats, près de 70 à 163 Amérindiens furent massacrés, contre 24 tués et 52 blessés pour les soldats américains[1].

Contexte[modifier | modifier le code]

Une délégation de chefs Cheyennes, Kiowas et Arapahos à Denver, Colorado le 28 septembre 1864.

Selon les termes du traité de Fort Laramie de 1851, conclu entre les États-Unis et sept tribus amérindiennes dont les Cheyennes et les Arapahos[2], le gouvernement des États-Unis a reconnu à ces dernières la propriété d'un vaste territoire englobant les terres comprises entre les rivières North Platte et Arkansas et s’étendant depuis l'est des montagnes Rocheuses jusqu'à l'ouest du Kansas. Cette région incluait ce qui forme aujourd'hui la partie sud-est du Wyoming, le sud-ouest du Nebraska, la plupart de la région sud-est du Colorado, et l'extrême ouest du Kansas[3]. Cependant, la découverte d'or en novembre 1858 dans les Montagnes Rocheuses du Colorado[4], qui faisaient alors partie du territoire du Kansas[5], conduisit à la ruée vers l'or de Pikes Peak. Il y eut vague importante d'émigrants Euro-Américains vers les terres des tribus arapaho et cheyenne[4]. Les autorités territoriaux du Colorado firent pression sur les autorités fédérales afin que soient redéfinies les limites des terres indiennes[3] se trouvant sur le territoire, et à l'automne 1860, A.B. Greenwood, Commissaire aux Affaires Indiennes, arriva au Nouveau Fort de Bent, sur la Rivière Arkansas, pour y négocier un nouveau traité[4].

Le 18 février 1861, six chefs cheyennes du sud et quatre Arapahos signèrent le traité de Fort Wise avec les États-Unis[6], par lequel ils cédaient la plupart des terres qui leur avaient été concédées par le traité de Fort Laramie[3]. Les chefs Cheyennes étaient Black Kettle, White Antelope, Lean Bear, Little Wolf, Tall Bear et Left Hand; les Arapahos Little Raven, Storm, Shave-Head, et Big Mouth[6].

La nouvelle réserve, qui représentait moins d'un treizième de celle concédée en 1851[3], était située dans l'est du Colorado[5] entre les rivières Arkansas River et Sand Creek[3]. Certains groupes de Cheyennes, dont les Dog Soldiers, une troupe militaire des Cheyennes et des Lakotas, mécontents des chefs qui avaient signé ce traité et le désavouant, refusèrent de se plier à ses contraintes[7]. Ils continuèrent de vivre et chasser sur les riches pâturages à bisons de l'est du Colorado et de l'ouest Kansas. Ils se montrèrent graduellement plus agressifs envers les immigrants blancs qui traversaient leur territoire, en particulier dans la région de la Smoky Hill River du Kansas, par laquelle passait une nouvelle piste vers les terrains aurifères[8]. Les Cheyennes opposés au traité prétendaient qu'il avait été signé par une petite minorité de chefs sans le consentement ni l'approbation des autres tribus, que les signataires n'avaient pas compris ce qu'ils signaient, et qu'ils avaient été corrompus par une large distribution de cadeaux. Les blancs au contraire voyaient le traité comme un « devoir solennel » et considéraient les Indiens qui le refusaient comme hostiles et fauteurs de guerre[9].

Le déclenchement de la guerre de Sécession en 1861 conduisit à une réorganisation des forces militaires sur le territoire du Colorado. En mars 1862, les troupes du Colorado défirent celle des confédérés du Texas lors de la bataille de Glorieta Pass dans le Nouveau-Mexique. Après la bataille, le 1er régiment de volontaires du Colorado, sous le commandement du colonel John Chivington rentra chez lui pour y servir en tant que garde territoriale. Chivington et le gouverneur du territoire, John Evans, adoptèrent une ligne dure vis-à-vis des Indiens, accusés par les colons de voler du bétail. Les conflits entre blancs et Indiens lors du printemps 1864 se matérialisèrent par la prise et la destruction de campements cheyennes[10]. Le 16 mai 1864, un détachement commandé par le lieutenant George S. Eayre se rendant au Kansas rencontra des Cheyennes sur leur territoire de chasse aux bisons près de la Smoky Hill River. Les chefs cheyennes Lean Bear et Star vinrent au-devant des soldats pour signifier leurs intentions pacifiques, mais furent abattus par les hommes de Eayre[10],[11]. Cet incident déclencha des raids vengeurs des Cheyennes sur les colons du Kansas[10].

Comme le conflit entre les Indiens et les colons soutenus par les soldats se poursuivait au Colorado, nombre de Cheyennes et d'Arapahos (dont les groupes commandés par les chefs Black Kettle et White Antelope qui avaient cherché à maintenir la paix malgré les attaques des colons) s'étaient résignés à négocier la paix. En septembre 1864, ils rencontrèrent le gouverneur Evans et le colonel Chivington à Camp Weld[12], près de Denver, et déduisirent, sans doute à tort, qu'un accord de paix était acquis[13].

Après plusieurs années de conflit entre blancs et indiens dans le Colorado, une troupe d'environ 800 Cheyennes et leur chef Black Kettle se rendent à Fort Lyon afin de négocier un accord de paix. En compagnie d'indiens Arapahos commandés par le chef Left HandIls, ils s'installent ensuite dans un campement à Sand Creek, à moins de 40 miles au nord du fort. Les guerriers dits « Dog Soldiers », qui avaient été très actifs au cours du conflit, ne sont pas présents dans ce campement. Rassuré par les promesses de paix du gouvernement des États-Unis, Black Kettle envoie la plupart de ses guerriers à la chasse. Une soixantaine d'hommes restent au camp, la plupart trop jeunes ou trop vieux pour chasser. Le drapeau des États-Unis flotte sur le campement, car il lui est promis qu'« aussi longtemps qu'il ferait flotter le drapeau américain, lui et son peuple ne seraient pas inquiétés par les soldats[14]. »

L'attaque[modifier | modifier le code]

Portrait du colonel de l'armée américaine John Chivington. Chivington fut un prédicateur méthodiste et un opposant de l'esclavage.

En novembre 1864, partant de Fort Lyon, le colonel Chivington et 800 hommes appartenant aux 1er et 3e régiments de cavalerie du Colorado, ainsi qu'une compagnie du 1er régiment de volontaires du Nouveau-Mexique, mènent un raid sur le campement indien. Dans la nuit du 28 novembre, les soldats et miliciens s'enivrent aux alentours du camp[14]. Le lendemain matin, Chivington ordonne à ses troupes d'attaquer. Un officier, le capitaine Silas Soule, refuse de suivre les ordres et demande à ses hommes de ne pas ouvrir le feu. Le reste des troupes attaque immédiatement, sans égards pour le drapeau des États-Unis flottant sur le camp, ni pour un drapeau blanc qui est brandi peu après les premiers coups de feu. Les soldats de Chivington massacrent la plupart des indiens présents, souvent désarmés.

Au cours de cet assaut, les troupes de l'armée perdent 15 hommes et plus de 50 sont blessés[15]. Entre les effets de la boisson et le chaos résultant de l'assaut, la plupart de ces pertes sont imputables à des tirs amis[14]. Les estimations des pertes indiennes sont de 150 à 200 morts, principalement des femmes et des enfants. Lorsque Chivington rédige son témoignage qui est plus tard produit devant un comité du Congrès des États-Unis, il estime que le nombre d'indiens tués se situe plutôt entre 500 et 600, et que la grande majorité d'entre eux étaient des hommes[16].

Une source Cheyenne rapporte qu'environ 53 hommes et 110 femmes et enfants ont été tués[17]. Bon nombre des cadavres sont mutilés, et pour la plupart ce sont des femmes, des enfants et des vieillards. Chivington et ses hommes coiffent leurs armes, leurs chapeaux et leur équipement de scalps et différents morceaux humains, y compris des organes génitaux, avant d'aller afficher publiquement ces trophées de bataille à l'Apollo Theater et au saloon de Denver.

Chivington déclare que ses troupes avaient combattu dans une bataille contre des indiens hostiles et que l'action fut d'abord célébrée comme une victoire, quelques soldats arborant avec cynisme des parties de corps humain indiens comme des trophées. Cependant, le témoignage de Soule et de ses hommes oblige la tenue d'une enquête sur l'incident, qui conclut que Chivington a mal agi. Soule et les hommes qu'il commandait témoignent contre Chivington devant la cour martiale. Chivington dénonce Soule comme un menteur, et celui-ci est assassiné plus tard par un homme qui a servi sous le commandement de Chivington à Sand Creek. Certaines rumeurs de l'époque impliquent Chivington dans la réalisation de cet assassinat.

Chivington est condamné pour sa participation à ce massacre, mais il a déjà quitté l'armée, et l'amnistie générale qui succède à la guerre de Sécession fait que des accusations criminelles ne peuvent être déposées contre lui. Toutefois, un juge de l'armée déclare publiquement que Sand Creek est « une lâche boucherie exécutée avec sang-froid, suffisamment pour couvrir ses auteurs de l'indélébile infamie, et de honte et d'indignation le visage de chaque américain. »[18] L'indignation publique est intense face à la brutalité des massacres et la mutilation des cadavres, et aurait peut-être incité le Congrès des États-Unis à rejeter l'idée d'une guerre généralisée contre les Indiens du Midwest.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Le personnage du colonel Chivington est dûment nommé dans Le Fort de la dernière chance et Docteur Quinn ; il est transposé comme Iverson dans Soldat bleu et Franck Skimerhorn dans Colorado.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Gregory Michno, Battle at Sand Creek. El Segundo, CA: Upton and Sons, Publishers, 2004, p.241.
  2. "Treaty of Fort Laramie with Sioux, Etc., 1851." 11 Stats. 749, Sept. 17, 1851.
  3. a, b, c, d et e Greene 2004, p. 27.
  4. a, b et c Hoig 1980, p. 61.
  5. a et b Greene 2004, p. 12.
  6. a et b "Treaty with the Arapaho and Cheyenne, 1861" (Treaty of Fort Wise). 12 Stat. 1163, Feb. 15, 1861, p. 810.
  7. Greene 2004, p. 12-13.
  8. Hoig 1980, p. 62.
  9. Hyde 1968, p. 118.
  10. a, b et c Hoig 1980, p. 63.
  11. Michno 2003, p. 137.
  12. (en) Simeon Whiteley, Weld Council Transcript, Daily Rocky Mountain News, (Sept. 13, 1865) vol. 6, No. 16, p. 2.
  13. (en) « Testimony of Colonel J. M. Chivington, » dans Report...:...Massacre of the Cheyenne Indians...hearings before the United States Joint Committee on the Conduct of the War..., Washington : U.S. G.P.O., 1864. (OCLC 57212724)
  14. a, b et c Brown 1970.
  15. Michno 2003, p. 159.
  16. « Documents on the Sand Creek Massacre », Public Broadcasting Service
  17. George Bent, fils de l'américain William Bent et d'une mère Cheyenne, était au campement de Black Kettle quand les hommes de Chivington ont attaqué. Sand Creek Massacre National Historical Site écrit que :« On April 30, 1913, Bent wrote: "About 53 men were killed and 110 women and children killed, 163 in all killed. Lots of men, women and children were wounded." »
  18. « a cowardly and cold-blooded slaughter, sufficient to cover its perpetrators with indelible infamy, and the face of every American with shame and indignation. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]