Scalpation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Scalp.
Gravure représentant un guerrier apache venant de scalper un soldat américain.

La scalpation est une pratique guerrière qui consiste à arracher tout ou partie du cuir chevelu (« scalp » en anglais) d'un adversaire, mort ou vivant. Le scalp est conservé comme trophée de guerre pour témoigner du nombre d'adversaires vaincus. Dans l'imaginaire occidental, la scalpation est avant tout associée aux Indiens d'Amérique lors de la Conquête de l'Ouest, mais elle a été aussi pratiquée dans d'autres contextes, comme l'Amérique du Nord plus tardive mais aussi dans l'Antiquité, ou le Moyen Âge en Europe.


Terminologie[modifier | modifier le code]

« Sauvages Tchaktas matachez en Guerriers qui portent des Chevelures » par Alexandre de Batz, 1732 (en français moderne : « Amérindiens Choctaws peints en guerriers, portant des scalps »).
« Sauvage matachez en Guerrier, ayant fait trois chevelures, c'est a dire ayant tuez trois hommes Natchez » - Alexandre de Batz, 1732.

« Le vocabulaire utilisé par ces hommes pour décrire le cuir chevelu arraché demeura pendant longtemps irrésolu : « teste », « peau de la teste », « peau écorchée », « peau corroyée », « perruque », « peau couverte de ses cheveux et moustaches », et finalement « chevelure ». L’expression « lever une chevelure », ou un peu plus rarement « enlever », « arracher » ou « faire » une chevelure, se généralisa dès la fin du XVIIe siècle siècle pour décrire l’opération. Le mot « scalp » et le verbe « scalper » n’existaient pas sous le Régime français et n’apparurent pour la première fois, empruntés à l’anglais, qu’en 1769. »

— Jean-François Lozier, Département d’histoire, Université d’Ottawa[1]


Premières descriptions: chez les Scythes[modifier | modifier le code]

L'historien grec Hérodote est le premier à décrire la scalpation, qui serait selon lui une pratique des guerriers scythes :

« Quant à la guerre, voici les usages qu'ils observent. Un Scythe boit du sang du premier homme qu'il renverse, coupe la tête à tous ceux qu'il tue dans les combats, et la porte au roi. Quand il lui a présenté la tête d'un ennemi, il a part à tout le butin ; sans cela, il en sera privé. Pour écorcher une tête, le Scythe fait d'abord une incision à l'entour, vers les oreilles, et, la prenant par le haut, il en arrache la peau en la secouant. Il pétrit ensuite cette peau entre ses mains, après en avoir enlevé toute la chair avec une côte de bœuf ; et, quand il l'a bien amollie, il s'en sert comme d'une serviette. Il la suspend à la bride du cheval qu'il monte, et s'en fait honneur : car plus un Scythe peut avoir de ces sortes de serviettes, plus il est estimé vaillant et courageux. Il s'en trouve beaucoup qui cousent ensemble des peaux humaines, comme des capes de berger, et qui s'en font des vêtements[2] […] »

— Hérodote, Histoires, livre 4, chapitre 64

En Amérique[modifier | modifier le code]

Avant l'arrivée des Européens[modifier | modifier le code]

15ème planche gravée par Théodore de Bry d'après les dessins de Le Moyne qui représente la scalpation, le séchage du scalp et son port comme ornement (1591).

La scalpation semble avoir été pratiquée par les Amérindiens bien avant l'arrivée des Européens comme en témoignent les récits de certains explorateurs qui ont vraisemblablement observé la culture des peuples de la côte Est de l'Amérique du Nord telle qu'elle pouvait être avant tout contact extérieur[3]. Ainsi, l'explorateur français Jacques Cartier rapporte le témoignage suivant : alors qu'il remonte en 1535 le fleuve Saint-Laurent vers le site actuel de Québec, des Stadaconéens lui montrent « les scalps de cinq Indiens étendus sur des cerceaux comme du parchemin[3] ».

La scalpation était entourée d'un rituel chez les peuples amérindiens qui la pratiquaient. Ainsi le guerrier émettait certains cris au moment de scalper son adversaire puis au moment de présenter le scalp à sa communauté, au retour du combat[3]. Le scalp faisait alors l'objet de soins pour être conservé et mis en valeur le plus longtemps possible. Il était aussi l'objet de danses particulières avant d'être publiquement exposé, en tant que trophée de guerre, sur les canoës, les cabanes et les palissades[3].

La première représentation de la scalpation chez les Indiens provient des gravures réalisées par Théodore de Bry en 1591 à partir des dessins de Jacques Le Moyne suite à des observations en Floride en 1564-1565.

Outre les témoignages littéraires et artistiques, l'archéologie atteste également de la pratique de la scalpation avant l'arrivée des Européens. Dans le sud-est des actuels États-Unis ainsi que le long des fleuves Mississippi et Missouri, les archéologues ont notamment retrouvé des crânes de victimes qui ont été scalpées vivantes : la cicatrisation partielle du crâne a laissé une trace circulaire qui est la signature distinctive de la scalpation[3]. À propos des Amérindiens du sud-est des États-Unis, les anthropologues Douglas Owsley et Hugh Berryman émettent l'hypothèse que le scalp symbolisait l'âme de l'individu. Dans ce système de représentation, « la scalpation mettait dangereusement en cause l'accès de la victime à la vie éternelle, à moins qu'elle ne soit vengée par des amis ou des proches[4] ».

En Nouvelle-France[modifier | modifier le code]

Au Canada[modifier | modifier le code]

Le Pays des Hurons, des Iroquois, La Nouvelle-France, La Nouvelle-York
Couverture du livre Le grand voyage au pays des Hurons par F. Gabriel Sagard, 1632

Dans la première moitié du XVIIe siècle, les Hurons et les Iroquois de font souvent la guerre. Les Hurons désignent par «onantsira» le trophée guerrier composé de la peau de la tête avec ses cheveux.

«  Leurs guerres ne sont proprement que des surprises & deceptions; car tous les ans au renouveau, & pendant tout l'esté, cinq ou six cens jeunes hommes Hurons, ou plus, s'en vont s'espandre dans une contree des Yroquois, se departent en cinq ou six en un endroict, cinq ou six en un autre &autant en un autre, & se couchent sur le ventre par les champs & forests, &à costé des grands chemins &sentiers, &la nuict venue ils rodent partout, &entrent jusques dans les bourgs &villages, pour tascher d'attraper quelqu'un, soit homme, femme ou enfant, &s'ils en prennent en vie, les emmenent en leur pays pour les faire mourir à petit feu, sinon apres leur avoir donné un coup de massue, ou tué à coup de flesches, ils en emportent la teste, que s'ils en estoient trop chargez, ils se contentent d'en emporter la peau avec sa chevelure, qu'ils appellent Onantsira, les passent &les serrent pour en faire des trophees, &mettre en temps de guerre sur les pallissades ou murailles de leur villes, attachees au bout d'une longue perche. »

— Gabriel Sagard, Le grand voyage au pays des Hurons[5]

En Louisiane[modifier | modifier le code]

Pierre de Rigaud de Vaudreuil

Sous le gouverneur Bienville, Beauharnois rapporte, au sujet des Chicachas, que les Pianguichias en ont pris 10 comme esclave, et rapporté deux scalps d'hommes et un de femme; que les Chactas avaient pris les scalps de 295 hommes sans compter les esclaves; et que plusieurs nations étaient parties pour les attaquer.[6]

Durant dix années, de 1743 à 1753, Pierre de Rigaud de Vaudreuil de Cavagnial est gouverneur de la Louisiane, où de nombreux conflits finissent par des «chevelures levées». L'historien Guy Frégault en relate plusieurs dans Le Grand Marquis - Pierre de Rigaud de Vaudreuil et la Louisiane.[7] De nombreuses sources relatent des cas de scalpation. Par exemple, lorsque des Chactas se révoltent en 1748: des rebelles attaquent les Français près de Natchez et de l'établissement, en tuant quatre. En avril 1750, des Chactas restés fidèles, encouragé par les Français, se vengent en exterminant les révoltés. Ils apportent à Mobile cent trente chevelures des rebelles.[8]

Dans les colonies britanniques continentales[modifier | modifier le code]

Douville tombe sur les Virginiens[modifier | modifier le code]

George Washington

En 1756, c'est loin d'être tranquille dans les colonies britanniques et françaises. Les Nouvelles en Canada, 1756[9][10] tracent les grandes lignes des événements qui ont précédé les derniers jours de Douville, une enseigne en second. Il part avec un détachement de cinquante Amérindiens, accomplir une mission, portant sur lui les instructions écrites reçues du commandant du fort Duquesne, Jean-Daniel Dumas. Douville rencontre une patrouille de Virginiens qui le tuent et le scalpent. Les Amérindiens qui l'accompagnaient se dispersent. George Washington écrit à Robert Dinwiddie, Gouverneur de la Virginie, pour l'en informer; il plaide pour que le groupe, dirigés par un certain Paris, soit récompensé.

« la situation malheureuse des affaires en ce trimestre. L'ennemi est de retour en plus grand nombre; a commis plusieurs meurtres non loin de Winchester; et ont même osé attaquer nos Forts en plein jour;» et que «M. Paris, qui commandait une groupe [...] rapporte que, sur la rivière du Nord, il est tombé sur un petit groupe d'Indiens avec qui il s'est engagé, et après un combat d'une demi-heure, les mit en fuite. Monsieur Donville, commandant du groupe, a été tué et scalpé, et ses instructions trouvées sur lui; que je soumets. Nous avons eu un homme tué et deux blessés. M. Paris envoie le scalp par Jenkins; et j'espère que, même ce n'est pas celui d'un Indien, ils en obtiendront une récompense au moins adéquate, car le Monsieur est beaucoup plus conséquent. L'ensemble du groupe revendique conjointement la récompense; personne ne prétend seul assumer le mérite. »

Primes en Amérique[modifier | modifier le code]

Robert McGee adulte, scalpé par le chef Sioux Petite Tortue en 1864 lorsqu'il était enfant.

Si la scalpation a bien été pratiquée par certains peuples amérindiens avant l'arrivée des Européens, Français et Anglais ont toutefois périodiquement favorisé la scalpation en offrant des primes ou d'autres récompenses économiques en échange des scalps d'adversaires européens ou amérindiens[11],[12].

Les premiers à avoir recours à des primes sont les colons de Nouvelle-Angleterre qui en 1637, au cours de la guerre des Pequots, offraient aux Amérindiens alliés une récompense pour chaque tête d'Amérindien hostile qui leur était rapportée comme preuve[13]. Durant la guerre du Roi Philip qui débuta en 1675, les gouvernements du Connecticut et du Massachusetts ont encouragé les colons ainsi que leurs propres soldats à prendre des scalps d'Amérindiens en échange d'une prime[14]. Ainsi, à cette époque, Hannah Duston (en) qui fut emmenée en captivité par un groupe d'Abénaquis tua avec l'aide de deux autres captifs deux hommes, deux femmes et six enfants amérindiens, puis les scalpa pour obtenir une prime[15]. En 1688, au début de la Première Guerre intercoloniale, les Français du Canada sont les premiers à offrir aux Amérindiens des primes pour le scalp d'ennemis européens[14]. En 1708, la Nouvelle-Angleterre convoite l'Acadie où Abénaquis et Français sont alliés : "C'est alors que les Anglais mirent à prix la chevelure des Abénaquis, à raison de 10, 20; 50 liv. sterling" [16]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « scalping » (voir la liste des auteurs)

  1. Lozier 2003
  2. http://hodoi.fltr.ucl.ac.be/concordances/herodote_historiae_04/lecture/7.htm
  3. a, b, c, d et e Axtell 1977
  4. Post-scriptum à l'article de James Axtell dans l'American Magazine Heritage par Douglas Owsley et Hugh Berryman (lire en ligne)
  5. F. Gabriel Sagard Theodat, Recollet de S. François, de la Province de S. Denys en France, Le grand voyage au pays des Hurons, Situé en l'Amerique vers la Mer douce, és derniers confins de la nouvelle France, dite Canada, Paris, Chez Denys Moreau, rue S. Jacques, à la Salamandre d'Argent,‎ M. DC. XXXII. Avec Privilege du Roy, 241 p. (lire en ligne)
  6. Beauharnois, Lettre de Beauharnois au ministre français, en date du 9 octobre 1735. archives de Ministère des Colonies, Paris; le Canada, Corr. gén., vol. 63, c. 11, fol. 226, citée dans “COLLECTIONS OF THE State Historical Society OF WISCONSIN EDITED BY REUBEN GOLD THWAITES, LL. D. Secretary and Superintendent of the Society VOL. XVII The French Regime in Wisconsin— II 1727-1748”, Madison, WI, DEMOCRAT PRINTING CO., MADISON, STATK PRINTISB,‎ 1906, 584 (pdf pages) p. (lire en ligne)
  7. Guy Frégault, Le Grand Marquis - Pierre de Rigaud de Vaudreuil et la Louisiane, Montréal et Paris, Fides,‎ 1952, 481 p.
  8. (en) NORMAN W. CALDWELL, Chronicles of Oklahoma THE CHICKASAW THREAT TO FRENCH CONTROL OF THE MISSISSIPPI IN THE 1740's, Oklahoma, USA, Oklahoma Historical Society (This paper in abstraction was read before the history section of The Southwestern Social Science Association at the meeting in Oklahoma City on April 15, 1938, and is based on materials in the author's The French in the West, 1740-1750, a doctoral dissertation presented to the faculty in history of the Graduate School of the University of Illinois in 1936.),‎ 1938 (lire en ligne)
  9. Extrait des Nouvelles en Canada, 1756, Canada,‎ 1756, 16 p. (lire en ligne)
  10. Extrait des Nouvelles en Canada, 1756, Canada,‎ 1756, 16 p. (lire en ligne)
  11. Axtell 2000, p. 269
  12. Thevenin et Coze 2004, p. 85-86
  13. French 2004, p. 5
  14. a et b Axtell 1980, p. 470
  15. French 2004, p. 6
  16. « Abénaquis ou Abénakis », sur L’Encyclopédie de l’histoire du Québec / The Quebec History Encyclopedia. Marianopolis College,‎ 9 avril 2008 10:14:07 (consulté le 2014-09-09)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]