Malatya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Malatya
Mélitène, Meledî
Administration
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Région Anatolie orientale
Province Malatya
District Malatya
Maire
Mandat
Hüseyin Cemal Akın, AKP
2004
Préfet Osman Derya Kadıoğlu
2003
Indicatif téléphonique international +(90)
Plaque minéralogique 44
Démographie
Population 381 081 hab. (2000)
Géographie
Coordonnées 38° 21′ N 38° 18′ E / 38.35, 38.338° 21′ Nord 38° 18′ Est / 38.35, 38.3  
Localisation
Districts de la province de Malatya
Districts de la province de Malatya

Géolocalisation sur la carte : Turquie

Voir la carte administrative de Turquie
City locator 13.svg
Malatya

Géolocalisation sur la carte : Turquie

Voir la carte topographique de Turquie
City locator 13.svg
Malatya
Liens
Site de la mairie http://www.malatya.bel.tr
Site de la province http://www.malatya.gov.tr
Sources
« Index Mundi/Turquie »

Malatya (Meledî en kurde, Մալաթիա en arménien) est une ville de Turquie, préfecture de la province du même nom. La population de Malatya est principalement kurde et turque, mais la ville accueille aussi une minorité arménienne.

Il s'agit de l'ancien emplacement de Mélitène, fort et chef lieu de la province romain de l'Arménie.

Elle compte 381 081 habitants (2000).

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mélitène.

Malatya est l'ancienne Mélitène de l'époque des Croisades, et la ville de naissance de saint Euthyme (377-473) l'un des fondateurs du monachisme byzantin en Palestine.

Mélitène fut un grand centre du christianisme monophysite, le chroniqueur et philosophe Bar-Hebraeus (Abu al-Faraj Ibn al-Ibri) y occupa la fonction de maphrien.

Byzantine, la ville tombe aux mains des Arabes au VIIe siècle. Basile Ier l'isole mais ne réussit pas à la prendre[1].

Reprise par les Byzantins en 934[2], la cité est ensuite intégrée aux possessions de Philaretos Brakhamios, serviteur arménien de l'empire qui prend son autonomie à la mort de Romain IV Diogène, en 1071. Après sa chute en 1085, Mélitène est défendue par son lieutenant Gabriel contre les Seldjoukides, qui assiègent la cité en 1097. L'arrivée des Croisés les oblige cependant à lever le siège et à quitter la région. Malgré l'alliance avec Baudouin du Bourg, comte d'Édesse, Mélitène est prise en 1103 par les Danichmendides[3].

Militène fut le siège du patriarcat jacobite de 1094 à 1293.

Durant le génocide arménien, la ville reçut plusieurs flots de déportés en provenance de Sivas, Kharpout, Muş et d'autres villages alentour, pour être dirigés vers leur destination finale : les camps d'extermination ou les déserts de Mésopotamie[4].

En avril 2007, trois missionnaires protestants, deux Turcs et un Allemand, y ont été torturés et égorgés[5].

Un site proche de la ville a été choisi pour l'implantation d'un radar du bouclier antimissile de l'OTAN[6][réf. incomplète].

Culture de l'abricot[modifier | modifier le code]

La ville de Malatya est grande productrice d'abricots, vendus dans le monde entier, notamment sous leur forme séchée.

Sport[modifier | modifier le code]

Le club de football de la ville est le Malatyaspor.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Personnalités nées à Malatya[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Naissance à Malatya.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gérard Dédéyan (dir.), Histoire du peuple arménien, Privat, Toulouse, 2007 (ISBN 978-2-7089-6874-5), p. 236.
  2. Gérard Dédéyan (dir.), op. cit., p. 309.
  3. René Grousset, L'Empire du Levant : Histoire de la Question d'Orient, Paris, Payot, coll. « Bibliothèque historique »,‎ 1949 (réimpr. 1979), 648 p. (ISBN 2-228-12530-X), p. 184-5.
  4. « Malatia 1915 : carrefour des convois de déportés d’après le Journal du missionnaire allemand Hans Bauernfeind », publié dans la Revue d'histoire arménienne contemporaine, Tome II,‎ 1998 (consulté le 16 octobre 2008).
  5. (en) « Three killed at Turkish publisher », sur http://news.bbc.co.uk/,‎ 18 avril 2007 (consulté le 16 octobre 2008).
  6. Le Monde du 16 octobre 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]