Kharpout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kharpout
(tr)
Administration
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Région Région de l'Anatolie orientale
Province Elazığ
District Elazığ
Indicatif téléphonique international +(90)
Plaque minéralogique 23
Géographie
Coordonnées 38° 42′ 12″ N 39° 15′ 27″ E / 38.703331, 39.25738538° 42′ 12″ Nord 39° 15′ 27″ Est / 38.703331, 39.257385  
Altitude 1 473 m
Localisation
Districts de la province de Elazığ
Districts de la province de Elazığ

Géolocalisation sur la carte : Turquie

Voir la carte administrative de Turquie
City locator 14.svg
Kharpout

Géolocalisation sur la carte : Turquie

Voir la carte topographique de Turquie
City locator 14.svg
Kharpout
Sources
« Index Mundi/Turquie »

Kharpout ou Harpout (en arménien : Kharpert ou Kharberd, Խարբերդ ; en kurde Xarpêt ; en turc Harput) est une petite ville de Turquie de 30 000 habitants, située en altitude dans une zone aride. Elle se vide peu à peu de sa population au profit d'Elazığ, à environ 5 kilomètres de là.

Histoire pré-ottomane[modifier | modifier le code]

Kharpout était auparavant une grande ville et forteresse construite par les premiers roi d'Arménie. Le site antique de Carcathiocerta, ville royale de Sophène, se trouvait probablement près de Kharpout. Les premiers géographes musulmans nommaient Kharpout Hisn Ziyad, tandis que les arméniens l'appelaient alors Khartabirt ou Kharbirt, puis Kharpout.

Croisades[modifier | modifier le code]

Guillaume de Tyr écrivait que Josselin Ier d'Édesse et Baudouin du Bourg, roi de Jérusalem, furent faits prisonniers par l'émir Balak dans le château de Kharpout et furent tués, jetés depuis une falaise pour avoir tenté de s'échapper. Cette histoire n'est cependant qu'une fiction, puisque les deux furent libérés sous rançon. Guillaume de Tyr appelait ce château le Quart Piert.

Histoire récente[modifier | modifier le code]

Kharpout fut un centre important de missionnaires américains, durant de nombreuses années. Ils y ont construit un séminaire de théologie, des écoles ainsi que le collège de l'Euphrate pour leurs missions protestantes. En novembre 1895, durant ce qu'on appelle les massacres hamidiens, Kharpout fut attaquée, de nombreuses maisons, églises et monastères arméniens pillés, les écoles protestantes brûlées. De nombreux arméniens périrent dans les massacres. En 1915, Kharpout fut également l'une des villes touchées par le génocide arménien[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]