Macbeth d'Écosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Macbeth Ier d'Écosse)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Macbeth.
Macbeth
Portrait fictif, établi au XIXe siècle, de Macbeth Ier d'Écosse
Portrait fictif, établi au XIXe siècle, de Macbeth Ier d'Écosse
Titre
Roi d'Écosse
10401057
Prédécesseur Duncan Ier d'Écosse
Successeur Lulach Ier
Biographie
Date de naissance vers 1005
Date de décès
Lieu de décès Lumphanan
Sépulture Iona
Père Findlaech mac Ruaidrí
Mère Fille de Malcolm II d'Écosse (?)
Conjoint Gruoch d'Écosse

Macbeth (Mac Bethad mac Findlaích, né v. 1005 – mort le 15 août 1057, à la bataille de Lumphanan), est roi d'Écosse à partir de 1040 jusqu'à sa mort.

Origine familiale[modifier | modifier le code]

Macbeth ou Mac Bethad mac Findlaích est le fils de Findlaech mac Ruaidrí († 1020), roi de Moray, et probablement « nepos » c'est-à-dire neveu ou petit-fls, de Malcolm II († 1034). Il devient roi de Moray en 1032 quand son cousin Gille Comgáin mac Maíl Brigte est brûlé vif avec cinquante personnes de sa suite dans l'incendie de sa résidence[1], par ordre du roi Malcolm II mac Kenneth ou plus vraisemblablement de Macbeth[2].

Gille Comgáin et son frère Mael Coluim († 1029) avaient tué en 1020 Findlaech, le père de Macbeth. Macbeth épouse la veuve de Gille Comgáin, Gruoch, la fille de Boite mac Cinaeda, qui était probablement un fils de Kenneth II († 995)[2].

Roi de Moray[modifier | modifier le code]

Comme roi de Moray, Macbeth doit faire face au pouvoir grandissant de Thorfinn Sigurdsson comte des Orcades. La saga des Orcadiens, une source d'une fiabilité douteuse, relate comment un certain « Karl Hundason  » (dont l'une des identifications possibles est Macbeth) fait campagne sans succès afin d'asseoir son contrôle sur le Caithness et le Sutherland[3]

Selon la Chronique Anglo-saxonne MacBeth est l'un des trois rois, les deux autres étant Maelcoluim et un certain Jehmar, qui se soumettent temporairement à Knut le Grand en 1031[4]. Le roi de Moray affronte ensuite le nouveau roi des Scots, petit-fils de Malcolm II, Duncan Ier dont la campagne contre le Moray se termine en 1040 par sa défaite et sa mort lors d'un combat le 14 août[5] contre Macbeth, probablement à Pitgaveny près d'Elgin[2].

L'occasion de devenir roi mise à profit par Duncan Ier dans la crise de succession en 1034 est maintenant saisie par Maccbeth qui devient roi des Scots[2].

Roi des Scots[modifier | modifier le code]

Quelles que soient les prétentions dynastiques de Macbeth, il est notable que son père, Findlaech, comme son cousin Mael Coluim, sont connus comme « rí Alban » lors de leurs obits dans les chroniques d'Irlande, même si la base de leur pouvoir semble avoir été limitée au Moray[6]. L'accession au trône de Macbeth est peut-être simplement la prise de contrôle par le Moray du titre prestigieux de « rí Alban » [2].

Macbeth a également des domaines et de l'influence au-delà du Moray, peut-être par l'intermédiaire de son épouse Gruoch, qui est une descendante du lignage dominant issu de Kenneth Ier. Il est mentionné comme bienfaiteur du Céli Dé de Loch Leven, à qui lui et son épouse font des donations importantes en Fothriff dans l'ouest du Fife[7].

La royauté de Macbeth ne demeure néanmoins pas incontestée. En 1045, il défait et tue Crinán abbé laïc de Dunkeld, le père de Duncan Ier [8]. Mais en 1050 la position de Macbeth lui semble suffisamment stable pour qu'il puisse effectuer un pèlerinage à Rome (il est le seul roi régnant d'Écosse à le faire) et où il « distribue de l'argent comme des semences pour les pauvres  »[9].

Macbeth est aussi sensible à l'évolution du reste du monde et en 1052 il engage deux chevaliers Normands à son service et il est le premier roi d'Écosse à recruter de tels mercenaires. En 1054 il doit faire face à la compétition du fils de Duncan Ier maintenant devenu adulte, Malcolm Canmore, qui avec l'appui d'une puissante armée fournie par Siward de Northumbrie envahit l'Écosse. Un sanglant combat s'ensuit le 27 juillet, probablement à Dunsinane dans ce qui est aujourd'hui le Perthshire[10], à la suite duquel Macbeth est obligé d'abandonner à Malcolm une partie de son territoire. À partir de cette base Malcolm se proclame prétendant au trône et tue Macbeth le 15 août 1057[11], à Lumphanan dans le Mar[12].

Le principal bénéficiaire de sa mort est son beau-fils Lulach qui devient roi. Son père Gille Comgáin, avait été tué par Macbeth. Et il est possible que Macbeth ait finalement été vaincu par les fils des deux rois qu'il avait tués pour accéder au pouvoir. Une source postérieure et discutable avance qu'il a été inhumé à Iona[2].

Postérité littéraire[modifier | modifier le code]

Le règne Macbeth, qui succède par la force au roi Duncan, avant d’être, dix-sept ans plus tard, vaincu et renversé à son tour par le fils de Duncan, Malcolm est surtout connu par la tragédie de William Shakespeare Macbeth et l’opéra homonyme de Verdi Macbeth de 1847 [2].

Le Macbeth de William Shakespeare écrit en 1606 et publié en 1623 est largement tributaire des Chroniques d'Angleterre, Écosse et Irlande de Raphael Holinshed, publiées en 1577 [13]. Holinshed suit lui-même les « Historia Gentis Scotorum » de 1527 par Hector Boece, qui copie et enrichit les narrations d'Andrew Wyntoun dans sa chronique rimée « Orygynale Cronykil of Scotland  » composée au début du XVe siècle. Wyntoun décrit Macbeth comme «  thane de Cromarty » et « thane de Moray » [2].

Que Macbeth soit ou ne soit pas « thane de Cromarty » ne peut être démontré, mais il fut certainement plus que « thane  » de Moray. Boece, sans aucune source nouvelle apparente, altère ces titres en «  thane de Glamis » et « thane de Cawdor » et Shakespeare suit ces attributions de titres sans fondement [2].

Précédé par Macbeth d'Écosse Suivi par
Duncan Ier
Chardon écossais.svg
Souverains écossais
Lulach Ier

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annales d'Ulster AU 1032.2
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) Dauvit Broun « Macbeth [Mac Bethad mac Findlaích] (d. 1057) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004.
  3. Jean Renaud La Saga des Orcadiens Traduite et présentée par Aubier Paris (1990) (ISBN 2 70071642 6) chapitre XX « Karl Hundason » p. 76-82
  4. Chronique Anglo-saxonne AD 1031
  5. Chronique de Marianus Scotus, AD 1040.
  6. Annales d'Ulster et le Livre de Leinster
  7. (en) Gordon Donaldson Scottish Historical Documents Scottish Academic Press, Edinburgh & London, 1974 « 1040 X 1057. From the Register of the Priory of St Andrews » p. 15 Macbeth fils de Finlach et Gruoch fille de Bodhe, roi et reine des Scots, donnent Kyrkenes au Dieu Tout-Puissant et au culdee de l'île de Lochleven pour des prières et des intercessions.
  8. Annales d'Ulster, AU 1045.6
  9. Chronique de Marianus Scotus, AD 1050
  10. Annales d'Ulster U1054.6
  11. Chronique de Marianus Scotus, AD 1057 & Annales d'Ulster AU 1058.6
  12. (en) Alex Woolf From Pictland to Alba 789~1070 E.U.P Edinburgh 2007 (ISBN 9780748628216), p.  263-268
  13. Shakespeare Oeuvres complètes éditions Gallimard, la Pléiade, Paris 1959 p. 958 note n°1

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) « Macbeth », Encyclopædia Britannica, 2005. Encyclopædia Britannica Premium Service. 15 août 2005.
  • Michel Duchein, Histoire de l’Écosse, Fayard, Paris, 1998, (ISBN 2-213-60228-X).
  • (en) Alex Woolf From Pictland to Alba 789~1070 The New Edinburgh History of Scotland. Edinburgh University Press, Edinburgh (2007) (ISBN 9780748612345).
  • (en) Alex Woolf « The "Moray Question" and the Kingship of Alba in the Tenth and Eleventh Centuries » dans The Scottish Historical Review Volume LXXIX 2 n°208 october 2000 p. 145-164.
  • (en) Dauvit Broun « Macbeth [Mac Bethad mac Findlaích] (d. 1057),  », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004.
  • (en) Mike Ashley The Mammoth Book of British Kings & Queens (England, Scotland and Wales) Robinson, London (1998)(ISBN 1841190969).