Léon Cugnot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Louis-Léon Cugnot)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cugnot.

Louis-Léon Cugnot, dit Léon Cugnot, né à Vaugirard le 17 octobre 1835 et mort à Paris le 19 août 1894, est un sculpteur français, lauréat du prix de Rome en 1859.

Biographie[modifier | modifier le code]

Faune ivre (1863), musée des beaux-arts de Lyon.
Monument aux généraux Clément-Thomas et Lecomte au cimetière du Père-Lachaise à Paris

Il est le fils du statuaire Étienne Cugnot.

Entré à l’École des beaux-arts de Paris en 1854, il suit l’enseignement des sculpteurs Georges Diebolt et Francisque Duret. Il remporte le premier grand prix de Rome en sculpture de 1859 (Mézence blessé, préservé par l’intrépidité de son fils Lausos), prix partagé avec Alexandre Falguière. Il est pensionnaire de la Villa Médicis à Rome de 1860 à 1863.

Léon Cugnot expose pour la première fois au Salon de 1863 et il y sera présent pratiquement chaque année jusqu’en 1889 : il reçoit une médaille de troisième classe en 1863, une médaille en 1865, une médaille de troisième classe à l'Exposition universelle de 1867.

Il est nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1874.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Corybante étouffant les cris de Jupiter enfant : statue en marbre présentée au Salon de 1863 et récompensée par une médaille de troisième classe ; acquise par l’État en 1875, elle fut exposée dans le jardin des Tuileries jusqu’en 1981 avant d’être affectée au musée d’Orsay ; une reproduction en bronze, fondue par l’atelier Thiébaut frères, est au musée de Picardie à Amiens[1]
  • Hôtel de la Païva à Paris. Cet hôtel particulier de l’avenue des Champs-Élysées comporte deux œuvres de Cugnot : Amphitrite, bas-relief en marbre blanc dans l’escalier, et une statue de Pétrarque[2]
  • Deux Cariatides dans le salon des cariatides à l’hôtel de ville de Paris. Les maquettes ont été exposées au Salon de 1884[3]
  • Le Patriotisme : statue en pierre (1868) au niveau de la balustrade du premier étage du Pavillon des États du Palais du Louvre à Paris[4]
  • Monument à Louis Crespel-Delisse[5] : monument érigé par la ville d’Arras et daté de 1867, il est situé à l’extrémité du cours de Verdun[6]
  • Napoléon assis sur un aigle : projet de monument non réalisé pour le centenaire de la naissance Napoléon Bonaparte[7], la maquette en plâtre est conservée au musée d’Orsay à Paris[8]
  • Pavage et Gaz : haut-relief réalisé en 1875 pour un dessus de porte placé dans l'avant-foyer de l’Opéra Garnier. La maquette au tiers, en plâtre, est conservée au musée d’Orsay[9]
  • Monument à la mémoire des généraux Clément Thomas et Claude Lecomte au cimetière du Père-Lachaise à Paris. Le monument a été élevé par une souscription nationale sur une concession gratuite en 1875[10]
  • Les Saisons : quatre vases monumentaux, en bronze, représentant les allégories des saisons dans les jardins de l’archevêché à Bourges, fabriqués par la maison Christofle. Ils sont inscrits depuis 1990 à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques[11]
  • Faune ivre : statue en bronze exécutée en 1863 pendant le séjour de l’artiste à Rome, elle est conservée au musée des beaux-arts de Lyon[12]
  • Tombeau de Monseigneur Jean-François de La Marche : monument en marbre de carrare, daté de 1868, à la cathédrale de Saint-Pol de Léon
  • Monument à Lima (Pérou) : monument commémoratif de la bataille de Callao remportée le 2 mai 1866 par les péruviens sur l’escadre espagnole. Situé plaza Dos de Mayo, il est orné d’une statue de la Victoire réalisée en 1872.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains : contenant toutes les personnes notables de la France et des pays étrangers... : ouvrage rédigé et continuellement tenu à jour, avec le concours d'écrivains et de savants de tous les pays (Cinquième édition)[13]
  • Sous la direction de Jules Lermina, Dictionnaire universel illustré, biographique et bibliographique, de la France contemporaine[14]
  • Pierre Larousse, Dictionnaire universel du XIXe siècle, vol. 17, p. 958
  • Dossier de la Légion d’honneur Base Léonore[15]

Références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. [2]
  3. Exposition du centenaire de la reconstruction de l’hôtel de ville Ville de Paris Bibliothèque administrative 1982
  4. [3]
  5. Louis-François-Xavier Crespel dit Crespel-Delisse (1789-1864) est un industriel français qui a développé l’industrie sucrière en France à partir de la betterave
  6. [4]
  7. [5]
  8. [6]
  9. [7]
  10. [8]
  11. [9]
  12. Base Joconde| 000SC025359
  13. [10]
  14. [11]
  15. [12]

Sur les autres projets Wikimedia :