Les Fourmis (Werber)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Fourmis.
Les Fourmis
Auteur Bernard Werber
Genre roman animalier
Pays d'origine Drapeau de la France France
Lieu de parution Paris
Éditeur Albin Michel
Date de parution
Chronologie
Le Jour des fourmis Suivant

Les Fourmis est roman animalier écrit par Bernard Werber, paru en France en chez Albin Michel. Il s'agit du premier tome de La Trilogie des fourmis.

Histoire[modifier | modifier le code]

Situation initiale[modifier | modifier le code]

Jonathan Wells hérite de la maison de son oncle entomologiste, Edmond Wells, dans laquelle il s'installe avec sa famille. Peu à peu, il va mettre au jour les découvertes révolutionnaires des études de son oncle sur les fourmis en s'aventurant dans sa cave malgré la tentative de dissuasion de son oncle dans une lettre. Il découvre également une énigme, clef de l'intrigue : « comment faire quatre triangles identiques avec six allumettes ? ». Mais un jour il va y disparaître et peu à peu, les autres personnes qui tentent de le secourir aussi.

Parallèlement, une colonie de fourmis vit son quotidien dans une ville-fourmilière appelée Bel-o-kan. 327e, une fourmi mâle, avertit la reine que son groupe a été décimé par une force mystérieuse. Il rencontre 103 683e, une fourmi asexuée.

Résumé[modifier | modifier le code]

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

Côté fourmi
  • 103 683e : une fourmi rousse de la caste des soldates.
  • 327e : une fourmi mâle qui cherche à faire entendre son histoire.
  • 56e : une fourmi femelle qui accepte d'aider 327e dans son enquête.
  • Belo-kiu-kiuni : la reine de Bel-o-Kan.
Côté humain
  • Jonathan Wells : un serrurier qui vient de perdre son emploi.
  • Edmond Wells : entomologiste et inventeur, oncle de Jonathan.
  • Lucie Wells : la femme de Jonathan.
  • Nicolas Wells : le fils de Jonathan.

Conception[modifier | modifier le code]

Les Fourmis est le premier tome d'une trilogie relatant les aventures d'humains et de fourmis au travers de deux fils narratifs a priori distincts, mais se recoupant par moments. Les deux histoires se poursuivent en parallèle jusqu'au moment du contact et de la communication entre les deux espèces intelligentes qui jusqu'à présent s'ignoraient mutuellement. Outre ces deux fils, le récit est entrecoupé de passages de L'Encyclopédie du savoir relatif et absolu, livre-testament d'Edmond Wells.

Bernard Werber décrit ce premier tome de la manière suivante :

« Les Fourmis. C'est le premier. Commencé à seize ans, écrit avec une discipline de quatre heures et demie tous les matins. Le livre est construit sur l'architecture de la cathédrale d'Amiens. Pour moi dans le premier il y avait tout en germe. Mais tout étant à peine évoqué, effleuré, sous-entendu, il fallait poursuivre[1]. »

Bernard Werber aurait réécrit 18 fois son roman avant de l'envoyer à une maison d'édition[2].

Thèmes[modifier | modifier le code]

Le roman propose de nombreuses informations vulgarisées sur la vie des colonies de fourmis[3],[4].

L'un de ses thèmes principaux est l'ouverture de conscience à travers le cheminement personnel du héros et représenté par l'énigme des allumettes[3].

Réception[modifier | modifier le code]

Le roman Les Fourmis a été traduit en plus de 30 langues et a été vendu a plus de 2 millions d'exemplaires[5]. En dehors de France, le roman a eu un succès particulier en Corée du Sud[6]. Il a reçu le Prix des lecteurs de Sciences et Avenir[5], le Prix du livre de l'année 1991 de Livres-Hebdo[2] et le Prix Palissy[7].

Adaptations[modifier | modifier le code]

Le roman a été adapté en bande dessinée en 1994 sous le titre Les Fourmis.

Il a ensuite été adapté en 2000 en jeu vidéo par Microïds sous le titre Les Fourmis. Ce jeu de stratégie en temps réel pour extension Les Guerres de l'Ouest.

Certaines sources estiment que le film d'animation Fourmiz est fortement inspiré des Fourmis[8]. Steve Jobs, quant à lui, estimait que Fourmiz était un plagiat de 1001 Pattes[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Les Fourmis, site officiel de Bernard Werber.
  2. a et b (fr) Les Fourmis de Bernard Werber, Le Figaro.
  3. a et b Interview de Bernard Werber pour les éditions Magnard, mai 2005.
  4. (fr) Les Fourmis (Bernard Werber), Madmoizelle.com.
  5. a et b (fr) Bernar Werber, CineArt.fr.
  6. (en) What Foreign Novelists are South Koreans Reading? de Dennis Abrams, 12 août 2013, PublishingPerspectives.com.
  7. (fr) Le jour ou Bernard Werber a eu des fourmis dans les doigts, 28 février 2010, La Dépêche.
  8. (fr) Antz, Cinopsis.
  9. (fr) Des films similaires. Plagiat ou coïncidence ?, Institut-Numérique.org.

Sur les autres projets Wikimedia :