Les Éduts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Éduts
Le château d'eau, le bâtiment le plus haut de la commune.
Le château d'eau, le bâtiment le plus haut de la commune.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente-Maritime
Arrondissement Saint-Jean-d'Angély
Canton Aulnay
Intercommunalité Communauté de communes du canton d'Aulnay-de-Saintonge
Maire
Mandat
Françoise Guéret
2014-2020
Code postal 17510
Code commune 17149
Démographie
Gentilé Edutois
Population
municipale
67 hab. (2011)
Densité 8,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 59′ 32″ N 0° 12′ 55″ O / 45.9922, -0.2153 ()45° 59′ 32″ Nord 0° 12′ 55″ Ouest / 45.9922, -0.2153 ()  
Altitude Min. 105 m – Max. 156 m
Superficie 8,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de Charente-Maritime
City locator 14.svg
Les Éduts

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de Charente-Maritime
City locator 14.svg
Les Éduts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Éduts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Éduts
Liens
Site web les-eduts.fr

Les Éduts est une commune du sud-ouest de la France située dans le département de la Charente-Maritime (région Poitou-Charentes). Ses habitants sont appelés les Édutois[1].

Cette très petite commune a comme particularité de posséder le plus haut village perché de toute la Charente-Maritime.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le plus haut village de la Charente-Maritime[modifier | modifier le code]

La petite commune des Éduts, qui appartient au canton d'Aulnay dans sa partie nord-est, est située entre deux collines élevées dont l'une culmine à 156 alors que le bourg se trouve sur l'autre colline. Le village des Éduts a la particularité d'être le village le plus élevé de la Charente-Maritime, où il occupe le sommet d'un coteau de 145 de hauteur. Celui-ci se trouve à proximité du point culminant du département situé dans la commune voisine de Contré.

La commune appartient géographiquement aux premières hauteurs de la partie méridionale du seuil du Poitou où le relief se relève assez brusquement dans le nord-est de la Charente-Maritime. Par son altimétrie moyenne, la commune des Éduts fait partie des quatre communes les plus élevées de la Charente-Maritime où aucun point de son territoire communal n'est inférieur à 100 mètres d'altitude comme pour les communes voisines de Saleignes, Vinax et Romazières.

Un site de causse[modifier | modifier le code]

Située géologiquement sur les terrains du Jurassique supérieur, la commune a un sol argilo-calcaire qui présente les caractéristiques communes des terres de groie.

Si aucun cours d'eau n'est référencé par le Sandre dans la commune, le sous-sol karstique présente des allures de causse avec des problèmes d'asséchement chronique des terrains en été. Mais bien amendés et fertilisés, ces sols donnent de bonnes terres à céréales où les productions locales sont stockées dans le puissant silo de la commune voisine de Saleignes. Un paysage d'openfield, de formation récente, caractérise aujourd'hui le finage communal des Éduts dans sa partie centrale qui a été fortement défrichée au détriment des vastes forêts alentour.

Une commune boisée[modifier | modifier le code]

Un tiers environ de la commune est constitué de bois et de forêts où ces dernières sont des morceaux détachés des grands massifs forestiers domaniaux des forêts d'Aulnay et de Chef-Boutonne.

Dans les parties orientales de la commune, quelques bois épars sont encore présents et sont des morceaux détachés de la vaste forêt d'Aulnay qui, au Moyen Âge, s'étendait beaucoup plus au sud du territoire communal.

C'est surtout dans le nord que prédominent les bois sur les terrains les plus montueux et les plus secs portant principalement des chênaies. Celles-ci forment la Foye de Saint-Jean qui est une fraction de forêt isolée dépendant de la forêt domaniale d'Aulnay composée également du Bois de Chantemerlière qui se situe plus au nord, au-delà de la limite communale[Note 1]. Cette forêt était originellement une hêtraie comme son toponyme l'indique clairement et devait certainement appartenir à l'ancienne abbaye de Saint-Jean-d'Angély qui possédait de nombreux bois et fiefs dans les paroisses du vicomté d'Aulnay. Le GRP de la Sylve d'Argenson, grand circuit de randonnée pédestre, la traverse d'est en ouest.

Aux portes du village perché des Éduts se profile la forêt de Fontaine dont une importante fraction occupe toute la partie méridionale de la commune. Cette chênaie, qui est aujourd'hui une dépendance domaniale de la Forêt de Chef-Boutonne, prolonge au nord la forêt de Fontaine qui s'étend sur une grande partie de la commune voisine de Fontaine-Chalendray.

Localisation[modifier | modifier le code]

Les Éduts se trouve à 13 km à l'est d'Aulnay-de-Saintonge, chef-lieu du canton le plus étendu de la Charente-Maritime, et à 33 km à l'est de Saint-Jean-d'Angély, chef-lieu d'arrondissement de la Charente-Maritime et principale ville de la Saintonge du Nord.

Le bourg le plus proche et le plus important par son équipement en services de première nécessité est celui de Néré. Cet ancien chef-lieu de canton auquel appartenait Les Éduts est situé à seulement 2,5 km au sud-ouest, sur la D 131, route départementale qui relie Néré à Chef-Boutonne.

La ville des Deux-Sèvres la plus proche est Chef-Boutonne qui est également un chef-lieu de canton, lequel est situé à 25 km au nord-est directement par la D 131.

La ville la plus proche en Charente est Ruffec qui se situe à 33 km à l'ouest.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toute la commune des Éduts est sise dans le département de la Charente-Maritime bien que le département voisin des Deux-Sèvres soit très proche que séparent au nord-est et à l'est les petites communes forestières et céréalières de Saleignes et de Romazières.

Au nord du village des Éduts, le Bois de Chantemerlière qui s'étend sur plusieurs centaines d'hectares occupe un plateau élevé et karstique et sépare la commune du village forestier de Vinax.

À l'ouest, s'étend la vaste commune de Néré qui englobe les petits villages de Chez Naudin et de Paradis, autrefois dépendances de l'ancienne paroisse poitevine des Éduts. Elle l'enserre également au sud.

Communes limitrophes des Éduts[2]
Vinax Saleignes
des Éduts[2] Romazières
Néré

Démographie[modifier | modifier le code]


En 2011, la commune comptait 67 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
237 150 159 167 172 161 156 159 153
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
132 120 114 118 131 110 118 100 127
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
110 101 110 103 96 90 81 99 80
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
71 83 70 81 82 64 66 66 67
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Les Éduts fait partie des communes les moins peuplées du canton d'Aulnay auxquelles s'ajoutent Romazières, Saleignes et Vinax, qui ont toutes le trait commun de compter moins de 100 habitants.

Cette petite commune rurale, comme beaucoup dans cette partie du nord-est de la Charente-Maritime, appartient à ces zones rurales en voie de désertification où le problème démographique est particulièrement préoccupant. Lors du recensement de 2007, Les Éduts comptait 66 habitants. À son apogée dans le premier tiers du XIXe siècle, au début de la Monarchie de Juillet, elle en comptait presque le triple, 172 en 1831. Mais l'accélération de la dépopulation de la commune a été impressionnante depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, où Les Éduts a perdu plus d'un tiers de sa population en un demi siècle seulement, passant de 99 habitants en 1946 à 64 habitants en 1999.

Aujourd’hui la densité est nettement inférieure à 10 hab./km2 (8 hab./km2 en 2007), ce qui en fait une des communes les moins densément peuplées de la Charente-Maritime.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Le site perché du village justifie son toponyme. C'était en effet un lieu de refuge très recherché pendant les périodes troublées du Moyen Âge, de l'ancien français esduit qui signifie refuge[5]. Ce toponyme daterait du XIIIe siècle[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dépendant de l'ancienne province du Poitou[6], le petit village des Éduts aurait été créé non seulement en raison de son site élevé permettant d'assurer la protection de ses habitants dans les temps d'insécurité mais également par la présence d'un petit édifice religieux, probablement un monastère[5]. Sur le site perché du village, une petite église romane a été édifiée au XIIe siècle et est de fait l'église la plus élevée de tout le département de la Charente-Maritime[6].

La commune des Éduts était plus étendue qu'elle ne l'est actuellement. Jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, la paroisse des Éduts comptait trois autres villages dont, au nord, ceux de Chez-Naudin et Paradis qui ont été rattachés à Néré en 1790 lors de la création des communes et du département[6]. De 1790 à 1800, la commune des Éduts faisait partie du canton de Néré.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 en cours Françoise Gueret    

Canton[modifier | modifier le code]

La commune des Éduts est l'une des 24 communes qui forment le canton d'Aulnay qui est l'un des moins peuplés de la Charente-Maritime mais le plus étendu de tout le département.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune adhère à la Communauté de communes du canton d'Aulnay-de-Saintonge dont le siège administratif est situé à Aulnay-de-Saintonge[7].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Révérend.

L'église Saint-Révérend[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Révérend date du XIIe siècle et a été remaniée au XIIIe siècle, puis au XVe siècle. Cette ancienne église romane, fort modeste dans son architecture, possède une façade avec modillons à voussures, un portail d'entrée en plein cintre, une corniche et un pignon-clocher. Sa particularité est qu'elle est l'édifice religieux le plus haut perché de la Charente-Maritime, étant située à 145 mètres de hauteur.

Elle est inscrite à l'inventaire des monuments historiques depuis le 23 juillet 1973[8].

Le puits de la rue de l'École[modifier | modifier le code]

Le puits de la rue de l'École date du XIXe siècle, fort probablement de l'époque de la Monarchie de Juillet en un temps où les problèmes d'adduction d'eau potable et d'hygiène publique se posaient avec acuité, à moins qu'il ne date du Premier Empire à l'exemple du Grand Puits de Vinax où celui-ci fut creusé en 1800. Ce puits, creusé au cœur du village, assurait la fourniture en eau d'une partie des habitants des Éduts. À ses côtés sont exposés des auges et des abreuvoirs pour le bétail qui revenait des champs[9].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliograpie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Luc Flohic (ouvrage collectif sous la direction de), Le patrimoine des communes de la Charente-Maritime, éditions Flohic - Collection Le Patrimoine des communes de France, tome 1, p. 122-123).
  • M.A. Gautier, Le dictionnaire des communes de la Charente-Maritime - Notices communales (réédition de la Statistique du département de la Charente-Inférieure de 1839), éditions Les chemins de la Mémoire, Saintes, p. 135.
  • Michel de la Torre, Charente-Maritime - L'art et la nature de ses 472 communes, éditions Nathan, Paris, 1985.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. le Bois de Chantemerlière s'étend sur le nord de la commune de Néré, le sud de la commune de Vinax et l'est de la commune de Contré dans lequel se situe le point culminant du département à 173 mètres.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime.
  2. Carte IGN sous Géoportail.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  5. a et b Jean-Marie Cassagne et Mariola Korsak, Origine des noms de villes et villages de la Charente-Maritime, éditions Bordessoules, Saint-Jean-d'Angély, 2002, p. 120.
  6. a, b, c et d Jean-Yves Flohic, Le Patrimoine des communes de la Charente-Maritime, éditions Flohic, 2002, p. 122.
  7. Site officiel de la Communauté de communes du canton d'Aulnay.
  8. « Église Saint-Révérend (ancienne) », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  9. Jean-Yves Flohic, Le patrimoine des communes de la Charente-Maritime, éditions Flohic, 2002, p. 123.