Lecteur (ordre mineur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir lecteur et Lectorat (homonymie).
Ordination d'un Lecteur selon le rite Orthodoxe

Le ministère de lecteur est une charge confiée par l'Église catholique à certains de ses membres. Il s'agit également d'un ordre mineur de l'Église orthodoxe conféré expressément et systématiquement par le premier sacrement de l'ordre alors que cela n'est pas nécessaire pour être acolyte. Ce ministère existe donc dès l'origine de l'Église chrétienne primitive.

Le ministère de lecteur[modifier | modifier le code]

Paul VI, par le motu proprio Ministeria quaedam[1] du 15 août 1972, définit ainsi la fonction du lecteur : « Le lecteur est institué pour la fonction, qui lui est propre, de lire la parole de Dieu dans l'assemblée liturgique. C'est pourquoi il doit proclamer, au cours de la Messe et des autres offices, les lectures tirées de la Sainte Écriture (excepté toutefois l'Évangile) ; lire, en l'absence du psalmiste, le psaume entre les lectures ; donner, lorsqu'il n'y a ni chantre ni diacre de disponible, les intentions de la prière universelle ; diriger le chant et la participation du peuple fidèle ; prendre enfin les dispositions nécessaires pour que les fidèles reçoivent dignement les sacrements. Il pourra aussi, s'il en est besoin, veiller à la préparation des autres fidèles qui, occasionnellement, doivent lire la Sainte Écriture au cours des célébrations liturgiques. Afin de s'acquitter de ces fonctions d'une manière toujours plus convenable et plus parfaite, il doit méditer assidûment les Saintes Écritures »

Histoire du lectorat[modifier | modifier le code]

Office connu dès avant 251[2], sa charge est décrite par Roland Mousnier[3] : « Le lecteur était chargé de garder les livres sacrés, de lire pour celui qui prêche; de chanter les leçons; de bénir le pain et les fruits nouveaux. Il servait de secrétaire aux prêtres et aux évêques. »

La fonction de lecteur, prestigieuse au second siècle, sera absorbée dans le système hiérarchique qui se structure à partir du milieu du IIIe siècle.

Par le motu proprio Ministeria quaedam[1] du 15 août 1972 de Paul VI, les ordres mineurs ont été supprimés mais le rang de lecteur a été maintenu comme ministère. Il est conféré aux séminaristes qui se préparent à l'ordination, mais des laïcs peuvent aussi être institués lecteurs. Le lecteur est le « ministre ordinaire » des lectures et des psaumes pendant la liturgie à l'exception de la lecture de l'Évangile (dont le diacre à la charge).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ministeria Quaedam de Paul VI sur cérémoniaire .net
  2. date de la Lettre (de Corneille) à l'évêque Fabien d'Antioche Cf. Denzinger n°109
  3. Roland Mousnier, Histoire des institutions de la France sous la monarchie absolue, Paris, PUF-Quadrige, 1974-2005, p 225